Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

La délégation du Parlement grec a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



29.11.2022

Les députés grecs Periklis Mantas, Anastasios Bardzokas et Konstantinos Zachariadis, arrivés en Arménie pour une visite de travail, se sont rendus au Mémorial de génocide des Arméniens le 29 novembre, accompagnés d'Arman Eghoïan, président du Comité permanent de l’AN de RA sur l'intégration européenne.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également évoqué l'histoire des trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants enterrés devant le Mur commémoratif pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.

À l'occasion du 55e anniversaire de la construction du Mémorial de génocide des Arméniens



29.11.2022

Il y a 55 ans ce jour-là, le 29 novembre 1967, le Mémorial aux victimes de génocide des Arméniens a été inauguré par une cérémonie solennelle au sommet de Tsitsernakaberde.

Le Mémorial de génocide des Arméniens est dédié à la mémoire de 1,5 million d'Arméniens qui ont été victimes du premier génocide du XXe siècle organisé par le gouvernement des Jeunes Turcs sur tout le territoire de la Turquie ottomane (Empire ottoman). En 1967 depuis que la construction a été achevée, le Mémorial est devenu une partie intégrante de l'architecture d'Erevan, se transformant en un lieu de pèlerinage. Situé sur une colline et se détachant du paysage général, le Mémorial est en même temps en parfaite harmonie avec l'environnement, et les lignes simples de la structure traduisent l'esprit de la nation qui a survécu au génocide.

Le mémorial occupe une superficie de 4 500 mètres carrés et se compose de trois éléments principaux : le mur commémoratif, le temple de l'éternité avec une flamme inextinguible, la colonne commémorative « Arménie ressuscitée ».

Les participants du forum international « Arménie-Inde ; de nouvelles stimules pour les relations millénaires » ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



27.11.2022

Le 27 novembre, les participants du forum international « Arménie-Inde ; de nouvelles stimules pour les relations millénaires » ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également évoqué l'histoire des trois khatchkars érigés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants enterrés devant le Mur commémoratif pendant la lutte d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.


Magazine « Toune » des élèves de l'Orphelinat de Djbeil
Revivre et se souvenir du génocide



23.11.2022

Revivre le génocide et se souvenir du passé était le moment peut-être le plus douloureux des orphelins. Les articles sur le génocide, les déportations, les massacres sont moins nombreux dans le magazine. Ce fait était peut-être compréhensible, étant donné que les orphelins ne pouvaient pas parler de leurs souffrances ou, en tout cas, ils ont essayé de publier des articles plus positifs et pleins d'espoir. Cependant, peu importe à quel point leur désir était grand et l'intervention des enseignants a été menée dans cette direction, la perte de la patrie, des proches, de la tristesse, du désir se fait sentir sur les pages du magazine.

L'histoire de S. Mkrtitchian « La valeur de l'eau » (Mémoire) sur le génocide et la déportation est assez touchante. Il décrit les épreuves sur le chemin de la déportation, quand il était difficile de marcher sans eau, quand le père de famille était inquiet et ne savait pas quoi faire. Après une longue recherche, le père pleure aussi avec eux. « On pouvait voir des larmes sur son moustache. » À ce moment, ils commencent à prier avec toute la famille. Pour la première fois, les enfants voient leur père prier. Le soir, il commence à pleuvoir. L’auteur des mémoires écrit : « Nous avons commencé à remplir nos bols, nous ne nous étions lavés depuis tant de jours, nous nous sommes bien lavés et avons bu jusqu'à ce que nous soyons rassasiés, nous avons commencé à nous réjouir. Et nous avons commencé à glorifier notre Dieu, qui ne nous a pas laissés sans l'eau. »

Le lancement de l'exposition itinérante intitulée "Sur les traces des lycées arméniens de l'Empire ottoman ; Certificats de la Nation cultivée" de l'ASPU



18.11.2022

Le 15 novembre, dans le cadre des manifestations consacrées au 100e anniversaire de la fondation de l'Université pédagogique d'État arménienne du nom de Khatchatour Abovian, dans la salle du musée d'histoire de l'université, s’est tenue l’inauguration solennelle de l’exposition itinérante intitulée "Sur les traces des lycées arméniens de l’Empire ottoman. L'événement a été suivi par Haroutioun Maroutian, directeur du MIGA, Séda Parsamian, l'auteur de l'exposition, chargée de l'organisation des expositions du MIGA, Srbouhi Guévorguian, recteur de l'ASPU, des membres du personnel enseignant de l’université, étudiants, employés du MIGA.

L'événement a été ouvert par le recteur de l'APMU Srbouhi Guévorguian, qui, souhaitant la bienvenue aux participants, a souligné : "En tant que futurs pédagogues, on doit réaliser qu'en plus d'acquérir des connaissances, on résout également le problème de la formation de l'identité d'un citoyen. On doit être prêt à analyser consciemment et à transférer davantage l'héritage éducatif que le peuple arménien a eu au cours de son développement historique."

Un groupe d’étudiants de mastère de la Faculté des relations internationales de YSU au MIGA



17.11.2022

Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des étudiants, un groupe d’étudiants de mastère de la Faculté des relations internationales de l'YSU ainsi que leur professeur Gourguèn Hovhannissian ont été accueillis au MIGA, où ils ont eu une rencontre-discussion avec le directeur du MIGA, Docteur ès sciences hostoriques Haroutioun Maroutia.

Tout d'abord, Haroutioun Maroutian, le directeur du MIGA, a accompagné les étudiants au Mémorial de Génocide des Arméniens, présentant l'histoire de la création du mémorial. Il a également évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants enterrés auprès du Mur commémoratif pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens. Haroutioun Maroutian leur a parlé du Mur commémoratif, derrière lequel sont résumées les reliques des personnalités publiques, politiciens et missionnaires étrangers qui ont élevé la voix pour protester contre le génocide des Arméniens perpétré par le gouvernement turc.

Magazine d’élèves de l'orphelinat de Djbeil « Tune ».
Réflexions de 100 ans plus tard d'orphelins qui ont survécu au génocide



16.11.2022

Afin de rendre la vie quotidienne des enfants intéressante et efficace après le génocide des Arméniens et dans la période qui l'a suivi, une direction littéraire unique est formée dans l'environnement de l'orphelinat, à savoir la presse de l'orphelinat. Ce dernier était typique des orphelinats plus organisés et fonctionnant plus longtemps, mais il convient de préciser que l'atmosphère de l'orphelinat était importante pour concrétiser l'idée de publier un périodique. Un exemple classique de presse d'orphelinat est le magazine étudiant « Tune » de l'orphelinat de Djbeil au Liban.

L'orphelinat a été ouvert en 1920 avec 1 200 orphelins financés par le Comité de secours pour le Proche-Orient. Ensuite, l'orphelinat a été rempli d'orphelins de différentes régions de Syrie et de Turquie. En 1923 l’orphelinat Nahr Ibrahim, où étaient principalement hébergés des orphelins de Konya et de Césarée, a également été transféré à Djbeil après avoir été fermé en raison de l'épidémie. Le nombre maximum d'orphelins a atteint 1 500.

Le désir des enseignants d'avoir un magazine n'était pas seulement d'apporter de l'intérêt ou de l'occupation dans leur vie quotidienne, il avait une mission claire : restaurer l'identité nationale, transmettre des connaissances sur leur identité nationale aux élèves orphelins qui connaissaient peu ou ignoraient leur appartenance ethnique.

DOCUMENTS D'ARCHIVES NOUVELLEMENT REÇUS AU MIGA.
SUR LES TRACES DE LA QUESTION DE LA BÉATIFICATION DU MOINE ITALIEN SALVATORE LILLI



15.11.2022

En ce juin le Musée-Institut de génocide des Arménien a reçu du ministère des Affaires étrangères de la RA un ensemble de documents principalement en italien pour la conservation dans des archives. Comme indiqué dans la lettre ci-jointe envoyée par le ministère des Affaires étrangères de la RA, M. Talal Khrais, le fondateur de la société italo-arabe "Assadakah", a remis les documents d'archives à l'ambassadrice de la RA en Italie, Mme Tsovinar Hambardzoumian. Selon M. Khrais, le briquetier Salvatore Gargano a découvert les documents d'archives lors des travaux de rénovation du monastère d'Oriolo Romano [1] (commune de Viterbe, Lazio). Ces matériaux d'archives constituent de documents historiques collectés pour examiner les circonstances du martyre de Salvatore Lilli, un frère franciscain d'origine italienne, puis pour classer les bienheureux de l'Église catholique.

Les documents se composent de notes historiques, d'une lettre du père Salvatore adressée au grand prêtre de l'époque Pie IX (1846-1878), de divers fonctionnaires religieux et laïcs, ainsi que de témoignages enquêtant sur les circonstances du martyre de Salvatore Lilli et de photographies de témoins. Dans ceux-ci, Salvatore Lilli, en tant que témoin oculaire, décrit également les répressions menées par l'Empire ottoman contre la population arménienne.

Salvatore Lilli, fils de Vincenzo et Annunziata Lilli, est né en 1853 dans la commune de Cappadoce dans la province de L'Aquila de la région des Abruzzes au centre de l'Italie le 19 juin et a été baptisé le même jour dans l'église paroissiale de San Biagio (aujourd'hui Saint Vlas, martyrisé en 316 à Sébastia) du nom du martyr arménien.

L'ambassadeur de la République de Chypre en Arménie, Kypros Yorgalis, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



15.11.2022

Le 15 novembre, la délégation conduite par le nouvel ambassadeur de la République de Chypre en Arménie Kypros Yorgalis (résidence : Moscou) a visité le Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants de la liberté enterrés devant le Mur de la mémoire pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.


Des députés de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



12.11.2022

Le 12 novembre, des députés de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnés d'un groupe de députés de l’AN de la RA.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier et les histoires des cinq combattants de la liberté enterrés devant le Mur de la mémoire pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.


La délégation de la Douma d'État de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



10.11.2022

Le 10 novembre, la délégation conduite par Kazbek Taïsaev, premier vice-président de la Commission des affaires de la CEI, de l'intégration eurasienne et des relations avec les compatriotes de la Douma d'État de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens, accompagné de Chirak Torossian, un membre du Comité permanent de l'AN de la RA sur l'intégration régionale et eurasienne.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des arménien, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants de la liberté enterrés devant le Mur commémoratif pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.

De hauts responsables du ministère des Affaires étrangères d'Israël ont rendu hommage à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens



10.11.2022

Simona Helperin, directrice générale adjointe du ministère israélien des Affaires étrangères, chef du département d’Eurasie et Balkans occidentaux, et Mikhal Herchkovits, directeur du département d’Asie centrale et du Caucase, qui ont visité le musée de génocide des Arméniens il y a deux jours, ont également visité, le 10 novembre, le musée de génocide des Arméniens, accompagnés du vice-ministre des Affaires étrangères de la RA Mnatsakan Safarian, de l'ambassadeur de la RA en Israël Arman Hakobyan, de l'ambassadeur d'Israël auprès de la RA Yoel Lioni et du consul honoraire d'Israël en Arménie Achot Chakhmouradian.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier dans la région et les histoires des cinq combattants de la liberté enterrés devant le Mur commémoratif pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.

Visite de députés grecs au Mémorial de génocide des Arméniens



09.11.2022

Des membres du parlement grec ont visité le mémorial de génocide des Arméniens le 9 novembre.

Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Elle a évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants de la liberté enterrés devant le Mur commémoratif pendant la guerre d'Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.


Des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères d'Israël ont visité le musée du génocide des Arméniens



08.11.2022

Simona Helperin, directrice générale adjointe du ministère des Affaires étrangères d'Israël, chef du département de l'Eurasie et des Balkans occidentaux, et Mikhal Herchkovits, directeur du département de l'Asie centrale et du Caucase, ont visité le musée de génocide des Arméniens le 8 novembre, accompagnés de l'ambassadeur d'Israël en Arménie Yoel Lioni et le consul honoraire d'Israël en Arménie Achot Chakhmouradian.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté un bref historique de la création du Mémorial.



Le génocide des Arméniens devant la Cour européenne des droits de l'homme
Conférence II de Thomas Hochmann



03.11.2022

Hier, dans la salle de conférence du MIGA, le professeur Thomas Hochmann de l'Université de Nanterre à Paris a prononcé sa deuxième conférence intitulée « Le génocide des Arméniens devant la Cour européenne des droits de l'homme ». Elle était consacrée à l'affaire « Perintchek contre la Suisse », qui est examinée depuis près de deux ans par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Le professeur Hochmann a présenté en détail le déroulement de l'affaire, s'est référé aux décisions de la Chambre et de la Grande Chambre, en montrant leurs aspects erronés. Contrairement à la Chambre CEDH, le verdict de la Grande Chambre adopté en octobre 2015 a déclaré que le tribunal n'est pas tenu de déterminer si les massacres et les déportations massives du peuple arménien par l'Empire ottoman peuvent être qualifiés de génocide, et que le tribunal n'a pas le pouvoir d'émettre déclarations juridiquement contraignantes. Et sept des 17 juges de la Grande Chambre, dont le président de la Cour EDH, avaient mentionné dans leur avis spécial que les massacres et les déportations subis par le peuple arménien sont un génocide et que le génocide des Arméniens est un fait historique clairement établi.

Le président du département français de Hauts-de-Saints, George Sifred, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



02.11.2022

Le 2 novembre, la délégation conduite par le président du département français des Hauts-de-Seine, Georges Sifred, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens, accompagné du sous-gouverneur de Tavush, Narek Ghouchtchian.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a raconté l'histoire de trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde en mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais au siècle dernier dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou, soulignant que ce qui s'est passé était la continuation du génocide des Arméniens.

Conférence du professeur Thomas Hochmann au MIGA



01.11.2022

Le professeur Thomas Hochmann de l'Université de Nanterre à Paris a prononcé aujourd'hui une conférence intitulée "La négation du génocide en droit français" dans la salle de conférences du MIGA.

Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du MIGA, a présenté les activités de Thomas Hochmann aux participants.

Au cours de sa conférence, le professeur Hochmann a fait référence à l'adoption de lois par l'Assemblée nationale de France sur la criminalisation de la négation du génocide des Arméniens au cours de différentes années. Selon lui, un groupe de spécialistes estime que la négation des génocides contredit le droit à la liberté d'expression, tandis que l'autre groupe estime que dans ce cas, restreindre la liberté d'expression empêche l'enracinement des sentiments racistes et des discours de haine.

La délégation de l'Agence américaine pour le développement international a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



31.10.2022

Le 31 octobre, la délégation conduite par la responsable du Bureau d’Europe et d’Eurasie de l'USAID, Erin Mackie, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens.

Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Elle a brièvement raconté l'histoire du génocide des Arméniens, présentant les étapes, les méthodes, les causes et les conséquences du crime commis contre les Arméniens dans l'Empire ottoman. Elle a également évoqué les trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier et les histoires des cinq combattants pendant la guerre d’Artsakh, soulignant le lien entre ce qui s'est passé et le génocide des Arméniens.>

Le vice-ministre grec des Affaires étrangères, Andreas Katsaniotis, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



30.10.2022

Le 30 octobre, la délégation grecque dirigée par le vice-ministre des Affaires étrangères Andreas Katsaniotis a visité le Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Lusine Abrahamyan, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également raconté l'histoire de trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde en mémoire des Arméniens tombés victimes lors des massacres perpétrés par le gouvernement azerbaïdjanais au siècle dernier dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou, soulignant que ce qui s'est passé était la continuation du génocide des Arméniens.


Le chef du comité de gestion allemand «Cuisine de charité», Klaus Pavel, a visité le Mémorial de Génocide des Arméniens



29.10.2022

Le 1er octobre, la délégation conduite par le chef du comité de gestion allemand «Cuisine de charité», l’ancien gouverneur d'arrondissement d’Ostalb, Klaus Pavel, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratifs du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars (croix sur pierre) placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier, soulignant que ce qui s'est passé était une continuation du génocide des Arméniens.


Les députés français ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



28.10.2022

Les membres de l'Assemblée nationale française se sont rendus au Mémorial de génocide des Arméniens le 28 octobre, accompagnés du chef du groupe d'amitié Arménie-France, Vladimir Vardanyan.

Les invités ont été accueillis par Lousiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratifs du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars (croix sur pierre) placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier, soulignant que ce qui s'est passé était une continuation du génocide des Arméniens.


La visite de Mark Cameron, le directeur du département d'État des États-Unis pour les affaires du Caucase et des conflits régionaux, au Mémorial de génocide des Arméniens



27.10.2022

Le 27 octobre, Mark Cameron, le directeur du département d'État des États-Unis pour les affaires du Caucase et des conflits régionaux, s’est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens.

Edita Gzoïan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Elle a également évoqué les histoires des trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde en mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants pour la liberté de la guerre d’Artshakh enterrés devant Mur de deuil, soulignant que ce qui s'est passé était une continuation du génocide des Arméniens. Edita Gzoïan a également évoqué les aspects historiques et juridiques de la question de l'Artsakh, a présenté les actions et la propagande anti-arméniennes de l'Azerbaïdjan.

WIR DANKEN EUCH – NOUS VOUS REMERCIONS !



15.10.2022

Le matin du 21 juin 2014, je me rendis à la Bibliothèque nationale suisse à Berne. J’avais l’intention de continuer mes recherches pour mon projet et voulais examiner le journal trimestriel des amis de l’Arménie en Suisse, en quête d’articles intéressants et de rapports. Ce journal fut édité par la Fédération suisse des amis des Arméniens (Bund der schweizerischen Armenierfreunde) de juillet 1916 à 1944 à Bâle et avait pour titre « Mitteilungen über Armenien » (Nouvelles sur l’Arménie). Il avait pour but d’informer les bienfaiteurs suisses sur les faits de l’actualité en Turquie ainsi que dans tout le Proche-Orient et communiquait par la même occasion les comptes relatifs à l’utilisation des donations. Alors que j’étais arrivé au numéro 57 de l’édition de juin 1932, j’ai trouvé une page qui portait le titre « Kostkinder vom Beiruter Flüchtlingslager » (Enfants parrainés dans le camp de réfugiés de Beyrouth). À côté des photographies de quatre enfants orphelins, deux filles et deux petits garçons, il était écrit en grand : « Wir danken Euch! » (Nous vous remercions !). Un sentiment m’envahit et me serra le cœur. Moi et ces enfants étions liés comme des perles à un fil. Arrachés à la chaleur du sentiment de sécurité des parents, chacun avec sa propre histoire, unis par l’étendard commun du destin, ils étaient désormais entrés sous la tutelle du peuple suisse. Le manque d’attention parentale était écrit sur leur visage. On pouvait reconnaître la souffrance qu’ils avaient vécue à leur attitude corporelle. Ils avaient été écartés de la société et leur enfance leur avait été dérobée.

J’ai lu les noms des enfants. Involontairement, le nom du garçon aux pieds nus me sauta aux yeux : Krikor Tapanian. Un frisson me parcourut l’échine. Je pouvais à peine croire ce que je venais pourtant de lire de mes propres yeux. Le nom du garçon m’était très familier, mais je ne savais à qui le rapporter sur le moment. Comment se pouvait-il que je sois si lié par cette chaîne de perles ? Le cordon était toujours plus étroit et se laçait autour de ma gorge. Les rouages du destin devaient maintenant s’enclencher, et je devais apprendre une partie de l’histoire de ma propre famille. Était-il possible que je sois tombé sur mon propre oncle ? Comment était-il arrivé qu’il apparaisse ainsi dans un journal suisse ? N’est-il pas déroutant et curieux de faire l’expérience de son propre destin familial précisément dans la Bibliothèque nationale suisse ? Une brève biographie m’en apporta la certitude – on pouvait y lire : « 7 ans, souffre de la malaria. Père mort, mère travaille comme servante et doit encore s’occuper de deux enfants plus petits. »

Des parlementaires suisses ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



15.10.2022

Le 15 octobre, les députés du Conseil national de la Confédération suisse, Stefan Müller-Altermat et Michel Mater, arrivés en Arménie pour une visite de travail, se sont rendus au Mémorial de génocide des Arméniens accompagnés d'Eduard Aghadjanian, président de la Commission permanente des relations extérieures de RA, de Stefano Lazzarotto, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Suisse auprès de RA, et de Sargis Chahinian, secrétaire général du Groupe d'amitié parlementaire Suisse-Arménie.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratifs du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placées sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgaït, Kirovabad (Gandzak), Bakou à la fin du siècle dernier.

La visite du représentant arménien de l'Association évangélique arménienne d'Amérique (AMAA) Arèn Deirmendjian et du personnel du bureau d'Erevan au Musée-Institut de génocide des Arméniens



13.10.2022

Le personnel du bureau d'Erevan de l'Association évangélique arménienne d'Amérique (AMAA) dirigé par Arèn Deirmendjian a visité le Musée-Institut de génocide des Arméniens le 12 octobre.

Ils ont été accueillis par Edita Guezoïan, directrice adjointe scientifique du MIGA. Aren Deirmenjian, le représentant de l'Arménie de l'Association, a présenté le but de la visite et a remercié le personnel du musée pour l'invitation dans la salle de l’expostion temporaire « Smyrne dans l'orbite des génocides des Arméniens et des Grecs ; extermination, incendie criminel et exil (septembre 1922) ».

PARTICIPATION À LA CONFÉRENCE ET VISITES AUX CENTRES SCIENTIFIQUES ARMÉNIENNES DANS LA VILLE DE BOSTON, ÉTATS-UNIS



13.10.2022

Les 17 et 18 septembre de l’année en cours, le directeur du MIGA Dr ès scences historiques Haroutioun Maroutian et chef du Département de documentation et d'étude des victimes et survivants du génocide des Arméniens, chercheuse principale, candidate ès sciences historiques Chouchane Khatchatrian ont participé à la conférence internationale intitulée « Technologies de communication et Pratiques narratives arméniennes à travers les siècles », organisée par la Société des études arméniennes (Society for Armenian Studies) et par NAASR dans la salle du nom de Vardan Gregoryan, de l'Association nationale pour les études et la recherche arméniennes (NAASR) à Belmont (partie du Grand Boston) des États-Unis d'Amérique. La conférence était consacrée aux formes de communication historiques et contemporaines dans l'environnement arménien (c'est-à-dire les manuscrits, la typographie, les médias visuels et numériques, etc.). En impliquant des chercheurs travaillant dans différentes disciplines, elle visait à promouvoir un discours interdisciplinaire sur la façon dont les technologies de communication ont influencé la culture, le style et les modes narratifs arméniens, et inversement, comment l'expérience narrative arménienne a façonné les nouvelles technologies.

De l'histoire de la vie de Sérob Haroutioun Torossian, rescapé du génocide des Arméniens



08.10.2022

Les mémoires de Sérob Haroutioun Torossian, écrits par le fils de ce dernier, Grigor Torossian, en janvier 1970, font partie des mémoires des survivants du génocide des Arméniens au MIGA.

Sérob Torossian est né en 1904 dans la ville de Maden de la province de Diarbékir en Arménie occidentale. Après la mort du père de Sérob en 1911, la famille déménage à Arabkir. Il y avait 14 enfants dans la famille, dont Sérob, une sœur aînée et un frère cadet ont survécu.



Des membres de l'Association chrétienne des jeunes (YMCA) ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



07.10.2022

Des membres de l'Association chrétienne des jeunes hommes (YMCA) ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 5 octobre.

Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Elle a également évoqué les histoires des trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde en mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgaït, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants de la liberté enterrés devant le Mur de deuil pendant la guerre d'Artsakh, soulignant que ce qui s'est passé était une continuation du génocide des Arméniens.


Le financement de deux projets du MIGA a été approuvé dans le cadre du « Programme de Soutien à la recherche des jeunes scientifiques – 2022 »



05.10.2022

Dans le cadre du financement contractuel (thématique) des activités scientifiques et scientifiques-techniques du Comité scientifique de l'Académie arménienne des sciences « Programme de soutien à la recherche des jeunes scientifiques – 2022 », deux programmes suivants du MIGA ont été approuvés pour un financement : « Les origines, l'état actuel, les tendances (approches interdisciplinaires) de la haine turco-azerbaïdjanaise à l’égard des Arméniens » dirigé par Chouchane Khatchatrian, candidate ès sciences historiques et "La participation des femmes turques au processus du génocide des Arméniens ; centre des femmes du Croissant-Rouge » dirigé par Elina Mirzoïan, candidate ès lettres.



La visite de Pietro Curzio, président de la Cour de cassation italienne, au Mémorial de génocide des Arméniens



01.10.2022

Le 1er octobre, la délégation conduite par le président de la Cour de cassation italienne, Pietro Curzio, arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée de la présidente de la Cour de cassation de la RA, Lilit Tadévossian, l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Italie en Arménie, Alfonso Di Rizzo, et l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RA en Italie, Tsovinar Hambardzoumian.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placées sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgaït, Kirovabad (Gandzak), Bakou à la fin du siècle dernier. Les membres de la délégation italienne ont déposé des fleurs près du feu éternel et ont observé une minute de silence à la mémoire d’un million et demi de victimes innocentes du génocide des Arméniens.

La visite de la délégation parlementaire grecque au Mémorial de génocide des Arméniens



27.09.2022

La délégation parlementaire grecque, arrivée en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 27 septembre.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placées sur le terrirtoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou à la fin du siècle dernier.

Les membres de la délégation grecque ont déposé des fleurs près du feu éternel et ont observé une minute de silence à la mémoire des martyrs canonisés du génocide des Arméniens.

SUR LES TRACES DES HISTOIRES DES SURVIVANTS ARMÉNIENS DE ZMYRNE
Rencontre avec des descendants de survivants



24.09.2022

Aujourd'hui, dans la salle de conférences du Musée-Institut de génocide des Arméniens, s'est tenue une rencontre avec les descendants des survivants arméniens de Smyrne, dans le cadre de laquelle les reliques témoignant des récits de leurs ancêtres ont été déposées aux archives scientifiques de l’Institut de génocide des Arméniens. La plupart des échantillons sont présentés dans l’exposition temporaire de « Smyrne dans l'orbite des génocides des Arméniens et des Grecs ; extermination ; incendie criminel et déportation (septembre 1922) » inaugurée le 14 septembre 2022.

Tehminé Martoïan, chercheuse principale du département de documentation et de recherche sur les victimes et les survivants du génocide des Arméniens, l'auteur de l'exposition, a salué le public, notant que les histoires des témoins-survivants contribuent à la couverture de la question de l'extermination des Arméniens et des Grecs de Smyrne et de l'incendie de leurs quartiers. Elle a ajouté que les mémoires et les journaux, en tant que documents, éclairent très souvent les réalités historiques de l'époque.

Le nouvel ambassadeur du Royaume d'Espagne en Arménie (résidence : Moscou) Marcos Gomez Martinez a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



23.09.2022

Le nouvel ambassadeur du Royaume d'Espagne en Arménie (résidence : Moscou), M. Marcos Gomez Martinez, arrivé en Arménie pour une visite officielle, s’est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens le 23 septembre, accompagné du consul honoraire du Royaume d'Espagne en Arménie Arminé Adamian.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placées sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou à la fin du siècle dernier.

Les députés du groupe d'amitié Belgique-Arménie du Parlement belge ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



22.09.2022

Le 22 septembre, la délégation conduite par Mark Demesmeker, chef du groupe d'amitié Belgique-Arménie du Parlement belge, arrivée en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée d'Armèn Roustamian, le chef du groupe d'amitié Arménie-Belgique de l’AN de la RA.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratifs du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars (croix sur pierre) placées sur le territoire de Tsitsernakaberde à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgaït, Kirovabad (Gandzak) et Bakou à la fin du siècle dernier.

Cher visiteur,

Le Musee de génocide armenien sera ferme le 21 septembre.

Respectueusement,
Fondation "Musée-institut de génocide armménien"



La visite de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants du Congrès américain, au Mémorial de génocide des Arméniens



18.09.2022

Le 18 septembre, la délégation conduite par la présidente de la Chambre des représentants du Congrès américain Nancy Pelosi a visité le mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée du président de l’AN de la RA Alain Simonian, de l'ambassadrice de la RA aux États-Unis Lilit Makounts et de l'ambassadrice des États-Unis en République d'Arménie Lynn Tracy.

Edita Gzoïan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Elle a également évoqué les histoires des trois khatchkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde en mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgait, Kirovabad (Gandzak), Bakou au siècle dernier, et les histoires des cinq combattants pour la liberté de la guerre d’Artshakh enterrés devant Mur de deuil, soulignant que ce qui s'est passé était une continuation du génocide des Arméniens. Edita Gzoïan a également évoqué les aspects historiques et juridiques de la question de l'Artsakh, a présenté les actions et la propagande anti-arméniennes de l'Azerbaïdjan.

RÉSUMÉ DES TRAVAUX DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE TROIS JOURS INTITULÉE « Smyrne dans l'orbite des génocides des Arméniens et des Grecs ; extermination, incendie criminel et déportation (septembre 1922) »



17.09.2022

Du 14 au 16 septembre 2022, a eu lieu la conférence internationale de trois jours intitulée « Smyrne dans l'orbite des génocides des Arméniens et des Grecs ; extermination, incendie criminel et déportation (septembre 1922) » organisée par la Fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens » (co-organisateurs : Institut d'études arméniennes de YSU, Institut d'histoire du NAS de RA, Université pédagogique d'État arménienne du nom de Kh. Abovyan, Haykazyan Université de Beyrouth, Chaire d'études pontiques de l'Université Aristote de Thessalonique).

Le discours d'ouverture de la conférence a été prononcé par le directeur du MIGA, docteur ès sciences historiques Haroutioun Maroutian. "Aujourd'hui, à l'époque de l'agression azerbaïdjanaise non cachée, nous convoquons une conférence scientifique consacrée aux conséquences d'une autre agression turque survenue il y a 100 ans. Il y a 100 ans, des milliers de citoyens innocents sont morts, aujourd'hui, des soldats arméniens défendent les frontières de la République d'Arménie dans leurs positions de combat. Le comportement agressif de nos soi-disant voisins n'a pas changé. Ils professent toujours les mêmes "valeurs" qu'il y a 100 ans. Et nous devons clairement en prendre conscience tout en construisant nos relations », a-t-il déclaré. Sur la propostion de Haroutioun Maroutian, les participants ont observé une minute de silence à la mémoire de ceux qui sont morts à la suite de l'agression déclenchée par l'Azerbaïdjan le 13 septembre.

La visite du président de l'Assemblée législative de Saint-Pétersbourg, Alexandre Belsky, au Mémorial de génocide des Arméniens



15.09.2022

Le 15 septembre, la délégation conduite par le président de l'Assemblée législative de Saint-Pétersbourg, Alexandre Belsky, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée des chefs de factions du Conseil municipal d'Erevan.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde, qui sont dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

OUVERTURE DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE ET DE L'EXPOSITION TEMPORAIRE AU MUSEE-INSTITUT DU GENOCIDE ARMENIEN



14.09.2022

Une conférence de trois jours intitulée « Smyrne dans l'orbite des génocides des Arméniens et des Grecs ; extermination, incendie criminel et déportation (septembre 1922) » a été lancée aujourd'hui dans la salle de conférence du Musée-Institut de génocide des Arméniens (co-organisateurs : Institut d'études arméniennes de YSU, Institut d'histoire du NAS de la RA, Université pédagogique d'État arménienne du nom de Kh. Abovyan, Haykazyan Université de Beyrouth, Chaire d'études pontiques de l'Université Aristote de Thessalonique).

Le directeur du MIGA Haroutioun Maroutian, docteur ès sciences historiques, a inauguré la conférence en termes suivants : « Aujourd'hui, à l'époque de l'agression azerbaïdjanaise non cachée, nous convoquons une conférence scientifique consacrée aux conséquences d'une autre agression turque survenue il y a 100 ans. Il y a 100 ans, des milliers de citoyens innocents sont tombés victimes, aujourd'hui, des soldats arméniens défendent les frontières de la République d'Arménie dans leurs positions de combat. Le comportement agressif de nos soi-disant voisins n'a pas changé. Ils professent toujours les mêmes "valeurs" qu'il y a 100 ans. Et nous devons clairement s’en rendre conscience tout en construisant nos relations ». Sur la proposition de Haroutioun Maroutian, les participants ont observé une minute de silence à la mémoire de ceux qui sont morts à la suite de l'agression déclenchée par l'Azerbaïdjan le 13 septembre de l’année en cours.

Visite du vice-ministre roumain des Affaires étrangères Julian Fota au Mémorial de génocide des Arméniens



13.09.2022

Le 13 septembre, la délégation dirigée par le vice-ministre roumain des Affaires étrangères Iulian Fota a visité le Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée de l'ambassadeur de la RA en Roumanie Sergueï Minassian et du représentant du département européen du MAE de la RA Haïk Khemtchian.

Les invités ont été accueillis et l'histoire de la création du complexe commémoratif a été présentée par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde, qui sont dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

Communiqué de presse



10.09.2022

Le 14 septembre 2022, à 9h00, se tiendra l’ouverture de la conférence de trois jours intitulée « Smyrne dans l'orbite des génocides des Arméniens et des Grecs ; extermination, incendie et exil (septembre 1922) » dans la salle de conférences de la fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens » (co-organisateurs : Institut d'études arméniennes de YSU, Institut d'histoire du NAS de RA, Université pédagogique d'État arménienne du nom de Kh. Abovyan, Université Haykazian de Beyrouth, chaire d’Etudes pontiques de l'Université Aristote de Thessalonique).

Des chercheurs du génocide, des historiens, des ethnographes, des critiques d'art, des psychologues, des experts juridiques originaires d'Arménie, de Grèce, du Liban, des États-Unis, du Canada, des Pays-Bas, d'Italie et de la République tchèque participent à la conférence.

À 10h40 aura lieu l’inauguration de l'exposition temporaire du même titre. L'exposition comprend treize affiches bilingues (arménien et anglais), diverses pièces d’exposition provenant des archives scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, des archives familiales des descendants des survivants, ainsi que d'autres collections.



La visite du coprésident américain du groupe de Minsk de l'OSCE, Philip Ricker, au Mémorial de génocide des Arméniens



08.09.2022

Le 8 septembre, la délégation conduite par le coprésident américain du groupe de Minsk de l'OSCE, le conseiller spécial pour les négociations dans le Caucase, Phillip Ricker, a visité le mémorial de génocide des Arméniens, accompagné d'Armen Yeganyan, chef du département des affaires américaines du ministère des Affaires étrangères de la RA, et l'ambassadeur américain en Arménie Lynn Tracy.

Harutyun Marutyan, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde, qui sont dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors du des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

SUR LA VOIE DE L'INTERNATIONALISATION DES ÉTUDES DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS



18.08.2022

Nous continuons à présenter les publications des chercheurs du MIGA, qui sont publiées dans des revues incluses dans des bases de données scientifiques internationales (WOS, Scopus) et dans des livres et collections édités par des maisons d'édition Book Citation Index.

Le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Harutyun Marutyan a publié l'article «April 24. Formation, Development and Current State of the Armenian Genocide Victims Remembrance Day» dans le recueil «Remembering the Great War in the Middle East: From Turkey and Armenia to Australia and New Zealand» (pages 61-82) (Book DOI http: https://www.bloomsburycollections.com/book/remembering-the-great-war-in-the-middle-east-from-turkey-and-armenia-to-australia-and-new-zealand/; Book Citation Index Publisher).

Réponse de l'Institut Zoryan aux critiques concernant l'état déplorable de la tombe du professeur Vahagn Dadrian



17.08.2022

L'Institut Zoryan d'Arménie a abordé les critiques selon lesquelles la tombe du professeur Vahagn Dadrian dans le panthéon de la ville d'Erevan est dans un état déplorable.

Nous présentons l'explication de l'Institut Zoryan :

"Le professeur Dadrian a été enterré en Arménie en août 2019, selon sa volonté et avec le consentement de sa famille. Le gouvernement arménien, par l'intermédiaire de son ambassade à Washington et avec le soutien de l'Institut Zoryan d'Arménie, a pris toutes les mesures nécessaires, y compris la couverture de toutes les dépenses financières et a organisé le transfert des cendres du professeur décédé à Erevan, en Arménie.

Sur décision du Premier ministre de la RA, une commission spéciale d'inhumation a été formée, qui a attribué un terrain dans le panthéon de la ville d'Erevan.


Inventer le passé : Zia Bouniatov et les tendances azerbaïdjanaises à nier la présence arménienne dans la région



12.08.2022

En octobre 2019 à l'Université d'Amsterdam, Sarah Crombach soutient avec succès une thèse intitulée Ziia Buniiatov and the Invention of an Azerbaijani Past (Zia Bouniatov et l'invention d'un passé azerbaïdjanais). Au lendemain de la soutenance, les médias arméniens et azéris ont couvert ce travail. Les Arméniens ont souligné que le scientifique néerlandais avait révélé les contrefaçons azerbaïdjanaises et les médias azerbaïdjanais ont tenté de minimiser la valeur de l'œuvre. Ce n'est certainement pas le premier cas où le travail d'un scientifique étranger est interprété différemment par les parties arménienne et azerbaïdjanaise. L'objectif de Crombach dans son travail n'était pas de contribuer de quelque manière que ce soit au discours de tel ou tel côté, mais de montrer comment l'historiographie azerbaïdjanaise s'est formée dans le système soviétique. En même temps, cependant, Crombach montre dans plusieurs parties de l'ouvrage comment l'Azerbaïdjan dénature l'histoire, faisant de sa réécriture une partie intégrante de la politique de l'État.

Ce n'est un secret pas un secret que l'Azerbaïdjan nie la présence arménienne dans la région du Caucase du Sud. Cependant, il est extrêmement important de comprendre comment ils y sont parvenus. Le livre de Crombach aide de ce point de vue.

Zia Bouniatov, le père de l'historiographie azerbaïdjanaise moderne, a joué un grand rôle dans la réécriture de l'histoire.

4 août 1920 : jour de l'adoption de l'acte de déclaration d'indépendance de la Cilicie



04.08.2022

Le 4 août 1920, l'Union nationale arménienne d'Adana, les représentants de tous les partis arméniens opérant en Cilicie et les dirigeants des communautés chrétiennes adoptent l'acte de déclaration d'indépendance de la Cilicie.

Selon le document, la Cilicie a été déclarée pays indépendant de la Turquie sous mandat français, doté d'une "administration chrétienne autonome locale". Le but principal de l'adoption du document était d'empêcher le retour du territoire de la Cilicie sous la domination turque.

Les Arméniens de Cilicie, ainsi que d'autres parties des Arméniens occidentaux, avaient été soumis à la déportation et au massacre pendant le génocide. La défaite de l'Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale, l'entrée des troupes françaises sur le territoire de la Cilicie et l'établissement de l'administration française permettent à de nombreux Arméniens de Cilicie, rescapés du génocide, de retourner dans leur patrie. Les Arméniens rapatriés de Cilicie essaient de s’organiser et de restaurer la vie normale menée avant le génocide.

"Enseignement du thème du génocide des Arméniens"
IVe école d'été



30.07.2022

Les 29 et 30 juillet, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a organisé une école d'été de deux jours intitulée "Enseignement du génocide des Arméniens" à laquelle ont participé plus de 30 professeurs d'histoire arménienne d'Erevan et des régions.

Dans le cadre de l'école d'été, qui se tient déjà pour la quatrième année, deux formations pratiques ont été organisées avec la participation d'enseignants et de professionnels qui ont participé pour la première fois cette année.


La visite d'Abdullah Shahid, président de l'Assemblée générale des Nations Unies, au Mémorial de génocide des Arméniens



27.07.2022

Le 27 juillet, la délégation conduite par le président de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, Abdullah Shahid, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens, accompagné du vice-ministre des Affaires étrangères de la RA, Vahé Gevorgyan et du représentant permanent de la RA auprès de l'ONU, Mher Margaryan et de la coordinatrice permanente par intérim des Nations Unies à Erevan Lila Peters Yahia.

Harutyun Marutyan, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


La visite des participants des 11e Jeux sportifs pan-arméniens au Mémorial de génocide des Arméniens



26.07.2022

Les Jeux sportifs pan-arméniens, organisés depuis 1981, se dérouleront en Arménie pour la quatrième fois (20-30 juillet). Plus de 850 participants de 16 pays sont venus à Erevan pour concourir dans 12 sports. L'objectif principal des Jeux est d'unir la jeunesse arménienne du monde entier.

La cérémonie d'ouverture des 11e Jeux sportifs pan-arméniens a débuté de la hauteur de Tsitsernakaberde le 22 juillet. La torche des jeux sportifs a été allumée à partir de la Flamme éternelle et relayée jusqu'à la place de la Liberté, où a eu lieu la cérémonie d'ouverture. Et déjà aujourd'hui, le 26 juillet, les participants des 11e Jeux sportifs pan-arméniens ont visité le Mémorial et le Musée de génocide des Arméniens.


Le livre "Le nombre de la population arménienne de la province de Pitlis en Arménie occidentale à la veille des grands massacres" du chercheur du MIGA Robert Tatoyan a été publié



22.07.2022

La Fondation culturelle "Vahram Aptalean" de l'UGAB, opérant au Liban, a publié l’étude "Le nombre de la population arménienne de la province de Pitlis en Arménie occidentale à la veille des grands massacres" de Robert Tatoyan, Ph.D, chercheur du Musée-Institut de génocide des Arméniens (MIGA).

Dans le livre, sur la base de l'analyse comparative des données de nombreuses sources statistiques concernant les années 1878-1914, un calcul de la population arménienne de la province de Bitlis (Baghèche) de l'Empire ottoman a été effectué à la veille du génocide des Arméniens, sur la base des données statistiques de 1913 (recensement de 1913-1914) du Patriarcat arménien de Constantinople. Les statistiques du gouvernement ottoman, des voyageurs et chercheurs arméniens et étrangers contemporains, des diplomates russes et occidentaux ont également été utilisées.

LE PROGRAMME DE FORMATION DES ENSEIGNANTS AMÉRICAINS AU MUSÉE-INSTITUT DE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS EST TERMINÉ



20.07.2022

Du 9 au 17 juillet 2022, l'organisation américaine "Genocide Education Project", en coopération avec le Musée-Institut de génocide des Arméniens, a organisé un cours de formation pour les enseignants américains. 15 enseignants du Massachusetts, Indiana, Wisconsin, Tennessee, Missouri, Alaska, New Jersey, Pennsylvanie, Connecticut, Californie, Oregon, Michigan, Virginie, New York ont été élus pour le programme.

Non seulement la formation professionnelle des enseignants, mais aussi leur expérience de travail étaient impressionnantes. Plusieurs des participants étaient titulaires d'une maîtrise en études sur l'Holocauste et le génocide, et trois avaient un doctorat en histoire. Deux participants avaient travaillé dans des programmes de formation à l'enseignement du génocide au Cambodge et au Rwanda. Cinq des 15 participants ont créé un sujet d'études sur les droits de l'homme et le génocide, qu'ils ont introduit dans leurs établissements d'enseignement. L'expérience en enseignement des enseignants variait de 20 à 24 ans.

L'ambassadrice syrienne en Arménie Nora Arisyan a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



19.07.2022

L'Ambassadrice Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Arabe Syrienne en Arménie Mme Nora Arisyan et le Consul M. Ahmad Hassan Alathba ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 19 juillet.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif.

Ils ont déposé des fleurs près du feu éternel et observé une minute de silence à la mémoire du million et demi de victimes innocentes du génocide des Arméniens. Haroutioun Maroutian, le directeur du MIGA, a accompagné les invités au Mur de deuil, derrière lequel sont rassemblées les reliques de personnalités publiques étrangères, d'hommes politiques et de missionnaires qui ont élevé leur voix de protestation contre le génocide des Arméniens perpétré par le gouvernement ottoman. Les invités ont été initiés à la vie et aux activités de Fayez al-Hussain, un juriste arabe, témoin des massacres d’Arméniens.

Cheikh Imran Hussain a planté un sapin dédié aux victimes du génocide des Arméniens, près du parc de la mémoire



16.07.2022

De passage récemment au Musée de génocide des Arméniens, Cheikh Imran Hussain, célèbre philosophe vivant en Belgique, prédicateur de l'islam, a exprimé son désir de planter un sapin argenté sur le territoire de Tsitsernakaberde.

Cheikh Imran Nazar Hussain est considéré comme l'un des commentateurs uniques du Coran spécialisé dans la jurisprudence islamique, la politique mondiale, l'économie, les questions socio-économiques, politiques et internationales contemporaines. Il est l'auteur de "Jérusalem en Crimée" et d'autres livres.

Il a prononcé un discours fort pendant la guerre de 44 jours, condamnant l'Azerbaïdjan et la Turquie.

Le ministre russe des Transports Vitaly Savelev a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



16.07.2022

Le 15 juillet, la délégation dirigée par le ministre des Transports de la Fédération de Russie Vitaly Savelev, arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée du ministre de l'Administration territoriale et des Infrastructures de la République d'Arménie Gnel Sanossian.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde, qui sont dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Le président du Landtag de Saxe-Anhalt d’Allemagne, Gunnar Schellenberger, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



14.07.2022

Le 14 juillet, la délégation conduite par le président du Landtag de Saxe-Anhalt de la République fédérale d'Allemagne Gunnar Schellenberger, arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée de l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d'Arménie à l'Allemagne Viktor Engibarian.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Martin Kayer, juge à la Cour suprême du Royaume des Pays-Bas, membre de la Commission de Venise, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



14.07.2022

M. Martin Kayer, juge à la Cour suprême du Royaume des Pays-Bas, membre de la Commission européenne "Démocratie par le droit" du Conseil de l'Europe (Commission de Venise), arrivé en Arménie pour une visite de travail, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 14 juillet, accompagné du juge de la Cour suprême de la RA Vahé Grigorian.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui leur a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde, qui sont dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

Le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Birouta, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



11.07.2022

Le 11 juillet, la délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Vincent Birouta, arrivé en Arménie pour une visite de deux jours, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagné du vice-ministre des Affaires étrangères de la RA, Mnatsakan Safarian.

Haroutioun Maroutian, directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a accueilli les invités et a présenté l'histoire de la création du complexe commémoratif. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars (croix sur pierre) installés sur le territoire de Tsitsernakaberde, qui sont dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

PROGRAMME DE REFORMATION DES ENSEIGNANTS AMÉRICAINS



09.07.2022

L'organisation américaine "Genocide Education Project" en coopération avec le Musée-Institut de génocide des Arméniens 2022 organise un programme de formation pour les enseignants américains du 9 au 17 juillet.

Le cours, qui aura lieu du 10 au 15 juillet dans la salle de conférence du MIGA sous forme de conférence-pratique, présentera aux participants les aspects historiques, juridiques et socio-psychologiques du génocide des Arméniens, tout en montrant la longue influence de ce crime et de son impunité sur la situation politique et économique actuelle de la République d'Arménie. Une leçon distincte sera consacrée à la question de l'Artsakh.



Vers l'internationalisation des études sur le génocide des Arméniens



09.07.2022

Les recherches des chercheurs du MIGA sont publiées dans des revues scientifiques arméniennes et internationales, des livres et des recueils. Désormais, nous présenterons régulièrement les publications étrangères de nos collaborateurs concernant le génocide des Arméniens et la Question arménienne.

L’article «Forced Marriages as a Tool of Genocide: the Armenian Case» a été publié dans "The International Journal of Human Rights" par Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, et Réguina Galoustyan, chercheuse. L'article présente le développement du concept de mariage forcé en droit pénal international, puis aborde les enjeux historiques et juridiques des mariages forcés pendant le génocide des Arméniens.





Cheikh Imran Hussein a visité le musée de génocide des Arméniens



07.07.2022

Cheikh Imran Hussein, célèbre philosophe et conférencier vivant en Belgique, a visité le Musée de génocide des Arméniens le 7 juillet.

L'invité a été accueilli par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a brièvement présenté l'histoire de la création du Mémorial et du Musée de Génocide des Arméniens au Cheikh Imran Hussein.



Mémoires de Maritsa Eghoïants, rescapée du génocide des Arméniens
C’est toujours devant mes yeux, cette scène-là...



06.07.2022

Parmi les mémoires des survivants du génocide des Arméniens du MIGA, l'histoire de la vie de Maritsa Eghoïants de Sébastia, écrite par son enfant adoptif, Zidal Eghoïants, est également incluse.

Maritsa est née dans le village de Karhat, canton de Gotchkir, dans le district de Sébastia de la province de Sébastia, en Arménie occidentale. Elle perd son père à un jeune âge et les quatre enfants, y compris elle-même, restent sous la charge de leur grand-mère et de leur mère.


Le vice-ministre indien des Affaires étrangères, Sanjay Verma, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



05.07.2022

La délégation dirigée par le secrétaire (vice-ministre) des Affaires occidentales du ministère des Affaires étrangères de la République de l'Inde, Sanjay Verma, qui est arrivée en Arménie pour participer à la 8e session de la Commission intergouvernementale arméno-indienne, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 5 juillet accompagné du vice-ministre des Affaires étrangères de la RA Mnatsakan Safarian et de l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l'Inde en Arménie, Kishan Dhan Deval.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle leur a raconté l'histoire de la création du Mémorial de génocide des Arméniens. Edita Gzoyan a également présenté des faits importants de l'histoire du génocide des Arméniens.

"Jésus Christ"
Christ, je t’en supplie, établis la vertu spirituelle et la paix



02.07.2022

On lit cette demande à Jésus Christ dans l'un des mémoires rédigés en turc en lettres arméniennes conservé dans les archives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Au premier abord, le lecteur pensera que ce carnet appartient à un clerc avec des notes manuscrites sur un thème religieux, mais peu à peu, chaque page révèle un livre de prières écrit par un soldat avec des motifs de Grigor Narekatsi, avec attaché des sermons bibliques, des remontrances, ainsi qu'un livre de prières en arménien occidental ici et là, avec des citations.

Aux dernières pages du carnet, qui révèle l'histoire mystérieuse de ce dernier-ci, se trouve une lettre écrite par un capitaine militaire de Marache. Selon la lettre, Gareguine Vanskehyayan, le "capitaine (officier) militaire" de Marache l'a écrite sur le champ de bataille le soir de la veille du début de la bataille et l'a remise à l'un de ses camarades. L'événement remonte au 25 janvier 1913, lorsqu'un soldat s'adresse à ses camarades sur le champ de bataille, se référant à Jésus Christ et déclarant qu'il s'agit de son dernier message inachevé, selon lequel toute espérance doit être liée à la puissance de Dieu, que le pouvoir, la paix, la vertu spirituelle leur soient donnés. "L'ennemi est devant nous. Nous ne savons pas si nous survivrons ou non, mais que Dieu soit avec nous, tout pouvoir est à Lui... laissez-moi vous donner mon cœur avec la bénédiction de Jésus... Amen". La lettre se termine par ces mots mentionnés.

La ministre fédérale allemande de la Coopération et du Développement économique, Svenja Schulze, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



01.07.2022

Le 30 juin, la délégation dirigée par la ministre fédérale de la coopération et du développement économique de la République fédérale d'Allemagne, Svenja Schulze, qui est arrivée en Arménie pour une visite de deux jours, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnée du vice-ministre de l'économie d'Arménie Armèn Arzoumanian, l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d'Allemagne en Arménie Victor Richter et l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d'Arménie en Allemagne Victor Engibarian.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens qui a présenté l’histoire de la création du Mémorial de génocide des Arméniens. Elle a également présenté l'histoire de trois khatchkars installés sur le territoire de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

Le nouvel ambassadeur d'Israël en Arménie, Yoel Lyoni, a visité le mémorial de génocide des Arméniens



30.06.2022

Le 30 juin, le nouvel ambassadeur de l'État d'Israël en République d'Arménie Yoel Lyoni (résidence à Jérusalem) a visité le Mémorial de génocide des Arméniens accompagné du consul honoraire d'Israël en Arménie Achot Chakhmouradian.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des affaires scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui leur a présenté l'histoire de la création du Mémorial de génocide des Arméniens. Elle a également présenté l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne sur le territoire de l'Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Le secrétaire d'État du ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, Némania Starovitch, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



30.06.2022

La délégation conduite par le secrétaire d'État du ministère des Affaires étrangères de la République de Serbie, Némania Starovitch, qui est arrivée en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 30 juin, accompagnée de Tigran Samvélian, chef du département européen du Ministère des Affaires étrangères de la RA, et Zoran Marinkovitch, collaborateur à l’Ambassade de Serbie en Arménie.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés dans la localité de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


La pièce d'exposition "Trajectoire arménienne de la culture du café" dans le cadre du projet



29.06.2022

Pendant plus de deux mois, plus d'une centaine de pièces d'exposition de 32 musées d'Arménie provenant de collections individuelles ont été exposées au musée Hovhannès Toumanian dans le cadre du projet "Trajectoire arménienne de la culture du café". L'exposition comprenait également l'histoire de la tasse de café du survivant du génocide des Arméniens Aghavni Karadjian. Le 3 juin, le chef des archives du MIGA, Gohar Khanoumian, a présenté le village de Syoloz de la province de Bursa avant le génocide, pendant le génocide, la déportation et la fuite vers la Bulgarie, puis le rapatriement vers l'Arménie à travers la tasse de café d'Aghavni Karadjian et son histoire personnelle au musée Hovhannès Toumanian.

La maîtresse de la tasse, Aghavni Karadjian, est née dans le village de Syoloz vers 1890.

Le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Marcin Przydacz, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



28.06.2022

La délégation conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères de la République de Pologne Marcin Przydacz, arrivé en Arménie pour une visite de travail, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 28 juin accompagné de l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Pologne en République d'Arménie Pavel Cheplak.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamyan, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés dans la localité de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Médaille commémorative "Fridtjof Nansen" à Kamo Areyan, conseiller du maire d'Erevan



25.06.2022

Kamo Areyan, un employé de longues années de la municipalité d'Erevan, est aux côtés du Musée-Institut de génocide des Arméniens depuis des décennies, à la fois en tant que fonctionnaire et en tant que citoyen ordinaire compatissant. Étant l'héritier du peuple de Sassoun, il reste proche de la voie qu'il a empruntée dans cette direction, dont l'essentiel est la prise de conscience inébranlable du MIGA en tant que structure nationale. Il continue à se préoccuper indifféremment de tout problème lié au Mémorial de génocide des Arméniens, apportant des solutions par tous les moyens possibles.

Depuis l'ouverture du musée de génocide des Arméniens en 1995, en tant que fonctionnaire de l'État, Kamo Areyan a accompagné de nombreuses personnalités politiques et culturelles étrangères à Tsitsernakaberde. Au cours des différentes années, en tant qu'adjoint au maire ou conseiller du maire d'Erevan, il a coordonné les travaux effectués par la municipalité au Mémorial de génocide des Arméniens.

CONFÉRENCE PUBLIQUE AU MIGA



24.06.2022

Le professeur Eliza von Joden-Forgy, présidente des études sur l'Holocauste au Keene State College, New Hampshire, a fait une conférence publique sur le sujet « Le génocide en tant qu’une violence reproductive » le 23 juin à la salle de conférence du Musée-Institut de génocide des Arméniens.

Tout d'abord, Sourèn Manoukian, chef du département après V. Dadrian des études comparatives sur le génocide, a salué les personnes présentes, il a également présenté en bref la biographie d'Eliza von Yoden-Forgy et son activité scientifique et éducative. En particulier, il a mentionné qu'elle était la fondatrice du premier programme universitaire de crédit sur la prévention du génocide à l'Université de New Jersey Stockton, la présidente de "Genocide Watch" et la première vice-présidente de l'Association internationale des chercheurs sur le génocide.

Les députés grecs ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



24.06.2022

Les députés du Parlement grec, arrivés en Arménie pour une visite de travail, ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 24 juin accompagnés du président du Comité permanent de l'AN de la RA sur l'intégration européenne, Arman Eghoïan.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratifs du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars (croix sur pierre) placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


L’HISTOIRE DE LA FAMILLE AÏDJIAN ORIGINAIRE D’ARABKIR



23.06.2022

La famille Aïdjian (Aïtchéan) était originaire de la ville d'Arabkir de la province de Kharberd en Arménie occidentale.

La province de Kharberd (Mamouret ul Aziz) était l'une des provinces centrales de l'Arménie occidentale. À la suite de la politique d'islamisation forcée des Arméniens dans tout l'Empire ottoman, un certain nombre de localités arméniennes dans la province de Kharberd ont été peuplées de Turcs et de Kurdes au XIXe siècle, et la politique discriminatoire, sociale et religieuse de l'empire ont conduit à l’expulsion des Arméniens des localités peuplées d’eux-mêmes. Malgré cela, en 1914, le selon les données du Patriarcat de Constantinople, la population arménienne de Kharberd était estimée à 204 000.

Pendant les années du génocide des Arméniens, les Arméniens de la province de Kharberd, comme dans d'autres provinces arméniennes de l'empire, ont été déportés et massacrés, à la suite de quoi la province de Kharberd a été presque complètement vidée d'Arméniens.

MÉMOIRES DU GÉNOCIDE. LA VIE DE LA FAMILLE YAGHOIBIAN. SÉBASTIA.
L'unique survivante du convoi…



22.06.2022

Le mémoire "Mémoires du génocide" de Haykanouche Petros Yaghoubian, survivante du génocide des Arméniens est également conservé dans les archives du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Les souvenirs de Haykanouche, originaire de Sébastia, ont été écrits par sa fille, Alissa Hambardzoum Gabriélian, sur la base de ce que sa mère lui a dit. Le mémoire est comme un journal, bien que les dates soient marquées du premier, du deuxième et des jours suivants jusqu'au 16.

Le témoin survivant du génocide des Arméniens a décrit ses sentiments et les événements. C'est assez intéressant d'un point de vue source, principalement avec les détails des difficultés de l'exil, qui viennent compléter et réaffirmer les témoignages de milliers de rescapés arméniens, selon lesquels les autorités turques ont perpétré le génocide des Arméniens d'après un plan prémédité d'avance.

Le sous-secrétaire d'État américain Karen Donfried a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



18.06.2022

La délégation conduite par le sous-secrétaire d'État américain pour l'Europe et l'Eurasie Kerry Donfried a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 18 juin accompagné du vice-ministre des Affaires étrangères de la RA Paruyr Hovhannisyan et de l'ambassadrice américaine en Arménie Lynn Tracy.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des travaux scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Celle-ci a d'abord présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

Edita Gzoyan a également abordé les aspects historiques et juridiques de la question de l'Artsakh, a présenté les actions et la propagande anti-arméniennes de l'Azerbaïdjan.

"Monde des livres" du Musée-Institut de génocide des Arméniens



17.06.2022

Le musée de génocide des Arméniens exploite une librairie depuis plus de vingt ans, où des livres et des magazines publiés par le MIGA sont vendus, ainsi que des ouvrages d'autres centres scientifiques arméniens et étrangers et d'érudits individuels, principalement sur le génocide des Arméniens. Ils sont principalement du contenu suivant :

Souvenirs de témoins oculaires survivants du génocide des Arméniens ;
Témoignages du génocide des Arméniens par des représentants diplomatiques, des missionnaires et des voyageurs de différents pays ;
Travaux scientifiques sur les régions à population arménienne de l'Arménie occidentale et de l'Empire ottoman ;
Études de sources d'épisodes individuels du génocide des Arméniens, enrichies de documents d'archives.

La Secrétaire Générale du Conseil de l'Europe, Maria Peichinovich Burich, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



16.06.2022

La délégation conduite par la Secrétaire Générale du Conseil de l'Europe Maria Peichinovich Burich, qui est arrivée en Arménie pour une visite officielle, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 16 juin accompagnée du vice-ministre des Affaires étrangères Paruyr Hovhannisyan.

Les invités ont été accueillis par Lusine Abrahamyan, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khachkars placés sur le territoire de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

Le lauréat du prix Nobel de santé et de physiologie Ardèm Patapoutian a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



16.06.2022

Le scientifique arménien, lauréat du prix Nobel de santé et de physiologie, le professeur Ardèm Patapoutian a visité le mémorial de génocide des Arméniens le 16 juin.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des affaires scientifiques du musée-institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés dans la localité de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.



La présidente de l'AP de l'OSCE, Margareta Cederfelt, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



15.06.2022

La délégation conduite par Margareta Cederfelt, Présidente de l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), arrivée en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 15 juin accompagnée d'Eduard Aghadjanian, Président du Comité permanent des relations étrangères de l’AN de RA.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamyan, directrice adjointe des travaux administratifs du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.



Il y a 30 ans que Chahoumian a été vidé de sa population arménienne



14.06.2022

Le 14 juin de l’année en cours, une table ronde consacrée au 30e anniversaire du dépeuplement de la région de Chahoumian a eu lieu dans la salle de conférence du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Tout d'abord, dans la matinée, un groupe d'habitants de Chahoumian, d'historiens et d'employés du MIGA ont déposé des fleurs sur les khatchkars érigés à la mémoire des victimes des massacres d'Arméniens de Soumgait, Gandzak et Bakou, dans la localité de Tsitsernakaberde, après quoi une gerbe a été déposée au nom du MIGA à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens.

La table ronde consacrée au 30e anniversaire de l'expulsion des Arméniens de la région de Chahoumian a commencé par le discours d'ouverture de la directrice adjointe du MIGA pour les travaux scientifiques, Edita Gzoyan. Elle a décrit l'organisation d'un tel événement comme une étape vers l'étude et de la répression des Arméniens de l'Artsakh, du Nakhitchevan, de l'Azerbaïdjan et l’internalisation de ces études, caractérisant la politique anti-arménienne de l'Azerbaïdjan au niveau de l'État de continuation de la politique génocidaire turque.

Ensuite, Mariam Avaguian, candidate des sciences biologiques, maître de conférences, professeure agrégée de l'Assemblée des réfugiés de la RSS d'Azerbaïdjan, a salué les participants et a prononcé un discours sur "La déportation des Arméniens de la région de Chahoumian est un épisode du génocide des Arméniens dans les zones à population arménienne sous contrôle azerbaïdjanais."

La présidente de la Commission de Venise, Claire Bazi Mallory, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



09.06.2022

La délégation conduite par la présidente nouvellement élue de la Commission européenne « La démocratie par le droit » (Commission de Venise) du Conseil de l’Europe, Mme Claire Bazi Mallory, arrivée en Arménie pour une visite officielle, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 9 juin accompagnée du président de la Cour constitutionnelle de la RA Arman Dilanyan.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des affaires scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Elle a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés dans la localité de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Conférence au MIGA
Épisodes historiques à travers des sujets individuels



04.06.2022

Le 31 mai, dans la salle de conférence du MIGA a eu lieu une conférence sur « Legends of the Artefacts : Object-Centric Research, Education and Public Engagament » (Légendes des artefacts : recherche centrée sur l'objet, éducation et engagement du public) par Stacey Worster, professeur à l'Université d'Amsterdam.

Stacey Worster est originaire d'Afrique du Sud et a fait ses études au Département d'histoire de l'art de l'Université de Witwatersrand à Johannesburg. En 2012-2016 elle a travaillé comme coordinatrice de la collection de la Cour constitutionnelle de la République d'Afrique du Sud, puis a poursuivi ses études à l'Université d'Amsterdam, où elle travaille aujourd’hui.

Les archives scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens ont été complétées par des matériaux exclusifs et importants pour des recherches à partir de bonnes sources ;
Médaille commémorative "Fridtjof Nansen" à Eduard Fitchijian



04.06.2022

Eduard Fitchjian, un Arménien de Berlin originaire de Constantinople avait fait don au Musée-Institut de génocide des Arméniens 36 microfilms (43 000 documents) concernant les périodes de 1910 à 1920, provenant des archives du ministère allemand des Affaires étrangères (dossier 183 "Turquie"), qui sont d'une importance capitale pour l'étude du génocide des Arméniens. Leur importance réside dans le fait que ces documents sont les informations et les rapports de diplomates et de personnalités militaires allemands, alliés de l'Empire ottoman, dont l'étude et la synthèse montrent que le génocide des Arméniens était un crime prémédité. Il y a quelques jours, M. Eduard Fitchijian a également remis les versions numérisées de ces documents au MIGA, ce qui facilitera leur étude par les chercheurs.

En signe de gratitude, le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, le 31 mai 2022, a remis une médaille commémorative Fridtjof Nansen du Musée-Institut de génocide des Arméniens à Eduard Fitchjian.

Présentation du livre "MAISON DE SECOURS D'ALEP. 1464 TÉMOIGNAGES DES RESCAPÉS DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS" au MIGA



03.06.2022

Le 2 juin, dans la salle de conférences du Musée-Institut de génocide des Arméniens, a eu lieu la présentation du livre intitulé "MAISON DE SECOURS D'ALEP. 1464 TÉMOIGNAGES DES RESCAPÉS DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS" d'Edita Gzoyan, directrice adjointe pour les travaux scientifiques du MIGA.

Le livre fait circuler 1464 histoires de survivants du génocide des Arméniens à partir des archives de la Société des Nations (Genève, Suisse), en anglais original, avec une traduction arménienne, des toponymes révisés, des notes de bas de page et des photographies de survivants. Les survivants avaient été libérés grâce aux efforts de la commissaire de la Société des Nations, la missionnaire danoise Karen Yeppe, pour trouver refuge dans la maison de secours d'Alep.

Le directeur du MIGA, Harutyun Marutyan, a accueilli les participants avec un discours d'ouverture soulignant l’importance du travail volumineux d’Edita Gzoyan, déclarant que la recherche est exclusive car elle est réalisée à partir des documents sur les horreurs des enfants, groupes les plus vulnérables de la société, ainsi que des femmes, dans des archives de la Société des Nations.


Le vice-ministre grec de la Défense nationale, Khardalias Nikos, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



02.06.2022

Le 2 juin, la délégation du ministère de la Défense nationale de la République hellénique, dirigée par le vice-ministre grec de la Défense nationale Khardalias Nikos, arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.



La délégation du Département général des forces de sécurité de la République tchèque a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



01.06.2022

La délégation du Département général des forces de sécurité de la République tchèque dirigée par le général de brigade Radim Dragun, arrivé en Arménie à l'invitation du chef de la police de la RA Vahé Ghazarian, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 1er juin.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés dans la localité de Tsitsernakaberde et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


La Maire de Paris Anne Hidalgo a visité le Mémorial du Génocide Arménien



28.05.2022

Arrivée en Arménie pour une visite officielle, la Maire de Paris Anne Hidalgo s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 28 mai accompagnée du Premier Adjoint au Maire d'Erevan Lévon Hovhannisyan.

Les invités ont été accueillis par Edita Gzoyan, directrice adjointe des affaires scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.

Elle a également parlé à la maire de Paris du monument de Tsitsernakaberde, dédié à la reconnaissance du génocide des Arméniens par la France.


Cher visiteur,

Le Musee de génocide armenien sera ferme le 28 mai.

Respectueusement,
Fondation "Musée-institut de génocide armménien"



La vice-ministre des Affaires étrangères de la République de Bulgarie, Irena Dimitrova, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



27.05.2022

Arrivée en Arménie pour une visite de travail, la vice-ministre des Affaires étrangères de la République de Bulgarie Irena Dimitrova a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 27 mai.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des travaux administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.




Le président du Monténégro Milo Dukanovic a visité le mémorial de génocide des Arméniens



26.05.2022

Le 26 mai, le président monténégrin Milo Dukanovic, arrivé en Arménie pour une visite officielle, s’est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens accompagné du maire d'Erevan Hrachya Sargsyan et du ministre de l'Economie de la RA Vahan Kerobyan.

Les invités ont été accueillis par Lusine Abrahamyan, directrice adjointe pour des affaires administratives du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.

Milo Dukanovic a déposé une gerbe au mémorial des victimes du génocide des Arméniens, puis les invités ont déposé des fleurs à la flamme éternelle et observé une minute de silence à la mémoire des martyrs du génocide des Arméniens.

La Directrice Exécutive de l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit Valérie Frélan et Elsa Ourizvéréa, Chargée de Programme de l'Alliance, ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



26.05.2022

Arrivées en Arménie, Valérie Frélan, directrice exécutive de l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (ALIPH - International alliance for the protection of heritage in conflict areas) et Elsa Ourizvéréa, chargée de Programme de l'Alliance, ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 26 mai, accompagnées Nouné Zastukhova, chef du Département de la politique multilatérale et du développement de la coopération du Ministère des affaires étrangères de la RA.

Les invitées ont été accueillies par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe pour des travaux de musée du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.

Commémoration des victimes du génocide des Grecs pontiques au MIGA



21.05.2022

Le 24 mai 1994 le Parlement de la République hellénique a déclaré le 19 mai Journée de la mémoire des victimes du génocide des Grecs, qui est liée au jour de l'arrivée de Mustafa Kemal à Samsun. Le génocide des Grecs est également commémoré le 14 septembre 1922 à cause de l'extermination préméditée des chrétiens de Smyrne, puis l'incendie de la ville.

Le 21 mai, une conférence dédiée à la mémoire des victimes du Génocide des Grecs pontiques s'est tenue dans la salle de conférences de la Fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens ». Le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroution Maroutian et la directrice adjointe des affaires scientifiques Edita Guezoïan, la présidente de l’Union des communautés grecques en Arménie Maria Lazaréva, le président du Centre Scientifique-Analytique TheoLab Garnik Haroutiounian, le co-fondateur Haïk Hakobian, des représentants de la Communauté grecque, des employés du musée-institut y étaient présents.

Le président lituanien Gitanas Nauseda a visité le mémorial de génocide des Arméniens



20.05.2022

Le président de la République de Lituanie Gitanas Nauseda, arrivé en Arménie pour une visite officielle, s’est rendu le 20 mai au Mémorial de génocide des Arméniens avec son épouse Diana Nausediene, accompagné du maire d'Erevan Hrachya Sargsyan et du ministre de la Santé de la RA Anahit Avanesyan.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutyan qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethniques de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


ANNONCE :
Programme éducatif « Enseignement du génocide des Arméniens »
École d'été IV pour enseignants



19.05.2022

La fondation "Musée-Institut de génocide des Arméniens" organise une école d’été de deux jours sur « L’enseignement du génocide des Arméniens » de 29 à 30 juillet 2022 pour les professeurs d’histoire arménienne.

L'école d'été est ouverte aux professeurs d'histoire arménienne des écoles, lycées de la RA, de la République d’Artsakh et la Diaspora, qui soumettront une candidature justifiant leur participation au programme.

Le premier vice-président du Sénat tchèque Jirji Ruzicka a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



18.05.2022

La délégation conduite par le premier vice-président du Sénat tchèque Jirji Ruzicka, qui est arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens le 18 mai accompagné du vice-président de l’AN de RA Hakob Archakian et du chef du groupe d'amitié Arménie-République tchèque Arthur Hovhannissian.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires de musée du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.



Les parlementaires italiens ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



18.05.2022

Le 18 mai, la délégation du Parlement italien, arrivée en Arménie, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens accompagnée d'un groupe de députés de l'AN de RA et de l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d'Italie auprès de la RA Alfonso Di Rizzo.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires de musée du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.



Le président de la Chambre des comptes de la Fédération de Russie a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



14.05.2022

Le 14 mai de l’année en cours la délégation conduite par le président de la Chambre des comptes de la Fédération de Russie Alexey Koudrine, arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens accompagné du président de la Chambre des comptes de la République d'Arménie Atom Djandjoughazian.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors des épurations ethnique de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Des matériaux précieux de la communauté uruguayenne-arménienne ont été présentés au Musée de génocide des Arméniens



13.05.2022

Le 12 mai de l’année en cours, dans la salle de conférences du Musée-Institut de génocide des Arméniens a eu lieu la cérémonie solennelle de remise de l'histoire arménienne, de la cause arménienne et d'un certain nombre de documents importants sur le génocide des Arméniens - affiches, tracts, livres - au Musée-Institut de génocide des Arméniens par la communauté arménienne d'Uruguay. L’Ambassadeur de la République orientale de l'Uruguay en Arménie Eduardo Rosenbrock y était présent avec sa femme.

Les donateurs des matériaux remis à la Fondation du MIGA sont nos compatriotes vivant en Uruguay, , Mme Nairi Aharonyan, directrice des archives d’ Aharonian-Paraskévadis, le professeur Eduardo Alvarez Pedrossian, le Dr Carlos Ketsoïan.

Dans son discours d'ouverture, le directeur du MIGA Haroutioun Maroutian a souligné le rôle de l'Uruguay pour le peuple arménien en tant que premier pays à reconnaître le génocide des Arméniens, ajoutant : « Après la reconnaissance du génocide des Arméniens par l'Uruguay, un certain nombre de grands pays du monde ont fait le grand pas de ce petit État en reconnaissant le génocide. Et tous ces matériaux qui nous sont transmis aujourd'hui par la communauté arménienne d'Uruguay sont d'une grande importance pour notre musée. »

L’ANNONCE DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE « LES DÉFIS DE L'ENSEIGNEMENT DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS AU 21E SIÈCLE »
(Erevan, Musée-Institut de génocide des Arméniens, 20-22 avril 2022)



13.05.2022

Les participants de la conférence internationale, évaluant de nouveau l'expérience du passé et l'enseignement de l'histoire du génocide des Arméniens afin de :

- conserver la mémoire historique, de la présenter à différentes tranches d'âge selon la méthodologie,
- cristalliser les principaux éléments de l'identité arménienne,
- éduquer un citoyen responsable qui tire des leçons du génocide des Arméniens,
- clarifier les orientations de valeur de la société dans la question de la mémoire du génocide des Arméniens, comparer les valeurs du passé et du présent,
- surmonter les complexes de la mémoire, les nuances traumatiques, relier leurs éléments émotionnels aux perceptions de valeur de l'identité, tirer une énergie positive des leçons du génocide des Arméniens,
- développer la pensée critique des élèves et des étudiants,

jugent nécessaire d'organiser un cours sur « Les problèmes du génocide des Arméniens », dans les établissements d'enseignement général et supérieur.

CLARA BARTON
Les Arméniens chrétiens ont été laissés aux caprices de la société semi-sauvage ...



11.05.2022

Cette année marque le 120e anniversaire de la mort de Clara Barton, fondatrice de la Croix-Rouge américaine, amie du peuple arménien.

Clara Barton était la fondatrice et présidente de la Croix-Rouge américaine. En février 1896, à l'âge de 75 ans, elle est arrivée à Constantinople, capitale de l'Empire ottoman, pour secourir la population arménienne touchée par les massacres de 1894-1896.

Clarissa Harlow Barton est née le 25 décembre 1821 dans la ville de North Oxford de l’État de Massachusetts. Elle était le cinquième enfant d'une famille nombreuse. Clara a non seulement suivi son éducation indépendamment, avec l'aide de ses frères et sœurs aînés, mais a également commencé à enseigner à l'âge de 17 ans. En 1850 elle s’inscrit au Clinton Liberal Institute de New York et, deux ans plus tard, fonde la première école publique du New Jersey, dans la ville de Bordentown. En 1854 Clara Barton se rend à Washington, pour travailler pour l'Office américain des brevets. C'était un cas exceptionnel à l'époque où une femme était affectée à un poste dans l'un des bureaux du gouvernement fédéral.

Pendant la guerre civile américaine (1861-1865), Clara Barton et un groupe d'amis ont entrepris d'aider les soldats. Auparavant, les femmes n'étaient pas autorisées à visiter les hôpitaux de campagne, les camps militaires ou les champs de bataille aux États-Unis. Cependant, avec son dévouement et son courage, Clara Barton gagne la confiance des fonctionnaires et des officiers de l'État. Pour son travail, elle est devenue connue comme "l'ange du champ de bataille".

Le génocide culturel continue :
l'arménité d'Ani et la politique turque de déformation de l'identité culturelle



04.05.2022

Le 14 mars 2022, le quotidien turc « Daily Sabah » publie un article intitulé « 34 500 touristes ont visité l'ancienne ville turque d'Ani en deux mois ». À première vue, cette nouvelle semble anodine, voire positive, car un grand nombre de personnes se sont familiarisées avec la ville antique, son merveilleux patrimoine culturel. Cependant, si vous lisez attentivement le texte original, vous comprendrez qu’entre les lignes de cette information innocente, un objectif complètement différent est fixé - changer l'identité du patrimoine médiéval arménien.

Ani était l'une des villes les plus prospères de l'Arménie médiévale. Son territoire est peuplé depuis l'Antiquité (en témoignent les vestiges de structures cyclopéennes et le mausolée). Ani est mentionnée comme une forteresse depuis le 5ème siècle. La ville appartenait à l'origine à la maison ministérielle arménienne de Kamsarakan, puis a passé sous le contrôle des Bagratides. C'est en Arménie des Bagratides qu'Ani devient l'un des centres les plus prospères de la région.

Les députés français ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



03.05.2022

Arrivée en Arménie, la délégation conduite par le chef du groupe d'amitié France-Arménie du Sénat français Gilbert-Luc Devinaz et accompagné du chef du groupe d'amitié Arménie-France de l'AN de la RA Vladimir Vardanian, a visité le 3 mai le Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe du musée-institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.



Le vice-Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères de Géorgie Ilia Dartchiachvili ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



30.04.2022

Le 30 avril 2022, la délégation dirigée par le vice-Premier ministre géorgien et le ministre des Affaires étrangères Ilia Dartchiachvili, arrivé en Arménie pour une visite officielle, s’est rendue au Mémorial de génocide des Arméniens, accompagnés du ministre des Affaires étrangères de la République d'Arménie Ararat Mirzoyan.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian.



« LES HORREURS DES ARMÉNIENS À TRAVERS LES YEUX DES HOLLANDAIS »
Ouverture d'une nouvelle exposition temporaire au MIGA



29.04.2022

Aujourd'hui, le 29 avril, une exposition temporaire intitulée « Les horreurs des Arméniens à travers les yeux des Hollandais » s'est ouverte dans la petite salle d'exposition du MIGA. Cette exposition est la première à aborder la réaction néerlandaise aux massacres et au génocide des Arméniens.

L'exposition a été inaugurée par le directeur de la Fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens », Dr. Haroutioun Maroutian, l'auteur de l'exposition Dr. Dirk Rodzante a salué les invités.

La cérémonie d'ouverture s'est déroulée en présence de l'ambassadeur du Royaume des Pays-Bas auprès de la République d'Arménie, M. Nicholas Jacob Skhermers, de l'ambassadeur adjoint des États-Unis auprès de la République d'Arménie, M. Chip Leitinen, du directeur des archives et des musées de Saint Etchmiadzine Assoghik Père Karapétian.

L'exposition temporaire bilingue (arménien et anglais) composée de quatre panneaux présente des documents originaux, des illustrations et des œuvres uniques sur le génocide des Arméniens dans la presse néerlandaise de l'époque, qui sont mis en circulation pour la première fois. La plupart des matériaux présentés proviennent de la collection personnelle de l'auteur de l'exposition, scientifique néerlandais Dr. Dirk Rodzante.

Des membres des organes législatifs et exécutifs d'un certain nombre de pays ont visité le Musée de génocide des Arméniens



24.04.2022

Ce matin les membres des organes législatifs et exécutifs d'un certain nombre de pays ont rendu hommage à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens sur la colline de Tsitsernakaberde.

Les parlementaires de la République arabe de Syrie, du Royaume hachémite de Jordanie, le maire de la ville norvégienne de Kragerø, l'ambassadeur de Norvège en Arménie, les membres de la Knesset israélienne, les membres de la délégation gouvernementale néerlandaise ont également visité le musée de génocide des Arméniens.


Le catholicos de tous les Arméniens a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



24.04.2022

Le 24 avril, Sa Sainteté Garéguine II, Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens, accompagné de membres du Saint-Siège d'Etchmiadzine, a visité le Mémorial de Tsitsernakaberd pour commémorer les saints martyrs du génocide arménien.

Après le dépôt de la gerbe au mémorial, devant le feu éternel, sous la présidence de Sa Sainteté, une cérémonie d'intercession des saints martyrs du génocide des Arméniens a eu lieu.



Des hommes d'État de haut rang de la République d'Arménie ont rendu hommage à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens



24.04.2022

Le président de la RA Vahagn Khatchatourian, le Premier ministre de la RA Nikol Pachinian, le président de l'Assemblée nationale de la RA Alèn Simonian, les députés de l’AN de la RA, les membres du gouvernement, les chefs des missions diplomatiques accréditées en Arménie et d'autres ont rendu hommage à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens au Mémorial de Tsitsernakaberd.

Des hauts fonctionnaires ont déposé des fleurs devant la flamme éternelle et observé une minute de silence à la mémoire des martyrs canonisés du génocide des Arméniens.



Le symbole de « retour » dans les gravures sur la thématique « Marches de la mort » de Jean-Pierre SEFERIAN



23.04.2022

Le 23 avril, à 12h00, dans la galerie du MIGA a été inaugurée l’exposition « Le désert ; Marches de la mort » du peintre, graveur français d’origine arménienne Jean-Pierre SEFERIAN.

La directrice adjointe des travaux scientifiques du MIGA, Ph.D Edita Guezoïan a intervenu avec le discours d’inauguration. Dans son discours, Jean-Pierre SEFERIAN a remercié le directeur du MIGA Haroutioun Maroutian, ainsi que l'ensemble du personnel du MIGA. La chercheuse principale du Département de documentation et d'enquête sur les victimes et les survivants du génocide des Arméniens, Ph.D. Téhminé Martoïan aussi a salué les invités.

Jean-Pierre SEFERIAN (Haroutioun-Bédros) est né à Marseille le 10 janvier 1954. Son père, originaire de Sébaste et sa mère née à Ankara arrivent en France en 1925. Installé à Issy les Moulineaux, Jean-Pierre SEFERIAN décide à 18 ans de s’orienter vers les arts graphiques et la publicité. Il commence par travailler au sein de studios de création, agences de communication et complète parallèlement sa formation de dessin à l’école des Arts Appliqués de Paris (en cours du soir 1975) et de techniques de la peinture aux Beaux-Arts en 1976.



Des membres de la Commission interparlementaire de coopération de l’AN de RA et de la RF de Russie ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens



23.04.2022

Le 23 avril de l’année en cours les membres de la Commission interparlementaire de coopération de l’AN de RA et de la RF de Russie ont visité le Mémorial de génocide des Arméniens accompagnés du vice-président de l’AN de RA Hakob Archakian, de l'ambassadeur de Russie en Arménie Sergueï Kopirkine et de l'ambassadeur de la RA en Russie Vagharchak Haroutiounian.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors du nettoyage ethnique de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE TROIS JOURS SUR « LES DÉFIS DE L'ENSEIGNEMENT DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS AU 21E SIÈCLE » A EU LIEU



23.04.2022

Du 20 au 22 avril 2022 une conférence de trois jours intitulée « Les défis de l'enseignement du génocide des Arméniens au 21e siècle » organisée par la Fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens » a eu lieu.

Le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, a prononcé un discours d'ouverture à la conférence. Le vice-ministre de l'Éducation et des Sciences de la RA, Janna Andréassian, a aussi salué les participants.

Le premier jour de la conférence a eu lieu aussi l’inauguration d’une exposition temporaire « Sur les traces des écoles arméniennes. Certificats de la nation éduquée ».


INAUGURATION D’UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE ET D’UNE NOUVELLE EXPOSITION AU MUSÉE-INSTITUT DE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS



20.04.2022

La conférence de trois jours intitulée « Les défis de l'enseignement du génocide des Arméniens au 21ème siècle » de la Fondation de Musée-Institut de génocide des Arméniens a débuté aujourd'hui dans la salle de conférences du Musée-Institut de génocide des Arméniens.

Le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, a prononcé un discours d'ouverture à la conférence. « On s'est rendu compte qu'il y a un problème pour les enseignants, pour nous, en termes de méthodologie, ce colloque est convoqué pour aborder ces questions. C'est probablement la première conférence de ce genre dans la réalité arménienne. Grâce à des discussions avec des universitaires réputés de l'étranger, nous voulons avoir une idée de la manière dont le sujet du génocide est enseigné dans des pays étrangers, dans un environnement arménien et étranger, étant donné que les experts étrangers représentent principalement des nations qui ont été victimes de génocide à différentes époques », a-t-il mentionné.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE



16.04.2022

L'ouverture solennelle de la conférence de trois jours intitulée « Les défis de l'enseignement du génocide des Arméniens au 21e siècle » organisée par la Fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens » aura lieu le 20 avril, à 09h30, dans la salle de conférence du Musée-Institut de génocide des Arméniens. Une trentaine de spécialistes dans le domaine des études des génocides et du génocide des Arméniens, originaire des États-Unis, de la Fédération de Russie, du Liban, d'Israël, du Rwanda, d'Espagne, de la République d'Afrique du Sud et du Cambodge participeront à la conférence.

La cérémonie d'ouverture sera suivie par l'inauguration d'une exposition temporaire intitulée « Sur les traces des écoles arméniennes. Certificats de la nation éduquée », organisée par le Musée-Institut de génocide des Arméniens (à 10h15), qui est la première en termes de thème sur l'éducation et a un but concret, celui d'élever et de présenter à une distance de plus d'un siècle l'activité autrefois fructueuse d'environ 2000 écoles arméniennes en Arménie occidentale, en Cilicie, dans les régions peuplées d'Arméniens de l'Empire ottoman, qui a été interrompue à cause du génocide des Arméniens. Ces institutions, malgré la persécution et la violence perpétrées par le gouvernement ottoman, non seulement n'ont pas cessé d'exister, mais ont également connu un grand succès pendant des décennies, apportant des contributions significatives à l'éducation, à la science et au développement culturel de l'empire.



PRÉSENTATION D’UN LIVRE AU MIGA



16.04.2022

Le 15 avril de l’année en cours, à 14h30, dans la salle de conférences du MIGA, a eu lieu la présentation du volume « Conversions forcées en Turquie ottomane ; Rapports dans la presse américaine » (" Forced conversions in Ottoman Turkey ; Reports from the U. S. Press) d’une série de livres « Le génocide des Arméniens ; Prélude et suite ; Rapports dans la presse américaine » (" Armenian Genocide: Preface and Postscript: As reported in the U. S. Press Press (1895-1920)") compilé par le critique littéraire australien d’origine arménienne, co-auteur Ara Kétibian.

Le directeur du MIGA, Haroutioun Maroutian, a accueilli les invités avec un discours d'ouverture, soulignant l'introduction de la série dans le domaine de l'arménologie et l'étude du génocide des Arméniens, ajoutant que le nouveau travail contient un riche matériel d'étude pour les chercheurs.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Présentation d’un livre au MIGA



13.04.2022

Le 15 avril de l’année en cours, à 14h30, dans la salle de conférences du MIGA, aura lieu la présentation du volume « Conversions forcées en Turquie ottomane ; Rapports dans la presse américaine » (" Forced conversions in Ottoman Turkey ; Reports from the U. S. Pressd’une série de livres « Le génocide des Arméniens ; Prélude et suite ; Rapports dans la presse américaine » (" Armenian Genocide: Preface and Postscript: As reported in the U. S. Press Press (1895-1920)") du critique littéraire australien d’origine arménienne, co-auteur Ara Kétibian.

L'auteur du livre Ara Kétibian sera présent à la présentation.

L'entrée est libre.

Nous attendons avec impatience.

John Mann, conseiller du gouvernement britannique sur l'antisémitisme, membre de la Chambre des lords du Royaume-Uni, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



08.04.2022

Un membre de la Chambre des Lords britannique sur l'antisémitisme, John Mann, qui est arrivé en Arménie pour une visite de travail, s'est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens le 8 avril.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maorutian, qui a présenté l'histoire de la conception du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors du nettoyage ethnique de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.



Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



05.04.2022

La délégation conduite par le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Luigi Di Maio, arrivé en Arménie pour une visite de travail, s'est resndu au Mémorial de génocide des Arméniens le 3 avril accompagné de l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d'Italie en Arménie Alfonso Di Rizzo.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de Génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la conception du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors du nettoyage ethnique de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.


Lors de la 49e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, la résolution sur la "Prévention du génocide" initiée par l'Arménie a été adoptée par consensus



01.04.2022

Le 31 mars, lors de la 49e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (28 février - 1er avril 2022), la résolution sur la " Prévention du génocide " initiée par l'Arménie a été adoptée par consensus.

La résolution évaluant les menaces et les défis actuels décrit les mesures à prendre conjointement par les États membres de l'ONU pour prévenir la calamité du génocide, sa reconnaissance, le rétablissement de la justice, l'indemnisation, la punition et la responsabilisation des auteurs du génocide.



LE GENOCIDE DE BANGLADECHE – 1971



25.03.2022

Le 25 mars est le jour de la mémoire du génocide du Bangladesh de 1971, à cette occasion nous avons parlé avec le chercheur des études du génocide du Bangladesh, Mofidul Hockey.

Le Pakistan a lancé son opération militaire "Projecteur" le 25 mars au Pakistan oriental (anciennement connu sous le nom de Bangladesh) pour supprimer le droit du Bangladesh à l'autodétermination. Les actions du Pakistan conduisent à un génocide, faisant de nombreuses victimes. Le 25 mars est le jour de la commémoration du génocide au Bangladesh, lorsque les Bengalis honorent la mémoire des victimes des massacres de 1971. Quelles cérémonies de commémoration officielles se tiennent au Bangladesh le 25 mars ?

- Depuis 1947, le jour de sa création, le Pakistan a établi la domination de la partie occidentale du pays sur la partie orientale ; cela a commencé par le déni des droits linguistiques et a acquis des formes de priorité culturelles, économiques, administratives et politiques.

CONFÉRENCE SUR "LES ACTIVITÉS DE L'ASSOCIATION CHRÉTIENNE DES JEUNES DANS L'EMPIRE OTTOMAN ET LA PREMIÈRE RÉPUBLIQUE D'ARMÉNIE"



18.03.2022

Le 12 mars de l’année en cours Vardan Hambardzoumian, directeur exécutif de l’alliance européenne de l’Association chrétienne des jeunes (en anglais : Young Man Christian association - YMCA) a donné une conférence. Comme le suggère le titre de la conférence, le sujet abordait les activités humanitaires de l'Association chrétienne des jeunes, ses membres dévoués individuels dans l'Empire ottoman, dans la Première République d'Arménie. M. Hambardzoumian a entamé son discours avec une importante accentuation : l'Association chrétienne du peuple est une organisation qui a reconnu le génocide des Arméniens. L'orateur a présenté à la fois l'histoire de la création et de l'expansion de l'Association chrétienne des jeunes (1844) et son orientation novatrice dans les mouvements du XIXe siècle, en termes d'accompagnement des jeunes de l'époque dans une mission humanitaire.


Soghomon Tehlirian ; l’assassinat de Talaat



15.03.2022

Après la défaite de l'Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale, le nouveau gouvernement a décidé, avec l’insistance les Alliés, de poursuivre les membres du gouvernement Jeune-Turc et du Comité central de l’Union et progrès pour avoir impliqué l'Empire ottoman dans la guerre et organisé la déportation et le massacre des Arméniens. Cependant, la principale bande des Jeunes-Turcs (Mehmet Talaat, Ismail Enver, Ahmed Djémal, Behaeddin Chakir, Mehmet Nazim, Osman Bedri et Hussein Azmi), s’était déjà enfuie de la Turquie sur un navire de guerre allemand le 1er novembre 1918, évitant l'arrestation et la responsabilité pénale.

Pour punir les criminels Jeunes-Turcs qui avaient évité leurs responsabilités, la 9e Assemblée générale de la Fédération révolutionnaire arménienne (ARF) tenue à Erevan à l'automne 1919 sous la direction de l'ambassadeur arménien aux États-Unis Armèn Garo, a mis en place Une Opération spéciale pour trouver et détruire les organisateurs et les auteurs du génocide des Arméniens.

Soghomon Tehlirian (1896-1960) est à juste titre le personnage le plus célèbre de l'Affaire Spéciale (Opération Némésis), il peut être considéré comme un symbole de la revanche arménienne. Cela est dû non seulement au fait que son procès a eu une grande résonance.


Mémoires d’Artachès Khatchatrian



05.03.2022

Les mémoires d'Artachès Pétros Khatchatrian (1897-1969), survivant du génocide des Arméniens, conservées dans les fonds scientifiques du Musée-Institut de génocide des Arméniens, sont uniques en termes de large éventail de sujets abordés, de déploiement géographique des événements, de grandes limites chronologiques. L'auteur des mémoires est né dans le village d’Eritsou (Iritsougegh), village du canton de Karakilisa du district de Baïazet de la province d'Erzurum de l’Arménie occidentale, à la frontière de l'Empire russe. Il était membre d'une famille nombreuse qui a déménagé de Sassoun au district de Baïazet et valorisait l'écriture et l'éducation. En raison des circonstances susmentionnées, l'auteur a mentionné dans ses mémoires un certain nombre de phénomènes propres à la vie socio-politico-économique des Arméniens de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, la politique économico-fiscale oppressive des autorités ottomanes à l’égard des Arméniens, l'émigration permanente des Arméniens occidentaux vers l'Empire russe, ainsi que l'émigration temporaire pour chercher un emploi, le mouvement des fidayis (partisans) en Arménie occidentale, les relations arméno-kurdes, l'école provinciale arménienne occidentale, etc.

INVITATION À LA CONFÉRENCE



02.03.2022

Titre de la conférence : Smyrne dans l'orbite des génocides arméno-grecs ; extermination, incendie criminel et déportation (septembre 1922)
Date de la conférence : les 14 et 15 septembre 2022
Lieu de la conférence : Musée-Institut de génocide des Arméniens, Erevan, République d'Arménie
Organisateur de la conférence : Fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens »
Co-organisateurs de la conférence : Institut d'études arméniennes de YSU, Université Pédagogique d'Etat Arménienne après Kh. Abovian, Université Haïkazian (Liban), Chaire de Pontologie de l'Université Aristote de Thessalonique (Grèce)

En septembre 2022 est marqué le centenaire de la dernière phase des génocides des Arméniens et des Grecs, des massacres de la population arméno-grecque à Smyrne et de l'incendie délibéré de quartiers arméniens et grecs.

Smyrne, avec son existence multinationale et multiculturelle, a grandement contribué au progrès des Arméniens et des Grecs, ainsi que des étrangers vivant à Smyrne. La communauté grecque de la ville s'est développée grâce aux initiatives de centaines de Grecs locaux et de ceux vivant en Grèce. La communauté grecque de Smyrne a mis l'accent sur le développement de la culture, de l'éducation et du rôle de l'Église.

Après Constantinople, Smyrne était la deuxième plus grande ville peuplée d'Arméniens sur la côte ouest de l'Empire ottoman, un puissant centre de la diplomatie européenne. La population arménienne locale a acquis une caractéristique culturelle unique au cours des siècles.

L'envoyé spécial du Canada auprès de l'Union européenne, l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en République fédérale d'Allemagne, Stéphane Dion a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



01.03.2022

La délégation dirigée par l'envoyé spécial du Canada auprès de l'Union européenne et ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en République fédérale d'Allemagne, Stéphane Dion, qui est arrivé en Arménie pour une visite de travail, s’est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens le 26 février.

Les invités ont été accueillis par Loussiné Abrahamian, directrice adjointe des affaires muséales du Musée-Institut de génocide des Arméniens, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.


POGROMS DE SOUMGAÏT ; FÉVRIER, 1988



28.02.2022

L'une des manifestations de la politique de restructuration (péréstroïka-перестройка) et de transparence (glasnost-гласность) de Gorbatchev a été la réouverture de la question d'Artsakh. Le 20 février 1988, la session spéciale du Conseil régional du Haut-Karabakh a décidé de retirer l’UAHK (Union autonome du Haut-Karabagh) d'Azerbaïdjan et de l’unir à l’Arménie et pour le faire de demander aux Soviets suprêmes de la RSS d'Arménie et d’Azerbaïdjan d'intervenir devant le Soviet suprême de l'URSS pour une résolution positive.

En réponse à la juste décision légale des Arméniens d'Artsakh d'exercer leur droit à l'autodétermination dans les régions d'Azerbaïdjan à population arménienne, des massacres de masse et des déportations de la population arménienne ont commencé en février 1988. La première victime de la politique azerbaïdjanaise de suppression par la force de la libre volonté du peuple d'Artsakh est devenue la population arménienne de la ville de Soumgaït. Dans une ville considérée comme un symbole de l'internationalisme la population arménienne était exterminée du 27 au 29 février 1988 à cause de sa nationalité.

La directrice du bureau de la Banque mondiale en Arménie, Carolyn Geginat, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



26.02.2022

Le 25 février de l’année en cours, Carolyn Geginat, directrice du bureau de la Banque mondiale en Arménie, a visité le Mémorial du génocide arménien.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.

Mme Geginat a déposé des fleurs au Mémorial aux victimes du génocide des Arméniens, puis les invités ont déposé des fleurs à la flamme éternelle et ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes innocentes du génocide des Arméniens.

Le commissaire en chef du département de police du ministère de l'Intérieur de la République de Lituanie, Renatas Požėla, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



23.02.2022

La délégation conduite par le commissaire en chef du département de police du ministère de l'Intérieur de la République de Lituanie, Renatas Požėla, qui est arrivée en Arménie pour une visite de travail, s’est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens, le 23 février, accompagné du chef de Police de la RA Vahé Ghazarian et de l'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Lituanie auprès de la République d'Arménie Inga Stanytė-Toločkienė.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de Génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la conception du mémorial. Il a également présenté aux invités l'histoire de trois khatchkars placés sur la hauteur de Tsitsernakaberd et dédiés à la mémoire des Arméniens morts lors du nettoyage ethnique de la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin du siècle dernier.

Le nombre d'Arméniens de Cilicie à la veille du génocide des Arméniens
La nouvelle édition du MIGA



19.02.2022

La monographie "Le nombre des Arméniens de Cilicie à la veille du génocide des Arméniens" de Robert Tatoyan, chercheur principal au Musée-Institut de génocide des Arméniens, candidat en sciences historiques, a été publiée.

L'ouvrage est consacré à l'étude du nombre d'Arméniens vivant en Cilicie, qui faisait partie de la Turquie ottomane avant le génocide des Arméniens.

L'auteur, analysant de manière comparative les principales sources ottomanes, arméniennes et occidentales, ainsi que les données statistiques fournies par des sources auxiliaires, présente le calcul du nombre d'Arméniens de Cilicie à la veille du génocide des Arméniens par régions distinctes (Adana, Sis, Hadjine, Marache, Zeïtoun).




L'Azerbaïdjan continue de falsifier des monuments arméniens dans les territoires occupés de l'Artsakh



17.02.2022

Pendant la guerre Artsakh-Azerbaïdjan, qui a commencé en septembre 2020, le patrimoine culturel de l'Artsakh qui se trouve sur les territoires occupés par l'Azerbaïdjan, est devenu la cible de l'agression azerbaïdjanaise.

La République d'Azerbaïdjan a utilisé diverses méthodes pour aliéner de force les monuments de l'Artsakh de la culture arménienne et s’en approprier. Le "processus d'afghanisation" du patrimoine arménien a été lancé par les chercheurs azerbaïdjanais depuis les années soviétiques, qui s'est renforcé après l'indépendance de la République d'Azerbaïdjan.

L’histoire inventéé selon laquelle les monuments arméniens d'Artsakh appartiennent aux Aghvan-Oudis est largement diffusée par les scientifiques azerbaïdjanais, ce qui devient de plus en plus pratique. Les pèlerins de la communauté Oudi se rendent régulièrement dans les territoires occupés de l'Artsakh, organisent des cérémonies religieuses dans les églises et les monastères arméniens, et en interdisant l'entrée des pèlerins arméniens, le côté azerbaïdjanais prive les Arméniens de l'Artsakh du droit de la liberté de confession.

Il convient de noter que les efforts de l'Azerbaïdjan pour falsifier le patrimoine culturel arménien de l'Artsakh deviennent de jour en jour plus pratiques, peut-être parce qu'après la Seconde Guerre d'Artsakh, aucune mesure efficace n'a été prise par les organisations internationales protégeant les monuments culturels pour arrêter la « politique » de l'Azerbaïdjan envers les monuments arméniens.

Aristakès de Charour
La manque de Charour m’a fait toujours souffrir…



10.02.2022

Parmi les mémoires manuscrits stockés dans les archives du MIGA, le mémoire de 99 ans est une source importante pour les chercheurs dans le domaine du génocide et des études arménologiques en général. Les mémoires sont résumées dans un cahier de 40 pages, mais ils sont pleins d'informations, ainsi que d'épisodes illustrés de la vie de l’auteur des mémoires. L’auteur du mémoire rescapé du génocide est Aristakès Grigorian, né le 10 mars 1900 dans le village de Khanoukhlar / Khanloukhlar dans la région de Charour dans une famille nombreuse de cinq personnes : parents, une fille et deux fils, dont l'un était Aristakès.

Aristakès a aidé son père à récolter le coton dans le village dès l'âge de 12 ans, puis, à partir de 15 ans, il s'est occupé de l'agriculture. Il a eu une enfance difficile puisqu'il n'avait que cinq ans lorsque "en 1905 il y avait une guerre entre les Arméniens et les Turcs locaux", mais il a également écrit les beaux épisodes lumineux de sa vie, qui sont ethnologiquement significatifs.

LAVRENTI BARSEGHIAN-85
(1937-2014)



05.02.2022

Le 7 janvier a marqué le 85e anniversaire de Lavrenti Barseghian, fondateur-directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens.

Lavrenti Barseghian est né le 7 janvier 1937 à Erevan. En 1954-1959 il a étudié à la Faculté d'histoire de l'Université d'État d'Erevan, recevant une bourse nominale pour une excellente éducation. Après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé à l'Institut d'ethnographie de l'Académie nationale des sciences de la RSS d'Arménie. En 1967 il a été nommé chef adjoint du Département de la préservation et de la restauration des monuments du Comité d'État pour la construction. En 1968-1972 il a dirigé les travaux de la restauration de la forteresse Erébouni, du temple Garni, de la maison-musée Hovhannès Toumanian (à Dsegh). En 1973-1978 il a été le chef du département des institutions culturelles et éducatives du ministère de la Culture de la RSS d'Arménie. En 1978–1985 - directeur du Musée d’Etat d'ethnographie d'Arménie, en 1984–1985 en même temps, il était directeur du Musée d’Etat d'histoire d'Arménie. En 1988–1991 il a dirigé le Département général d'histoire, de préservation et d'utilisation des monuments culturels du Conseil des ministres de la RSS d'Arménie et, de 1992 à 1995, il a été vice-président pour les affaires générales de l'Académie nationale des sciences de la République d’Arménie.

ANNA HEDWIG BULL-135
(1887-1981)



04.02.2022

Les massacres d'Arméniens à Adana organisés par le gouvernement turc de l'Empire ottoman en 1909 sont couverts par la presse européenne. Le 4 février 1887 ces nouvelles résonnent dans le cœur d'Anna Hedwig Bull, une fille née à Haapsalu, en Estonie, qui a eu le désir d'aider le peuple chrétien de l'Empire ottoman. Ce désir est mis en pratique lorsqu'elle est envoyée en mission dans la ville de Marache en Cilicie pour travailler à l'orphelinat allemand Bethel. En 1911 Bull arrive et commence à enseigner aux orphelins arméniens.

Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Bull a été témoin du génocide organisé par le gouvernement turc contre les Arméniens : "Des fleuves de sang ont coulé et plus d'un million d'Arméniens ont vécu et sont morts en fidèles disciples du Christ." En 1916 elle a déménagé à l'orphelinat allemand du village de Harounié, situé au sud de Marache. En 1918 un ordre est donné d'expulser tous les élèves de l'orphelinat. Mais grâce aux efforts de Bull et du père Penno von Toppeler, les enfants sont sauvés de la mort. Les élèves de l'orphelinat se souviennent surtout de la diligence avec laquelle Bull a appris et enseigné l'arménien en raison de la proclamation de la première république d'Arménie. Elle croyait que les enfants, y compris elle-même, seraient finalement déménagées à l'État arménien.

Le ministre géorgien de l'Intérieur, Vakhtang Gomelauri, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



03.02.2022

La délégation conduite par le ministre géorgien des Affaires intérieures Vakhtang Gomelauri, arrivé en Arménie pour une visite de travail, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens le 3 février, accompagné du chef de la police de la République d'Arménie Vahé Ghazarian.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.




« Semaine de la mémoire de l'Holocauste » au Musée-Institut de génocide des Arméniens



03.02.2022

Pour la troisième année consécutive, le Musée-Institut de génocide des arméniens organise, fin janvier, une série d'événements intitulée « Semaine de la mémoire de l'Holocauste » à l'occasion de la Journée internationale de la mémoire de l'Holocauste (27 janvier).

Cette année, la série d'événements a commencé le 27 janvier avec la commémoration des victimes innocentes des génocides au Mémorial de l'Holocauste. L'événement a réuni les représentants de la communauté juive d'Arménie, dirigés par le chef de la communauté Rima Varjapétian, directeur de la fondation « Musée-Institut de génocide des Arméniens », Ph. D. Haroutioun Maroutian, directeur du centre de « Maison de Moscou » Vahram Karapétian, Christina Hansel, membre du personnel de l'ambassade des États-Unis, et d'autres.

Le ministre fédéral des Affaires européennes et étrangères de la République d’Autriche, Alexandre Chalenberg, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



02.02.2022

La délégation conduite par le ministre des Affaires européennes et étrangères de la République d'Autriche Alexandre Chalenberg, arrivé en Arménie pour une visite de travail, a visité le Mémorial de génocide des Arméniens, le 2 février, accompagné du ministre des Affaires étrangères de la République d'Arménie Ararat Mirzoïan.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian qui a présenté l'histoire du mémorial.



LES SAUVETEURS ARMÉNIENS LORS DES ANNÉES D’HOLOCAUSTE



02.02.2022

Les histoires des génocides sont pleines de tragédies et d'atrocités. Des centaines de milliers de personnes sont impliquées dans le processus de meurtre, devenant des meurtriers de masse.

Mais en même temps, on rencontre des exemples sans précédent de compassion et d'héroïsme, lorsque certains individus risquent leur vie pour sauver leurs amis, leurs proches et même des étrangers qui ont été ciblés par le génocide.

Le musée du mémorial Yad Vashem à Jérusalem mentionne les noms de quelque 20 000 sauveteurs, ce qui n'est pas un grand nombre si l'on considère que le territoire où été perpétré l'Holocauste avait une population de plusieurs centaines de millions de personnes.

CARACTÉRISTIQUES DES COMBATS D'AUTO-DÉFENSE ARMÉNIENNE PENDANT LES ANNÉES DU GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS ET LEUR MESSAGE POUR LES GÉNÉRATIONS FUTURES



28.01.2022

Pendant les années du génocide des Arméniens, les Arméniens ont pu s'organiser dans un certain nombre de villes et villages d'Arménie occidentale et de l'Empire ottoman, pour opposer une résistance armée au programme génocidaire des Jeunes Turcs. Grâce à cette résistance, des dizaines de milliers d'Arméniens se sauvent de la déportation et de l'extermination, préférant mourir l’arme à la main, en dignité plutôt que d'obéir à l'ordre de déportation menant à l'abattoir.

En 1915, des combats acharnés ont menés, notamment dans les provinces de Chatakh et d’Artchèche de Vaspourakan, dans la ville de Van, chef-lieu de la province de Van, en avril-mai, en juin dans la ville de Chapine-Garahissar, en juin-juillet à Mouche, en mars-août à Sassoun, en août-septembre à Moussa-Dagh, en septembre-octobre à Urfa, Trabzon et ailleurs. Des épisodes distingués de la bataille héroïque sont les batailles de survie des Arméniens du village de Tchat dans la région de Yozgat et de plusieurs villages de Cilicie : réfugiés dans les montagnes voisines d'Agdagh et d’Amanos, les Arméniens ont opposé une résistance héroïque aux criminels turcs pendant quatre ans, jusqu'en 1918, se sauvant massacres. La série de luttes arméniennes pour la survie peut être longue.



Raphaël Lemkine ; Quelques parallèles entre le génocide des Arméniens et l'Holocauste des Juifs



27.01.2022

Le juriste Raphaël Lemkine a apporté une contribution particulière au développement des études sur le génocide en tant que branche distincte de la science. Il n'a pas seulement mis en avant le terme "génocide" et a pris une part active à l’affaire de la rédaction de la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide le 9 décembre 1948, mais il a aussi étudié pour la première fois de manière approfondie les différents génocides qui ont été perpétrés dans l'histoire.

Sur la base de la recherche, la majorité des spécialistes du génocide sont arrivés à la conclusion que les deux génocides majeurs du XXe siècle, le génocide des Arméniens et l'Holocauste des Juifs, ont été cruciaux pour la vie de Lemkine.

20.01.2022

Cher visiteur,

Se référant à l’arrêté n°02-N du 7 janvier 2022 du ministre de la Santé de la République d’Arménie, à partir du 22 janvier de l’année en cours vous pouvez accéder au Musée-Institut de génocide des Arméniens uniquement en présentant :

- Un certificat de 72 heures maximum confirmant la preuve de PCR avec résultat négatif, ou :
- Un certificat du système ARMED confirmant le résultat négatif de 24 heures d’un test de détection rapide d’antigène COVID-19, pré-qualifié par l’Organisation mondiale de la santé, ou :
- Certificat de vaccination, code de réponse rapide de l’application mobile (QR code) ou version papier délivrée depuis l’application mobile.



Le chef d'état-major général de la Garde nationale de la République de Chypre, le lieutenant-général Democritos Zervakis a visité le Mémorial de génocide des Arméniens



20.01.2022

Le 19 janvier, la délégation conduite par le chef d'état-major général de la Garde nationale de la République de Chypre, le lieutenant-général Democritus Zervakis, arrivé en Arménie pour une visite officielle, s'est rendu au Mémorial de génocide des Arméniens.

Les invités ont été accueillis par le directeur du Musée-Institut de génocide des Arméniens Haroutioun Maroutian, qui a présenté l'histoire de la création du mémorial.

Le lieutenant-général Democritus Zervakis a déposé une gerbe au Mémorial aux victimes du génocide des Arméniens, puis les membres de la délégation ont déposé des fleurs à la flamme éternelle et observé une minute de silence à la mémoire des martyrs canonisés du génocide des Arméniens.

Le khatchkar dédié à la mémoire des victimes du crime de Soumgait au sommet de Tsitsernakaberd a été restauré



11.01.2022

En octobre de l'année dernière, le khatchkar dédié à la mémoire des victimes du crime de Soumgait, érigé au mémorial de Tsitsernakaberd, a été restauré. Le 24 avril 1988, le khatchkar y a été installé par le peuple, soulignant que la tragédie de Soumgait est, en effet, une continuation du génocide des Arméniens.

Le nettoyage ethnique et la déportation massive de la population arménienne de Soumgait par les autorités azerbaïdjanaises, en Azerbaïdjan soviétique, du 27 au 29 février 1988, visaient à empêcher la propagation du mouvement d’Artsakh, menaçant les Arméniens de nouvelles actions sanglantes. Le nombre de victimes du massacre de Soumgait n'a pas encore été précisé. Selon les données officielles du parquet de l'URSS, le nombre de tués est de 26 personnes, et selon les données non officielles, plusieurs centaines.

Les massacres organisés à Soumgait du 27 au 29 février au plus haut niveau de l'État n'ont pas encore reçu une évaluation politique et juridique adéquate.

En raison des massacres d'Arméniens perpétrés par les autorités azerbaïdjanaises en 1988-1990, les villes d'Azerbaïdjan peuplées d'Arméniens ont été complètement vidées d'Arméniens.

Cher visiteur,

Le Musee-institut de génocide armenien sera ferme de 30 decembre de l'annee en cours a 3 janvier 2022.

Respectueusement,
Fondation "Musée-institut de génocide armménien"








Nouvelles du site

10.11.2020 Rénovation du site

Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

LIBRAIRIE DU MIGA

1915
"Monde des livres" du Musée-Institut de génocide des Arméniens

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am