Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Délégations
Plan du site
Remarques
Contacts
Liens
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Notre mission
Le mot du directeur
Articles de presse
Journal éléctronique
Interviews
Actualités
Conférences
L’année du livre  
Bourse d’études Lemkin  
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Photos du complexe
Journée de commémoration
Amis de la Fondation MIGA
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
National Academy of Sciences of Armenia
Public Radio of Armenia
Armenian News Agency
ARMEDIA  Information, Analytical Agency
Inhomage
armin
armin
armin
armin
armin
1000000lives




Génocide culturel



Les actes et les mesures entreprises pour détruire la culture d’une nation ou d’un groupe ethnique sont appelés ‘génocide culturel’. Le mot ‘génocide’ inventé par Raphael Lemkin ne fait pas seulement référence à l’extermination physique d’un groupe national ou religieux, mais aussi à sa destruction spirituelle et culturelle. Le concept de génocide culturel n’a pas encore été intégré dans la convention des Nations Unies de 1948 pour la Prévention et la Répression du crime de génocide.

De nombreux faits avérés concomitants des massacres et des déportations témoignent du fait que le gouvernement Jeunes-Turcs avait prémédité et planifié une méthode systématique de destruction des témoignages matériels de la civilisation arménienne. Conscients du rôle de l’église et de la foi chrétienne dans la nation arménienne, ils ont délibérément massacré les membres du clergé arménien, détruit les églises, les monastères et autres biens religieux, ainsi que des milliers de manuscrits médiévaux écrits et enluminés à la main.

Un témoin oculaire arabe du génocide arménien, Fayez el Husseyn, écrit dans ses mémoires : "... Après le massacre des arméniens, le gouvernement établit des commissions chargées de revendre les propriétés restantes. Les biens culturels arméniens étaient vendus aux plus bas prix... Une fois, je suis allé à l’église pour voir comment la vente de ces biens était organisée. Les portes des écoles arméniennes étaient fermées. Au bazar, les Turcs utilisaient les pages des livres de science pour emballer du fromage, des dattes, des tournesols... En 1912, le patriarcat arménien d’Istanbul présenta un recensement des églises et des monastères en Arménie occidentale (Anatolie orientale) et dans l’Empire Ottoman. On en décompta plus de 2300, dont les monuments chrétiens uniques du IVème-Vème siècles. La majorité d’entre eux furent pillés, brûlés, et détruits par les turcs pendant le génocide. "

La politique de destruction de l’héritage historique et culturel arménien adoptée par les Jeunes-Turcs fut poursuivi par la République de Turquie, pour qui ces reliques constituaient des témoins indésirables de la présence arménienne.

A la fin des années 1920, la Turquie lança un processus de remplacement des noms de localités d’Arménie occidentale. A présent, 90% des villes, villages et bâtiments arméniens en Turquie Orientale portent un nom turquifié. Les noms des sites géographiques arméniens ont aussi été remplacés par des noms turcs. Selon la même méthode systématique de destruction, des centaines de monuments architecturaux ont été détruits, et toutes les inscriptions arméniennes effacées.

En 1974, l’UNESCO déclara qu’après 1923, des 913 monuments historiques arméniens restant en Turquie orientale, 464 ont complètement disparus, 252 sont en ruines, et 197 ont besoin de réparations. Les édifices architecturaux arméniens sont constamment démolis à l’aide de dynamite et servent de cibles pour les exercices militaires turcs; les pierres intactes sont utilisées comme matériaux de construction. Dans certaines zones rurales, les monastères et les églises arméniennes servent d’écurie, de boutique, de club et même dans un cas, de prison. Dans plusieurs autres cas, le gouvernement turc a converti les églises arméniennes en mosquées.

Le 18 juin 1987, le Parlement Européen adopta un décret dont le sixième point demande : le traitement équitable de la minorité arménienne vivant en Turquie en ce qui concerne son identité, sa culture, sa langue, sa religion et son système d’enseignement, l’amélioration de la protection des monuments ainsi que le maintien et la conservation du patrimoine architectural religieux des Arméniens de Turquie.

Le génocide culturel contre l’héritage arménien continue sur le territoire turc …



Les photos suivantes présentent une sélection de monuments médiévaux arméniens détruits pendant et après le génocide arménien.



Monastère Horomos, 10ème-11ème siècles


• Vues du Monastère Horomos avant 1965 et en 1998 (photo S. Karapetian)


Sourb Prkich (Saint Sauveur) Eglise d’Ani, 11ème siècle


• Vues du monument dans les années 1910 et en 2000 (photo S. Karapetian)


Monastère Bagnayr, Village Bagnayr (Ghozlouja), 11ème-13ème siècles


• Vues du Monastère Bagnayr avant les années 1960 et en 2000 (photo S. Karapetian)


Monastère Khtzkonk, 7ème-13ème siècles


• Vue du complexe monastique, début du 20ème siècle
• Vue du complexe monastique après l’explosion en 1966


• Vue du complexe monastique, début du 20ème siècle
• Vue du complexe monastique de nos jours (photo S. Karapetian)


• Vue du complexe monastique, début du 20ème siècle
• Vue du complexe monastique en 2000, après l’explosion en 1966 (photo S. Karapetian)


Temple Tekor, 5ème siècle




• Vue du monument avant 1912 et en 2000 (photo S. Karapetian)


Eglise St. Hovhannes de Bagrevand, 613-619


• Vue du monument avant 1966 et en 2000 (photo S. Karapetian)



• Ani, capitale médiévale arménienne, armoiries de la ville dans les années 1910 et en 2000, après la restauration turque



• Van, région d’Aghbak, Monastère St. Barthélemy l’Apôtre, 1913 et 1980 (photo A. Hakhnazarian)



• Van, Ermitage sur l’île de Lim, Vue Nord-est, début du 20ème siècle et 2004 (photo S. Karapetian)



• Mouch, Monastère Sourb Arakelots (des saints apôtres), 4ème-15ème siècles, début du 20ème siècle et 2000 (photo S. Karapetian)



• Mouch, Monastère Sourb Karapet, 4ème-18ème siècles, vue Sud-ouest, début du 20ème siècle
Mouch, village Cankly, sur le site du Monastère Sourb Karapet (photo 2000, S. Karapetian)



• Van, région de Rchtounik (Gevascd), Monastère de Narek, vue Sud-ouest, début du 20ème siècle
• Van, région de Rshtoonik (Gevascd), Mosquée construite en 2004 sur le site du Monastère Narek détruit (photo S. Karapetian)



• Van, village de Koghbantz, ruines du monastère de Salnapat, 10ème-13ème siècles, vue Sud-ouest, début du 20ème siècle et 2004 (photo S. Karaperian)



• Van, village de Chouchants, site du monastère de Karmravor Sourb Asdvadsadsin, début du 20ème siècle et 2004 (photo S. Karapetian)



• Van, monastère Varag, 5ème-19ème siècles, début du 20ème siècle et 2004 (photo 2004, S. Karapetian)


Sources des photos:

RECHERCHE SUR L’ ARCHITECTURE ARMENIENNE

"L’Architecture Arménienne, un génocide culturel " publié par le Comité National Arménien du Canada, Montréal 2005.

Follow us



Musée virtuel

Conférence Internationale

genocide
L'analyse comparative des génocides du 20ème siècle
Douzième conférence de l'Association
internationale des spécialistes du génocide
8-12 Juillet 2015, Erevan

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2018

PROJET SPÉCIAL

100photo
CENT HISTOIRES DE PHOTO SUR LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS


EXPOSITIONS TEMPORAIRES

brand book
Expositions temporaires dédiées au Génocide arménien

Au cours de toute l’année de 2015, dans le cadre des événements dédiés au 100ème anniversaire du Génocide arménien, le MIGA prévoit d'organiser simultanément dans différents pays près de vingt expositions variées et multilingues, d’une nouveauté scientifique, ainsi que avec les technologies et les designs modernes.

Mémoire

remember
Grigor Mjrguyan, figure politique, commerçant. Il est né en 1863. Les Turcs l’appelaient Yaver Effendi. Il fut le président de l’Union Générale arménienne de bienfaisance. Il fut tué en 1918. Il fut une victime du Génocide des Arméniens.

RA, Armenie Erevan 0028
Complexe Commemoratif de Tsitsernakaberd
Tel.: (374 10) 39 09 81
Fax: (374 10) 39 10 41
    2007-2016 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am