Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Les boursiers Lemkin du MIGA contribuent à l'étude et à la reconnaissance du génocide des Arméniens



22.04.2021


Dr Ivan Castaniga, qui en 2017 était boursier Lemkin du Musée-Institut du Génocide des Arméniens, a trouvé des documents relatifs à l’archimandrite Komitas dans les Archives nationales d'Espagne.

Les lettres diplomatiques trouvées dans les archives fournissent des informations sur le génocide des Arméniens, ce qui montre clairement que l'Espagne était au courant des massacres et des déportations d'Arméniens organisés par le gouvernement ottoman. De plus, à Constantinople, des diplomates espagnols ont tenté de sauver l’archimandrite Komitas. Un des amis de Komitas a appelé le roi Alfonso XIII d'Espagne à intervenir.






Inauguration d’une exposition temporaire "Sur les traces des familles des survivants du génocide des Arméniens "



21.04.2021


Le 21 avril 2021 a eu lieu la conférence de presse annuelle de la Fondation du Musée-Institut du génocide des Arméniens.

Au cours de la conférence de presse, le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, a présenté les travaux de recherche, scientifiques-éducatifs et des expositions scientifiques de l’année précédente du Musée-Institut et leurs principaux résultats.

La directrice adjointe des travaux scientifiques du MIGA, Edita Guezoïan, a parlé de la coopération internationale du MIGA et des dons faits au MIGA au cours de l'année précédente. Loussiné Abrahamian, directrice adjointe pour les travaux de musée, a évoqué les visites au musée d’Arménie et d’étranger.








Communiqué de presse



15.04.2021


Le 21 avril 2021, à 12h00 se tiendra l’inauguration d’une exposition temporaire intitulée "Sur les traces des familles des survivants du génocide des Arméniens" dans la salle d'expositions temporaires de la Fondation du Musée-Institut du Génocide des Arméniens.

Les histoires des familles des survivants du génocide des Arméniens, y compris des employés du MIGA, seront présentées (environ une trentaine). Les histoires, qui seront mises en circulation pour la première fois, seront accompagnées d'objets uniques originaux conservés dans les archives du MIGA : photos, documents, reliques de famille et autres objets. Des extraits de vidéos de survivants du génocide des Arméniens seront présentés.








Le groupe faisant des études des problèmes des Arméniens de l'Artsakh, de l’Azerbaïdjan et de Nakhitchevan commence ses travaux au MIGA



06.04.2021


Dans le cadre d'initiatives pour étudier les violences de masse et les actes génocidaires contre les Arméniens en Artsakh, au Nakhitchevan et dans les régions à peuplement arménien de l'Azerbaïdjan aux XX-XXI siècles, le 26 février, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens avait annoncé la vacance de trois chercheurs.

À l'issue du concours organisé le 24 mars, trois chercheurs ont été élus : Naïra Sahakian, Gaïané Hovhannissian et Haïastan Martirossian.









Visite du représentant français au Parlement européen au Mémorial de génocide des Arméniens



03.04.2021


François-Xavier Bellamy, représentant de la France au Parlement européen, qui se trouve en Arménie pour une visite d'étude, s’est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens le 3 avril de l’année en cours.

Le député a été accueilli par le directeur du Musée-institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian qui a présenté l'histoire de la construction du Mémorial. François-Xavier Bellamy a déposé des fleurs à la flamme éternelle et observé une minute de silence à la mémoire des victimes.










Invitation à la conférence internationale



26.03.2021


Les jours de la conférence sont du 16 au 18 septembre 2021.
Lieu de la conférence : Salle de conférences de la présidence de l'Académie nationale des sciences de la République d'Arménie, Salle de conférences du Musée-Institut de génocide des Arméniens, Université d'État d’Erevan, Matenadaran (musée des manuscrits anciens).

La guerre déclenchée par l'Azerbaïdjan et son alliée la Turquie le 27 septembre 2020 contre la République d'Artsakh, à la suite de laquelle le cessez-le-feu entre l'Azerbaïdjan, l'Arménie et la Russie a été signé le 9 novembre, a eu de graves conséquences pour le peuple arménien. La République d'Artsakh a subi de lourdes pertes territoriales, la partie écrasante des Arméniens de l’Artshakh, dépourvus de l’opportunité de vivre dans leur patrie, sont devenus réfugiés.









Le ministre irakien de la Défense au Mémorial de génocide des Arméniens



25.03.2021


Le 25 mars de l’année en cours, le ministre de la Défense de la République d'Irak, Juma Inad Saadoun Khattab, arrivé en Arménie en visite officielle, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens.

La délégation conduite par le ministre de la Défense de la République d'Irak a été accueillie par le directeur du Musée-institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Le ministre Juma Inad Saadoun Khattab a déposé une gerbe au Mémorial aux victimes du génocide des arméniens et des fleurs à la flamme éternelle et a observé une minute de silence à la mémoire des victimes.







La présentation du livre « L’agression azérie contre les Arméniens en Transcaucasie (1905-1921) »



20.03.2021


Le 19 mars de l’année en cours, dans la salle de conférences de la Fondation « Musée-institut de génocide des Arméniens », s’est tenue la présentation du livre " Azeri Aggression against Armenians in Transcaucasia (1905-1921). Reports from de U.S. Press " de la série de livres "The Armenian Genocide : Prelude and Aftermath. As reported in the U.S" ("Le génocide des Arméniens. Prélude et conséquences. Tel que rapporté dans la presse des États-Unis ") du critique littéraire australo-arménien et du co-auteur du livre mentionné ci-dessus, Ara Kétipéan.







Le Musée-institut de génocide des Arméniens condamne



19.03.2021


Le Musée-institut de génocide des Arméniens condamne fermement les tentatives du président azerbaïdjanais Ilham Aliev de dénaturer la propriété des monuments culturels arméniens.

La veille, Ilham Aliev, visitant les territoires occupés de la République d'Artsakh, y compris l'église arménienne Sourb Astvatsatsine du XIIe siècle dans le village de Tsakuri dans la région de la Hadrout, a fait la déclaration suivante : " C'est une église albanaise. Les Arméniens ont essayé d'arméniser cette église, ils ont laissé des inscriptions en arménien ici, mais ils n'ont pas réussi. C'est notre ancien temple, le temple de nos frères oudi, eux aussi, ils viendront ici. Tout comme nos mosquées ont été profanées, les anciens temples albanais ont été profanés par les Arméniens. Mais nous allons restaurer, tous ces inscriptions sont fausses…. "






« Affaire spéciale » ; tuer Taleat



16.03.2021


Aujourd'hui, le 16 mars, à l'occasion du 100e anniversaire de l'exécution de Taleat pacha, l'un des principaux organisateurs du génocide des Arméniens, par Soghomon Tehlirian, une conférence intitulée "AFFAIRE SPÉCIALE" a eu lieu dans la salle de conférence du Musée-institut du génocide des Arméniens. La conférence a été présentée par Gohar Khanoumian, chef des archives et chercheuse du MIGA.

Au cours de la conférence, l'orateur a présenté la décision très secrète prise à la 9e réunion générale de la FRA à Erevan à l'automne 1919 d'exécuter les organisateurs et les auteurs du génocide des Arméniens, cette opération a été appelée le « affaire spéciale », mieux connue sous le nom de « Nemesis ».Cela a été confié au Corps Spécial ou Responsable de la FRA.




Soghomon Tehlirian ; tuer Taleat



15.03.2021


Le 2 avril, 1896 dans la famille de Khatchatour et Hnazande Tehlirian est né Soghomon Tehliryan ; il était le plus jeune de quatre frères.

Après avoir étudié dans son pays natal, Soghomon est parti pour l’Europe pour poursuivre des études supérieures en Allemagne. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, Soghomon était en Serbie, où logeaient son père et son oncle, et bientôt, avec un groupe de jeunes Arméniens il est venu des Balkans à Tbilissi (début 1915) et a rejoint le 1er régiment de volontaires arméniens du général Andranik.

En juin 1915, Tehlirian est entré à Van avec des volontaires arméniens où il a été témoin de la déportation des Arméniens locaux. Il est arrivé à Igdir avec des milliers de réfugiés arméniens, et de là à Erevan.

En 1915 le massacre et la déportation de la population arménienne d’Erzenka ont commencé début juillet. Seul la fille du frère aîné de Misak, Armenouhi, a survécu de la famille de 85 membres de Tehlirian, qui a été retrouvée plus tard parmi les Kurdes (le père de Soghomon, Khatchatour qui était parti pour l’étranger pour travailler, les frères Misak, Sedrak et l'oncle Oskian ont été sauvés).





Jacob Kunzler, un Suisse pro-arménien



08.03.2021


Missionnaire, infirmier et médecin, diacre protestant, témoin du génocide des Arméniens, sauveteur-soignant de milliers d'orphelins arméniens, veuves. Tout cela concerne le suisse Jakob Kunzler. Il a servi pendant environ 50 ans à Urfa et Ghazir (Liban), aidant des milliers de personnes, dont la plupart étaient des Arméniens.

Les 28 années « pré-orientales » de la vie de Kunzler semblaient être une longue route préparant l'avenir de sa vie. Perdant ses parents, très jeune, il travaille d'abord comme charpentier, puis à Basel il s’est spécialisé dans l’assistance médicale et la profession d’infirmier. Tout cela l'a préparé non seulement professionnellement, mais aussi « humainement ».





Le nouveau numéro de l'International Journal of Armenian Genocide Studies a été publié



05.03.2021

Le nouveau numéro de l'International Journal of Armenian Genocide Studies, publié par le Musée-Institut de génocide des Arméniens, a vu le jour et comprend les articles et les analyses suivants :

Jiří Cukr, Marek Jandák
Karel Hansa: the Czechoslovak Traveller in Syria and Lebanon in 1922 and His Work for the Benefit of Armenian Genocide Survivors
Lidia Prisac
Armenian Genocide Survivors: The Strunga Orphanage in Romania
Robert Tatoyan
WWI Armenian Refugees Census Data as a Source for Ottoman Armenian Population Numbers on the Eve of the Armenian Genocide
Tessa Hofmann
A Hundred Years Ago: The Assassination of Mehmet Talaat (15 March 1921) and the Berlin Criminal Proceedings against Soghomon Tehlirian (2/3 June 1921): Background, Context, Effect
Hasmik Tigranyan, Edita Gzoyan
ECHR Retroactive Jurisdiction and the Possibility of Compensations for the Armenian Properties Confiscated during and after the Armenian Genocide: A Brief Analysis
Reviews
Heghar Zeitlian Watenpaugh, The Missing Pages: The Modern Life of a Medieval Manuscript from Genocide to Justice, Stanford, California: Stanford University Press, 2019, 436 pp.
Reviewed by Sato Moughalian
Carolyn J. Dean, The Moral Witness: Trials and Testimony after Genocide, Ithaca: Cornell University Press, 2019, 198 pp.
Reviewed by Asya Darbinyan



Génocide par drones



05.03.2021


À l'heure actuelle, il est impossible d'imaginer la société humaine sans développement technologique. L’innovation et les progrès technologiques entraînent des changements rapides dans presque toutes les sphères de l'activité humaine, y compris l'armée. Cependant, les derniers moyens technologiques, avec tous leurs avantages, selon leur application, peuvent constituer un grand danger tant pour l’ensemble de l’humanité que pour certains groupes de personnes. Il s’agit en particulier des drones qui peuvent apparaître entre les mains de groupes terroristes, des gouvernements qui ont tendance à les utiliser pour cibler des groupes de personnes spécifiques.





Le Premier ministre a rendu hommage à la mémoire des victimes des pogroms à Soumgait



28.02.2021


À l'occasion du 33e anniversaire des pogroms des Arméniens à Soumgait qui ont eu lieu de 27 à 29 février 1988, le Premier ministre Nikol Pachinian accompagné du président de l'Assemblée nationale Ararat Mirzoïan, du vice-premier ministre Tigran Avinian et d'autres hauts fonctionnaires a visité le Mémorial de Tsitsernakaberd et a rendu hommage à la mémoire des victimes du crime.

Le Premier ministre a déposé une gerbe près des monuments immortalisant la mémoire des victimes.





Concours de vacances de chercheurs à la Fondation « Musée-institut de génocide des Arméniens »



26.02.2021


Le MIGA annonce la vacance de trois chercheurs dans le cadre de mesures visant à étudier les violences de masse et les actes de génocide contre les Arméniens à Nakhitchevan, dans les régions à peuplement arménien de l'Azerbaïdjan et de l'Artsakh aux XX-XXI siècles.

Exigences pour les candidats :
1. Au moins degré de master en études de génocides, droit, histoire, archéologie et autres domaines connexes.




Karapet Gabikian
(1861-1925)



24.02.2021


L’un des intellectuels et des hommes publics éminents de l’époque est le lexicographe et ethnographe Karapet Gabikian originaire de l’Arménie Occidentale. Il est né en 1861, dans la ville de Sébastia, en Arménie occidentale. Il a fait ses études au Collège Sébastia, puis s'est engagé dans des activités pédagogiques. Karapet Gabikian a écrit de nombreux articles et trois ouvrages volumineux.

Au printemps de 1915, lorsque les arrestations de masse des hommes notables arméniens ont commencé à Sébastia et l'exil est devenu inévitable, Gabikian détruit volontairement ses œuvres, ses notes et ses œuvres littéraires. Étant expulsé avec sa famille de la ville de Sébastia, Gabikian a perdu tous les membres de sa famille et ses proches sur le chemin de l'exil.





"L’agression azerbaïdjanaise contre les Arméniens en Transcaucasie (1905-1921); rapports dans la presse américaine "



19.02.2021


Aujourd'hui, le 19 février, le critique littéraire australo-arménien, le co-auteur du multi-volume «The Armenian Genocide: Prelude and Aftermath. As reported in the U. S. Press» («Le génocide des Arméniens. Prélude et conséquences. Rapports dans la presse américaine»), Ara Kétipian, a visité le Musée-institut de génocide des Arméniens.

Ara Kétipian a présenté au directeur du MIGA Haroutioun Maroutian son nouveau livre intitule «Azeri Aggression against Armenians in Transcaucasia (1905-1921). Reports from de U. S. Press» («L’agression azerbaïdjanaise contre les Arméniens en Transcaucasie (1905-1921). Rapports dans la presse américaine»), et il a fait don de 100 exemplaires du livre au MIGA.





"Tokei Maru; le sauvetage des Arméniens et des Grecs à Smyrne"



18.02.2021


Le 18 février 2021, dans la salle de conférence de la Fondation du Musée-institut du génocide des Arméniens, a eu lieu l’événement "Tokei Maru; le sauvetage des Arméniens et des Grecs à Smyrne" " C'était l'un des événements organisés à la veille du 100e anniversaire de l'extermination des Arméniens de Smyrne et de l'incendie de la ville de Smyrne.

L'événement dédié à l'amitié entre les peuples arménien et japonais a été suivi par l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon en République d'Arménie Jun Yamada, la deuxième secrétaire Rika Onodera, Mnatsakan Safaryan, chef de la division Pacifique du ministère des Affaires étrangères de la RA , Président de l'Union des communautés grecques d'Arménie autres.







Visite de la ministre britannique du Bureau des Affaires étrangères du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord et du Commonwealth pour le voisinage européen et les Amériques au Mémorial du génocide des Arméniens



17.02.2021


Arrivée en Arménie pour une visite de travail, Wendy Morton, ministre britannique du Bureau des Affaires étrangères du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord et du Commonwealth pour le voisinage européen et les Amériques, a visité le Mémorial du génocide des Arméniens le 17 février.

L'invitée de haut rang a été accueillie par le directeur du Musée-institut du génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la construction du Mémorial. Wendy Morton a déposé une gerbe au Mémorial aux victimes du génocide des Arméniens et des fleurs à la Flamme éternelle et a respecté la mémoire des victimes avec une minute de silence.







Présentation des publications de 2020 de la Fondation ‘’Musée-institut de génocide des Arméniens’’



16.02.2021


Le 16 février de l’année en cours, dans la salle de conférences du Musée-institut de génocide des Arméniens (MIGA), a eu lieu la présentation des livres édités et réédités en 2020 par le MIGA.

L'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française en Arménie Jonathan Lacôte, la chefesse de l'Initiative humanitaire Aurora Nicola Stanitch, le représentant de l'Association évangélique arménien d'Amérique (AAA) Harout Nersessian, le directeur régional de l'Assemblée arménienne d’Amérique (AAA) Arpi Vardanian et d’autres invites étaient présents à la présentation.

Le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, a salué les invités avec un discours d'ouverture, soulignant qu'en raison de l'expansion de la coopération et des efforts des employés l’année de 2020 a été fructueuse pour MIGA en matière de publications. Haroutioun Maroutian a déclaré qu'en 2020 a été lancé la publication de la série "Mémoires des survivants du génocide des Arméniens" dans le but de mettre les mémoires en circulation scientifique.







Acte blâmable



13.02.2021


Il y a un monument unique à l'intersection des rues Térian et Moskovian dans le parc Օghakadzev d'Erevan. Il est dédié à la mémoire des victimes des génocides des Arméniens et des Juifs, de deux peuples à la fois.

Il y a des centaines de monuments dédiés au génocide des Arméniens ou à l'Holocauste juif dans différentes parties du monde, mais à Erevan cette œuvre de Roubèn Aroutchian installée le 27 octobre 2006, est unique dans son unité. En fait, elle symbolise non seulement le grand crime de génocide, mais aussi la ressemblance et le lien des mémoires et du destin de deux peuples, des Arméniens et des Juifs.






Présentation des publications de 2020 de la Fondation «Musée-institut de génocide des Arméniens»



11.02.2021


Le 16 février de l’année en cours à 14h00 dans la salle de conférence du "Musée-Institut de génocide des Arméniens" aura lieu la présentation de huit livres publiés et réédités par MIGA en 2020.

L'année dernière a été sans précédent pour MIGA en termes de publications. Avec les efforts du personnel, huit livres ont été publiés, dont la monographie du chercheur de MIGA Narek Poghossian "Le problème du génocide des Arméniens dans les études de Raphael Lemkin", l’ensemble des rapports intitulés "L’affaire du sauvetage des Arméniens au Proche Orient en 1915-1923 " édités par Haroutioun Maroutian et Nariné Margarian et présentés lors de la conférence de 2019 financée par l'Association évangélique arménienne d'Amérique.






Le deuxième numéro de la revue sur des études des génocides de 2020 a vu le jour



09.02.2021


Le deuxième numéro de la revue sur des études des génocides de 2020 a vu le jour.

Un site Internet distinct pour les publications du MIGA a été lancé dans le cadre des travaux menés pour l'internationalisation des magazines du MIGA :https://agmipublications.asnet.am/. Désormais, vous pouvez vous familiariser avec les numéros de nos magazines, ainsi que d'autres publications du MIGA sur cette page.

Le MIGA est devenu membre du système international d'indexation des publications scientifiques Crossref, dorénavant nos articles de revue auront des doi (digital objet identifier).








Zapel Essaïan; pour les orphelins arméniens



04.02.2021


Zapel Essaïan, célèbre écrivain arménien en prose, journaliste, critique littéraire et personnalité publique, de provenance de Constantinople, a un rôle considérable à jouer dans le sauvetage des orphelins arméniens. Cette dernière-ci, après les massacres d'Adana, part pour la Cilicie encore en 1909 dans le cadre de la deuxième délégation formée par le Patriarcat pour recueillir les orphelins et créer un orphelinat appartenant à la communauté arménienne. Après avoir séjourné dans la zone sinistrée pendant trois mois et partiellement rempli la mission, Z. Essaïan est retournée dans la capitale de l'empire en septembre1909. En 1911 à Constantinople, elle a publié l'ouvrage "Averakneroun medj" (Dans les ruines), qui était un rapport tant sur les massacres d’Adana que sur ses activités d’éliminer ses conséquences.






Séminaire méthodologique
"Le génocide des Arméniens et le génocide des Juifs; problèmes relationnels "



29.01.2021


Le 29 janvier, au Musée-institut du génocide des Arméniens a eu lieu le séminaire intitulé " Le génocide des Arméniens et le génocide des Juifs; problèmes relationnels " dédié à l’anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau et à la fin de la Deuxième guerre mondiale.

Le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, a prononcé un discours d'ouverture lors du séminaire, soulignant l'importance des Journées de la Mémoire dans la prévention de tels crimes.

Rima Varzhapétian-Feller, chef de la communauté juive d'Arménie, a présenté le livre intitulé "Les juifs de la terre de Noé" à la bibliothèque scientifique du MIGA .






Accord de cooperation entre le Musée-institut du genocide des Arméniens et l’Association pour les études arméniennes



28.01.2021

Le 13 janvier 2021, un accord de coopération a été signé entre le Musée-institut du Génocide des Arméniens (MIGA) et l'Association pour les études arméniennes (SAS).

L'accord vise à créer une base de coopération dans divers programmes scientifiques. La coopération comprendra l'échange de livres, de publications scientifiques, l'échange d'expériences et de connaissances dans le domaine de la recherche sur le génocide des Arméniens, des conseils sur l'étude et la recherche sur le génocide des Arméniens, etc. L'accord envisage également une coopération dans l'organisation de "conférences internationales" locales, des ateliers, qui contribueront au développement des études sur le génocide, en particulier l'étude du génocide des Arméniens. L'accord vise également à sensibiliser le grand public au genocide des Arméniens, ainsi que coopérer à travers le Journal de l’Association pour les études arméniennes, publié par la maison d'édition Brill et le Journal pour des études du genocide des Arméniens avec l’Association pour des études arméniennes.






Bodil Katariné Bieurne - 150
(1871 – 1960)



27.01.2021

Bodil Katariné Bieurne est née le 27 janvier 1871 à Kragéro, en Norvège. Elle a étudié la musique en Allemagne et a reçu une éducation spirituelle à Oslo. Après avoir travaillé comme infirmière en Norvège et en Allemagne pendant dix ans, elle a rejoint la filiale norvégienne de l’organisation des Femmes missionnaires (FM, Women Missionary Workers, Kvindelige Missions Arbejdere) (1).

En hiver 1905, Bodil a été envoyée à l'hôpital allemand de Marash, fondé par la mission allemande de l'Est. Peu de temps après, elle a été envoyée en voyage d'affaires à Mezré pour travailler dans un orphelinat allemand. Il y avait une station missionnaire à Mezré, mais Mouch n'avait que deux médecins turcs, dont l'un était médecin militaire. Bieurne s'installe à Mush en 1907, où elle est restée neuf ans. Ici, elle a mis en place une clinique ambulatoire, desservant jusqu'à 4 000 visiteurs par an (2).






Les pogroms des Arméniens à Bakou de 13 à 19 janvier 1990; un autre actre génocidaire



13.01.2021

Plus de 200 000 des 1,7 million d'habitants de la capitale de l'Azerbaïdjan soviétique, Bakou, étaient des Arméniens. Il est typique que, dès les premiers jours du mouvement du Karabakh, la question de leur sécurité et de leur sort futur ait été liée à l'évolution de la question du Karabakh non seulement par les dirigeants azerbaïdjanais, mais même par les dirigeants soviétiques. Ainsi, quand le secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique Mikhail Gorbatchev a rencontré Zori Balaïan et Silva Kapoutikian en le 25 février 1988, il a mentionné dans une question: " Avez-vous pensé au sort de 207 000 Arméniens vivant à Bakou?"





Einar af Wirsen



05.01.2021

militaire à l'ambassade de Suède, il est resté dans l'empire jusqu'en 1920 d'abord à Constantinople, puis à Sofia. En tant que représentant diplomatique d'un pays neutre, Wirsen a eu l'occasion de voyager à travers l'empire, de se rendre au front, de rencontrer des personnalités militaires et politiques turco-allemandes pendant la guerre. Les informations de Wirsen sur le genocide des Arméniens sont basées sur les observations personnelles du diplomate, les renseignements militaires germano-turcs, ainsi que sur des témoignages non officiels fournis par des militaires allemands de l'Empire ottoman. Les premiers télégrammes de Wirsen sur le génocide des Arméniens à l'état-major de Stockholm étaient datés du février 1916. L'attaché souligne que la déportation des Arméniens n'est pas le résultat d'une erreur de calcul ou de l'incapacité du gouvernement à contrôler la situation, mais vise leur extermination. Wirsen parle également de l'attitude hostile des cercles turcs à son égard à cause d'un livret sur les Balkans publié en 1909, dans lequel il s’exprimait négativement des ordres politiques.






Cher visiteur,

Le Musée-institut de génocide arménien sera fermé de 30 décembre de l'année en cours à 7 janvier 2021.

Respectueusement,
Fondation "Musée-institut de génocide armménien








Nouvelles du site

10.11.2020 Rénovation du site

Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am