Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Délégations
Plan du site
Remarques
Contacts
Liens
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Notre mission
Le mot du directeur
Articles de presse
Journal éléctronique
Interviews
Actualités
Conférences
L’année du livre  
Bourse d’études Lemkin  
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Photos du complexe
Journée de commémoration
Amis de la Fondation MIGA
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
National Academy of Sciences of Armenia
Public Radio of Armenia
Armenian News Agency
ARMEDIA  Information, Analytical Agency
Inhomage
armin
armin
armin
armin
armin
1000000lives




Actualités

Corinna Shattugk

L’américaine qui sauvait les Arméniens


16.02.2017

Mademoiselle Corinna Shattugk, membre du Conseil américain des plénipotentiaires des missions étrangères (CAPME, Ang. American Board of Commissioners for Foreign Missions or ABCFM), a fait un grand effort pour aider les Arméniens occidentaux pendant les massacres de 1894 à 1896.

Lors des massacres d’Ourfa de 1895, Corinna Shattugk, en risquant sa vie, sauva la vie de 240 Arméniens (60 hommes, les autres femmes et enfants) en les cachant dans chez soi. Elle ne profita même pas de l’occasion de déménager à Ayntap en préférant de prêter secours aux survivants des massacres.


Le décernement de la médaille d’or à l’historien remarquable, Ervand Pamboukian, par le MIGA


11.02.2017

Le 10 février, il a eu lieu la présentation du 12ème volume, « Des documents pour l’histoire de la Fédération révolutionnaire arménienne », édité par l’historien arménien de la Diaspora, Ervand Pamboukian.

Le livre fut récemment publié à Beyrouth. Il est dédié totalement au Génocide des Arméniens. Le volume résume les documents de source concernant le Génocide conservés dans les archives de la Fédération révolutionnaire arménienne. Parmi ces documents, il y a aussi des témoignages des témoins oculaires recueillis par Chavarch Misakian.

Ervand Pamboukian est le rédacteur de ce recueil en plusieurs volumes depuis 2009.


Hayk Démoyan a récompensé Chahan Gantaharian, le rédacteur en chef du quotidien « Azdak »


08.02.2017

Le directeur du Musée-Institut du Génocide des Arméniens Hayk Démoyan a remis une médaille « Henry Morgenthau » à Chahan Gantaharian, directeur et rédacteur en chef du quotidien « Azdak ».

Le MIGA apprécie beaucoup le soutien et la participation de l’édition « Azdak », en particulier du rédacteur en chef Chahan Gantaharian, d’avoir informé la collaboration de Hayk Démoyan, le secrétaire du Comité d'État pour la coordination des événements dédiés au centenaire du génocide des Arméniens, avec la communauté arménienne du Liban.

Le MIGA et le quotidien « Azdak » de Liban collaborent ensemble depuis des années. Les pages d’« Azdak » présentent les nouvelles du MIGA. « Azdak » publie également les articles des chercheurs du MIGA.


Visite du président de la Commission des Affaires étrangères du parlement suédois à Tsitsernakaberd


07.02.2017

La délégation du président de la Commission des Affaires étrangères du parlement suédois a aujourd’hui visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens.

Kenneth G. Forslund, le président de la Commission des Affaires étrangères du parlement suédois, et les membres de la délégation ont mis des fleurs auprès de la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.

Ensuite, les délégués ont visité le musée, où ils ont découvert l’histoire et les documents originaux du Génocide des Arméniens.

La station des réfugiés arméniens à Ras-el- Aïn


31.01.2017

Cette photo exclusive était prise en 1915/1916 à l’environement de la localité syrienne Ras-el-Aïn où se sont installés les déportés arméniens chassés de l’Arménie occidentale et d'autres régions de l'Empire ottoman. Elle a été probablement prise en secret du deuxième étage d'un des bâtiments près du camp de concentration. Le photographe a probablement essayé de rester inaperçu, en sachant bien qu’il pouvait être sévèrement puni par la loi ottomane interdisant de photographier les caravanes des Arméniens déportés et les camps de concentration.

Sara Corning - 145
Elle a vécu pour servir les autres


25.01.2017

Sara Corning est née en 1872 dans la petite ville Chegoggin qui se trouve à 8 kilomètres de Yarmouth (Sud-Ouest du Canda). Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918) elle devint membre de la Croix Rouge américaine. En tant que volontaire, elle partit dans l’Empire ottomane pour aider les réfugiés et les orphelins arméniens survécus au Génocide des Arméniens. La presse canadienne (Toronto World, The Halifax Herald, La Presse etc.) informa plusieurs fois sur les massacres des Arméniens pendant ces jours.

En 1922, devenue membre du Comité de secours américain au Proche-Orient, Sara Corning partit pour Smyrne.

En septembre 1922, les kémalistes envahirent Smyrne. La ville fut en générale peuplé par les réfugiés. Sara Corning se souvient : « Il y avait beaucoup de réfugiés malades, et nous avons ouvert une clinique pour les soigner mais les militaires l’ont bientôt fermée ».

Il n’y avait pas seulement des indigènes arméniens à Smyrne, mais aussi plusieurs réfugiés et parmi eux il y avait beaucoup d’orphelins. Le 13 septembre les kémalistes ont incendié « Gyavour Izmir ». Le nombre des chrétiens massacrés fut entre 100 000 et 150 000.

Les mémoires d’Aurore Mardiganian traduites en chinois


20.01.2017

À la fin 2016, la version chinoise des mémoires d’Aurore Mardiganian, « l’Arménie ravagée », fut éditée à Taiwan.

David Wang a traduit et a publié le livre par l’autorisation du Musée-Institut du Génocide des Arméniens.

Le livre présente les mémoires de la jeune fille arménienne Aurore Mardiganian (Archalouys Martikian). Elle raconte sa vie et celle de son peuple exilé, violé et massacré.


« Je me souviens des gendarmes turcs, qui nous ont exilés à Deir-ez Zor en nous battant avec les matraques »
Les témoignages de Mariam Barditchian
1909, Moussa Dagh, village Haji-Habibli


19.01.2017

Mariam Barditchyan, survécue au génocide, était d’origine du village Haji-Habibli (Moussa Dagh). Son père fut recruté dans l’armée ottomane les premiers jours des massacres et sa mère n’arriva pas de monter la montagne avec ses trois petits-enfants et ainsi elle apparut parmi les déportés. Mariam a raconté comment ils ont été déportés à Adana, où elles sont restées sans nourriture et eau. Sa mère et sa petite sœur moururent de faim et de soif. Mariam et sa sœur cadette se retrouvèrent finalement dans l’orphelinat.

« …En 1914, mon papa a été mobilisé dans l’armée ottomane du village Haji-Habibli de Moussa Dagh. Ma jeune mère et ses trois petits enfants n’ont pas arrivée de monter la montagne, et nous sommes apparus dans les convois des exilés, dans les déserts de « l’Arabstan ». Je me souviens des gendarmes turcs, qui nous ont exilés à Deir-ez Zor en nous battant avec les matraques.

L'assassinat de Hrant Dink


18.01.2017

Istanbul Sisli, le 19 Janvier 2007
Le corps de Hrant Dink, rédacteur de l’hebdomadaire Agos publié en Turquie, quelques minutes après l’assassinat.
Cet assassinat est la conséquence de l’atmosphère de nationalisme et d’intolérance alarmants croissants en Turquie, lesquels sont encouragés par les autorités turques. Hrant Dink est la victime de la politique de haine envers les Arméniens et de négationnisme public. Ce crime d’assassinat a créé une nouvelle formule : celle de 1.500.000 + 1.

Le 19 janvier 2007, Hrant Dink était tué à Istanbul, par les trois coups de balles dans la tête, juste devant la rédaction de l’hebdomadaire Agos à Sisli. En quittant le lieu de crime, le meurtrier a appelé « giaour », ce qui fait allusion au contexte nationaliste de l'assassinat.



Karen Jeppe-140


27.12.2016

Karen Jeppe est née en 1876 à Gylling (ville au Danemark).

Elle apprit des massacres des Arméniens de 1894 à 1896 dans la presse européenne. Mais 1902 devint tournant dans sa vie. Après avoir écouté la conférence de l’humaniste danois Age Mayer Benedictsen, Karen Jeppe devint membre de l’organisation « Les amis danois des Arméniens » et elle travailla avec le fondateur de la Mission orientale de l’Allemagne, Johannes Lepsius.

K. Jeppe ne fut pas une missionnaire. Lui et Age Meyer Benedictsen étaient convaincus qu’il fallait respecter le peuple arménien, sa culture et sa religion pour les aider et stimuler leur développement.

K. Jeppe et les administrateurs de l’organisation « Les amis danois des Arméniens » comprenaient qu’il fallait avoir un soutien de l’Empire ottoman pour travailler avec les organisations missionnaires allemandes et américaines ainsi que avec les municipalités.


La délégation de la Douma d’État de la Fédération de Russie a visité le Musée du Génocide des Arméniens


23.12.2016

Le chef du comité de la Douma d’État de la fédération de Russie sur les affaires de la CEI, de l’intégration eurasienne et les relations avec les compatriotes Leonid Kalachnikov a visité le Complexe commémoratif du Génocide des Arméniens. Il a été accompagné par le membre du comité permanent des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale de l’Arménie, Mher Chahgeldyan, et le directeur adjoint du MIGA Souren Manoukyan.

Leonid Kalachnikov et les membres de la quatrième session conjointe à Erevan ont déposé une gerbe auprès du Mémorial du Génocide des Arméniens au nom de la Douma de la Fédération de Russie, ensuite ils ont mis des fleurs devant la flamme éternelle et ont honoré la mémoire des victimes innocentes avec une minute de silence.








Nouvelles du site

19.09.2015 Rénovation du site

Follow us



Musée virtuel

Conférence Internationale

genocide
L'analyse comparative des génocides du 20ème siècle
Douzième conférence de l'Association
internationale des spécialistes du génocide
8-12 Juillet 2015, Erevan

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2017

PROJET SPÉCIAL

100photo
CENT HISTOIRES DE PHOTO SUR LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS


EXPOSITIONS TEMPORAIRES

brand book
Expositions temporaires dédiées au Génocide arménien

Au cours de toute l’année de 2015, dans le cadre des événements dédiés au 100ème anniversaire du Génocide arménien, le MIGA prévoit d'organiser simultanément dans différents pays près de vingt expositions variées et multilingues, d’une nouveauté scientifique, ainsi que avec les technologies et les designs modernes.

Mémoire

remember
Grigor Mjrguyan, figure politique, commerçant. Il est né en 1863. Les Turcs l’appelaient Yaver Effendi. Il fut le président de l’Union Générale arménienne de bienfaisance. Il fut tué en 1918. Il fut une victime du Génocide des Arméniens.

RA, Armenie Erevan 0028
Complexe Commemoratif de Tsitsernakaberd
Tel.: (374 10) 39 09 81
Fax: (374 10) 39 10 41
    2007-2016 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am