Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Délégations
Plan du site
Remarques
Contacts
Liens
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Notre mission
Le mot du directeur
Articles de presse
Journal éléctronique
Interviews
Actualités
Conférences
L’année du livre  
Bourse d’études Lemkin  
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Photos du complexe
Journée de commémoration
Amis de la Fondation MIGA
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
National Academy of Sciences of Armenia
Public Radio of Armenia
Armenian News Agency
ARMEDIA  Information, Analytical Agency
Inhomage
armin
armin
armin
armin
armin
1000000lives




Actualités

EXPOSITION INTITULÉE « LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS À LA UNE DE LA PRESSE INTERNATIONALE, 1853-1925 » A BOURG-LÈS-VALENCE


19.04.2016

Une exposition sur « Le génocide des Arméniens à la une de la presse internationale, 1853-1925 » fut inaugurée le 15 avril à la médiathèque La Passerelle de Bourg-Lès-Valence (Drôme). L’exposition a été réalisée par le Musée-Institut du Génocide des Arméniens, la Communauté d’agglomération Valence-Romans Sud Rhône-Alpes, la Médiathèque La Passerelle et la Maison de la Culture Arménienne de Valence.
L’exposition se déroulera jusqu’au 30 avril.
Nicolas Daragon, maire de Valence et Président de la Communauté d’agglomération Valence-Romans, Sud Rhône-Alpes, Marlène Mourier, Maire de Bourg-Lès-Valence, Lusiné Movsisyan, vice-consule d’Arménie à Lyon, ainsi que près d’une dizaine d’élus de la région étaient présent à l’événement.

Les lauréats du Prix Nobel ont visité le Musée-Institut du Génocide des Arméniens


16.04.2016

Le 15 Avril, dans le cadre des « Jours Nobel à Erevan», les lauréats du Prix Nobel ont visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Les invités ont visité le Mémorial de Tsitsernakaberd, ensuite ils ont découvert l'histoire du Génocide des Arméniens au Musée.
Les scientifiques ont écrit dans le Livre d’or pour les invités d'honneur du MIGA.

L’exposition dédiée à l'auto-défense dans les années du génocide des Arméniens a été remise à l'Institut militaire


16.04.2016

Le 13 Avril, l’exposition intitulée « Lutter pour la vie et la dignité: les batailles de l'auto-défense dans les années du génocide des Arméniens » a été remise à l'Institut militaire Vazgen Sargsyan.
Les épisodes héroïques de l'auto-défense ont été exposés au Musée-Institut du Génocide des Arméniens du décembre 2015. Maintenant, il est opportun de présenter ces documents en tant que exposition permanente à l'Institut militaire pour que les élèves-officiers, les futurs militaires sachent que le génocide n’était pas seulement des massacres, mais aussi une auto-défense et des combats héroïques.
Le catalogue et l’exposition bilingues (arménien, anglais) composés de seize titres présentent les épisodes héroïques pendant le génocide des Arméniens, de nombreuses batailles impressionnantes de l’auto-défense, ainsi que les victoires proclamant la naissance de la première République arménienne.

LE PRÉSIDENT DU GOUVERNEMENT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE DMITRI MEDVEDEV A VISITÉ TSITSERNAKABERD


07.04.2016

Dans le cadre de sa visite officielle en Arménie le président du gouvernement russe Dmitri Medvedev a été reçu à Tsitsernakaberd le 7 avril. Après avoir honoré une minute la mémoire des victimes innocentes du Génocide des Arméniens devant la flamme éternelle du Complexe commémoratif, Dmitri Medvedev a arrosé le sapin planté par lui encore en 2008 dans l’Allée du Souvenir.

LA CHYPRE A PÉNALISÉ LA NÉGATION DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS


02.04.2016

Le Parlement de Chypre a voté à l’unanimité une loi pénalisant la négation du génocide des Arméniens dans le cadre de la loi condamnant le déni de génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.
La loi prévoit une peine d’emprisonnement de 5 ans et 10 000 euros d’amende.
La Chypre est le quatrième pays en Europe, après la Slovaquie, la Suisse et la Grèce, où la négation du génocide des Arméniens et des crimes contre l’humanité et la civilisation se pénalisent par la loi.

Les témoignages d’Aghavni Meguerditchyan
1909 Bitlis


29.03.2016

Nous étions des natifs de Bitlis. Je suis la petite-fille de Vartan de Moukhs. Les Turcs ont saccagé notre maison. Nous étions 70 personnes dans notre maison. Dans notre famille il y avait 7 garçons et 5 filles. Tous les garçons ont été tués par la main des Turcs. Maintenant, de notre famille élargie, il ne reste plus que moi et Missak qui est général à Moscou.
Avant de nous déporter, ils étaient venus chercher mon frère en 1914 pour le faire entrer dans l’armée turque, il était devenu "Onbachi" (caporal). Il est venu une fois en permission. Mon père lui a dit : "Khosrov, mon fils, n’y va pas !"
Mon frère a dit : "Comment puis-je ne pas y aller ? Si je n’y retourne pas, les Turcs vont vous brûler.
Il est parti et n’est jamais revenu. Quelques Arméniens avaient décidé de s’échapper, les Turcs avaient tiré sur eux, mais quelques-uns avaient réussi à passer de l’autre côté, dans l’armée russe.

Le ministre géorgien des Affaires étrangères Mikhail Janelidze a visité le Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd


25.03.2016

Le 25 Mars, le ministre géorgien des Affaires étrangères Mikhail Janelidze a visité le Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd. Le ministre a déposé une gerbe auprès de la mémoire. Les membres de la délégation géorgienne ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Le directeur adjoint du MIGA Souren Manoukyan a présenté à Mikhail Janelidze les épisodes tragiques du génocide des Arméniens et l’histoire de l'architecture symbolique du complexe commémoratif. Le directeur adjoint du MIGA lui a également présenté le Mur commémoratif et a attiré son attention sur le secours humanitaire lors du génocide des Arméniens. La dernière partie du Mur commémoratif abrite des urnes en verre contenant de la terre provenant des tombes de figures intellectuelles et politiques qui ont élevé leur voix contre le génocide.

L’association internationale des spécialistes du génocide a qualifié les actions d’ISIS de génocide


22.03.2016

L’association internationale des spécialistes du génocide a adopté une résolution selon laquelle les actions d’ISIS se qualifient du génocide.
L’association internationale des spécialistes du génocide (International Association of Genocide Scholars) est une grande union des spécialistes du génocide et du crime contre l’humanité. Elle a été créée en 1994 par les célèbres spécialistes du génocide, Israël Charny, Helen Fein, Robert Melson et Roger Smith et aujourd'hui elle rassemble plus de 500 scientifiques du monde entier. Le but de l’association est d’étudier les causes des génocides commis dans le monde pour les prévenir en avenir. Le génocide des Arméniens est toujours au centre de la recherche des membres de l’association internationale des spécialistes du génocide. En 1997, L’association internationale des spécialistes du génocide a reconnu le génocide des Arméniens.

Le génocide d’une localité Khotorjour et les villages de proximité


19.03.2016

Khotorjur, un village peuplé par les Arméniens était le centre du caza Kiskim (district homonyme dans la province d'Erzurum). Les Arméniens étaient catholiques (environ 7000). C’est pourquoi le village a été appelé «petite Rome».
Sous l'ordre des autorités turques la déportation de Khotorjur et des villages de proximité vers la Mésopotamie a eu lieu en mai-juin 1915. La population divisée en cinq groupes, a été déportée par partie. Tous les déportés de Khotorjur ont été massacrés sur la route de l’exode. Les gens du premier groupe ont été presque complètement tués dès le début, près de Gasapa et de Bayburt. Les bourreaux turcs et kurdes jetaient les corps dans la rivière Chorokh.
Les Arméniens de deuxième groupe ont été massacrés dans la vallée sur la route entre Gasapa et Yerznka.
Le troisième groupe a pris la route le 8 juin 1915 par la direction suivante : Gasapa-Baberd-Erznka-Kemakh-Malatia (où les hommes ont été massacrés) - Urfa- Alep.

«J’ai appris beaucoup de choses sur le génocide des Arméniens, qui étaient auparavant inconnues pour moi ».
Interview avec Timothy Williams, qui a reçu la bourse d'étude de Raphael Lemkin en 2015.


15.03.2016

Timothy a étudié les sciences politiques à l'Université de Mannheim (Allemagne), ensuite il a étudié la politique comparative à l’école de l’économie et de la politique de Londres (Grande Bretagne). Aujourd’hui il est un chercheur au Centre de recherche des conflits, (Université de Marburg) et il écrit sa thèse de doctorat à l'Université Libre de Berlin sur le micro dynamique de la participation au génocide. Il reçoit une bourse de la Fondation Heinrich Boll pour ses recherches.

Timothy Williams est un chercheur britannique et spécialiste de science politique. Dans son travail il aborde la sociologie, la psychologie sociale, l'histoire, l'anthropologie et la criminologie. Au centre des recherches de Timothy Williams sont le conflit dynamique et la sociologie politique des conflits. Il a principalement étudié les grand et les petits génocides. Il étudie également les approches méthodologiques novatrices pour l'étude des phénomènes sociaux. Il a fait des recherches au Cambodge, en Arménie et en Thaïlande. Il est impliqué dans plusieurs projets internationaux.

La visite du président de la Douma russe, Sergueï Narychkine, et des chefs des délégations parlementaires des pays de l'OTSC au Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens


11.03.2016

Le 11 Mars, le président de la Douma russe, Sergueï Narychkine, a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Il était accompagné par les chefs des délégations parlementaires des pays de l'OTSC, par le vice-président de l’Assemblée nationale Eduard Charmazanov, par l’ambassadeur de la Russie en Arménie, Ivan Volinkin, par une dizaine de journalistes de l'Arménie et à l'étranger.
Monsieur Narychkine a déposé une couronne auprès du mémorial. Ensuite, les délégués de la Russie, de la Biélorussie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes.

Les témoignages de Rehan Manoukian
1910, Taron, village Ouratsn


10.03.2016

Rehan Manoukian est né en 1910 à Taron. Elle a raconté que sa famille a été chassée de sa maison, juste le 24 avril 1915. Ils ont été déportés à Van, où sa grand-mère et son jeune frère sont morts. Les Turcs ont tué ses parents. Elle a miraculeusement échappé aux massacres et est entrée dans un orphelinat à Tbilissi.
Je suis né à Taron. Mesrop Mashtots était également de Taron. Il y avait une église et un monastère Saint-Astvatsatsin dans notre village. Beaucoup de pèlerins venaient à Taron. Khout était très proche de Taron. La mère de mon père était de Khout.

Aujourd’hui c’est le 160ième anniversaire de l’amiral français et grand humaniste, Louis Dartige du Fournet


02.03.2016

Au cours de sa vie, Dartige du Fournet a publié plusieurs mémoires dont l'un intitulé "Les souvenirs de guerre d’un amiral" (Paris, 1920) est le plus précieux pour nous.
Dans ce livre, il a consacré un chapitre à la défense héroïque du Mont Moïse. Il y a présenté les détails du sauvetage et du déplacement des 4080 Arméniens à Port-Saïd.

Fragments des souvenirs de Louis Dartige du Fournet: " Dans les premiers jours de septembre, le croiseur " Guichen ", commandé par le capitaine de Frégate Brisson, longeait la côte au nord d’Antioche, quand il aperçoit des signaux à terre. Une embarcation est envoyée à la plage et elle apprend que les Arméniens, fixés là dans les hautes terres du Mont Moïse (Djebel Moussa) sont menacés d’être massacrés par les turcs. Averti le 6 septembre par T. S. F., je rallie aussitôt avec la " Jeanne d’Arc ". Pierre (Pedros) Dimlakian, l’un des chefs arméniens, vient à bord en demandant que les non combattants (les vieux, les femmes, les enfants) soient évacués… je reconnais bientôt qu’il faut évacuer ces malheureux. Le temps presse et, quoi qu’ils en disent eux-mêmes, il faut les évacuer tous… J'ai télégraphié au ministère de la Marine pour le mettre au courant... "Tous les bâtiments disponibles y ont été envoyés et le 13 (septembre), les arméniens sont embarqués. L’opération s’est effectuée sans incident sinon sans difficultés… Il y avait là de pauvres bébés enveloppés dans des serviettes- éponges, qu’on se passait de main en main à travers le ressac, petits Moïses, vraiment sauvés des eaux, et qui ne sauront jamais que par ouï-dire à quels dangers ils ont échappé ".

LE GÉNOCIDE D'UNE LOCALITÉ: le village Bazmachène du district de Kharberd


01.03.2016

Le village Bazmachène se situait à 8 km à l'ouest de la ville Kharberd du district Kharberd de la province Kharberd de l'Arménie Occidentale. Autrefois le village était appelé Bazman. Selon la tradition, il a été fondé en 1165 par sept familles nombreuses. Au fil des siècles, le village est devenu plus encombré.
A la veille du genocide, à Bazmachène il y avait environ 6000 Arméniens. Les produits des cordonniers, des charpentiers, des sucriers, des toiliers de Bazmachène se vendaient dans les différentes villes de l'Empire Ottoman. Il y avait une usine d'huile, des ateliers coupant et empaqueteurs des papiers de la cigarette du tabac.

A partir de 1887, une vague d'immigration des Arméniens de Bazmachène prend un grand essor vers les États-Unis. En 1892 les habitants de Bazmachène vivant aux États-Unis fondent la société éducative civilisatrice de Bazmachène, qui s'occupait de l'éducation de jeunes gens de son village natal. En 1895 la société manifeste d'une grande aide aux compatriotes étant victimes des massacres hamidiens, construit une nouvelle école pour les 300 élèves.
Le 28 juin 1915, les autorités turques donne l’odre à la population de Bazmachène de partir pour les déserts de Syrie.

L'enfant arménien devenu « Mowgli »


18.02.2016

C’est un enfant arménien retrouvé dans le désert. Privé de soins et ayant eu des conditions minimales de vie, il a vécu environ deux ans loin des humains, il s’est nourri seulement de grains, d'herbes ainsi que d'autres plantes. L’enfant était tout à fait sauvage au moment des retrouvailles, ce qui est évident de l'observation de son regard et de sa posture. Les photos ont été prises de 1920 à 1921, à Alep par la collaboratrice du Comité américain de secours au Proche-Orient, Hélène-Marie Gérard, qui a par la suite soigné cet enfant.
Pendant les années du génocide des Arméniens, des milliers d'enfants sont devenus orphelins, perdant leurs parents et leurs proches pendant l’exode. Certains d'entre eux, rescapés des massacres commis par les turcs, avaient trouvé asile dans des lieux abandonnés et inhabités, dans des forêts, dans des zones rocailleuses, loin des populations et de la civilisation. Ces enfants, sans défense et sans protection devant les yeux de ceux qui avaient brutalement tués leurs parents, avaient vécu en compagnie d'animaux et avaient alors imité leur comportement.

La ministre des affaires étrangères suédoise Margot Wallström a visité le Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd


09.02.2016

Le 9 février, la ministre des affaires étrangères suédoise Margot Wallström a visité le Complexe commémoratif de Tsitsernakaberd. La ministre et les membres de la délégation suédoise ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.
Le vice-directeur du Musée-Institut du Génocide des Arméniens, Souren Manoukyan, a accompagné la ministre vers le Mur commémoratif. La dernière partie du Mur commémoratif abritent des urnes en verre contenant de la terre provenant des tombes de figures intellectuelles et politiques qui ont élevé leur voix contre le génocide. Parmi eux, Armin Wegner, Hedvig Bull, Henry Morgenthau, Franz Werfel, Yohannes Lepsius, James Bryce, Anatole France, Jakomo Gorini, Benedict XV, Fritioff Nansen, Alma Johansson, Fayez El Husseyn. Souren Manoukyan a présenté l’histoire d’Alma Johansson, la compatriote de la ministre suédoise.

LA CRUCIFIXION DE MOUCHEGHIK


09.02.2016

Cet enfant de la photo a «goûté» toute l'essence de la cruauté inhumaine encore très jeune. Les horreurs du génocide, comme les blessures qui ne guérissaient pas, ont accompagné Mucheghik pendant toute la vie en lui rappelant chaque instant des jours et des moments terribles de son enfance.
Les preuves de la «punition» inhumaine que Mucheghik a souffert, sont même visibles sur la photo prise un an plus tard de l’événement, où il démontre ses mains avec les cicatrices profondes.

Moucheghik est né en 1907/1908 au village Diza (province de Van), dans la famille de 14 personnes. Seulement lui et sa mère Beyaz Badalian ont survécu. Le père de Moucheghik, Hovsep, et ses trois oncles, Hmayak, Hakob et Garabed, ont été tués au chemin de Bachkalé en tant que amelé Taburi (soldats du bataillon de travail) après la mobilisation de 1914..

Les témoignages de Noyemzar Mouradyan
Mouch, village Mkragom, 1883


30.01.2016

Noyemzar Mouradyan raconte dans ses mémoires comment les Kurdes ont brûlé la plaine de Mouch de bon matin de la fête Vardavar en 1915. Elle note que les Kurdes réunissaient et emmenaient les hommes, ensuite brûlaient les femmes et les enfants dans les granges. Trois fils sur cinq enfants de Noyemzar ont survécu. La fille aînée a disparu, et la plus jeune est morte sur la route.
Les Turcs ont tué mon mari le jour de Vardavar. Les massacres des Arméniens dans la plaine de Mouch ont été commencés ce jour-là.
C’était le dimanche de Vardavar.






Nouvelles du site

19.09.2015 Rénovation du site

Follow us



Musée virtuel

Conférence Internationale

genocide
L'analyse comparative des génocides du 20ème siècle
Douzième conférence de l'Association
internationale des spécialistes du génocide
8-12 Juillet 2015, Erevan

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2016

PROJET SPÉCIAL

100photo
CENT HISTOIRES DE PHOTO SUR LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS


EXPOSITIONS TEMPORAIRES

brand book
Expositions temporaires dédiées au Génocide arménien

Au cours de toute l’année de 2015, dans le cadre des événements dédiés au 100ème anniversaire du Génocide arménien, le MIGA prévoit d'organiser simultanément dans différents pays près de vingt expositions variées et multilingues, d’une nouveauté scientifique, ainsi que avec les technologies et les designs modernes.

Mémoire

remember
Avédis Jrassounyan, marchand de Tokat, propriétaire riche. Il a été tué par les Turcs en 1915. Il fut une victime du génocide des Arméniens.

RA, Armenie Erevan 0028
Complexe Commemoratif de Tsitsernakaberd
Tel.: (374 10) 39 09 81
Fax: (374 10) 39 10 41
    2007-2014 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am