Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

L'HISTOIRE DE LA FAMILLE BERBERIAN DE LA GÉNÉRATION BOGHAZLIANTS



04.08

Famille de Veronica Berberian, Erevan, 1954 ; au premier rang, de gauche à droite : Alexan Mekertchian (le mari de Veronica), Flora (la mère de Veronica), Veronica, au deuxième rang, de gauche à droite : Nerses, Sarkis, Vardouche
La famille Berberian était l'une des familles du village de Boghazlian dans la province de Yozgat. Avant 1915, Boghazlian comptait 700 ménages arméniens et 400 ménages turcs. Le curé de l'église locale d'Astvatsatsin (construite en 1865) était l'aîné de la famille Berberian, le père Hakob (Nerses). Il est né quand son père avait 80 ans, « comme un don de Dieu », l'enfant est dédié à l'église. Plus tard, Nerses Berberian a été ordonné prêtre, recevant le nom de Hakob, et a servi dans l'église S. Astvatsatsine.

Père Hakob et Narik Berberian ont eu cinq enfants : Gaspar (1890-1928), Anna (1892-1960), Haroutioun (1894-1978), Nazéli (1898-1915), Khatcher (1901-1960). La fille de Gaspar Berberian et de sa femme Flora était Veronica (née en 1905 ou 1906), qui a écrit l'histoire de sa famille.

Jusqu'en 1914 en raison de l'absence d'école pour filles à Boghazlian, c’est le prêtre, le grand-père de Veronica qui s’est occupé de son éducation. Dès que la Première Guerre mondiale a éclaté, Gaspar est enrôlé dans l'armée, d'abord comme secrétaire du médecin en chef du premier hôpital des Dardanelles, puis en 1920 il s’est engagé dans l'armée du front oriental du commandant Kazem Karabekir, qui s’avançait vers l'Arménie orientale. Après avoir échappé au service militaire, Gaspar s'est installé au Nakhitchevan soviétisé, travaillant comme clerc, traducteur, ne retournant jamais en Turquie.

Les massacres des Arméniens à Boghazlian commencent en juillet 1915. Les arrestations et les tortures d'hommes arméniens commencent sous prétexte de rechercher des armes cachées. Le 5 juillet, 350 hommes sont arrêtés à Boghazlian, et le lendemain, 300 hommes, parmi lesquels était le père Hakob. Tous sont attachés et emmenés dans la gorge appelée Gharakotch, déshabillés, dépouillés de leur argent et de leurs bijoux, puis tués avec des crochets, des haches, des poignards, des poignards et des pierres. Ils ont également décapité le père Hakob, en jetant la tête l'un à l'autre.

La deuxième vague de massacres commence à Boghazlian en février 1915, dont un grand nombre de femmes et d'enfants sont victimes. Ces derniers ont été chargés dans des charrettes, emmenés dans la gorge voisine de Keller et massacrés. Le rôle du kaïmakam de Boghazlian, Mehmet Kemal, dans l'organisation des massacres était particulier. Il était l'un des rares qui a été reconnu coupable d'attaques à main armée, de pillage et de meurtres prémédités par le tribunal militaire d'urgence de Constantinople le 8 avril 1919. Il a été pendu sur la place Beyazit à Istanbul le 10 avril. Dans un discours avant sa mort, Kemal s’est déclaré non coupable et digne d’un monument pas d’une potence.

Une partie de la famille Berberian a survécu au génocide parce qu'elle était la famille d'un officier de haut rang servant dans l'armée ottomane, Gaspar, pour qui l'inscription « protégé par l'État » était apposée sur le portail de la maison. Haroutioun Berberyan, coiffeur qualifié, a survécu parce que ses services étaient utilisés par les autorités turques locales. À cause de l'absence de son frère aîné et le meurtre brutal de son père, Haroutiouun s'est chargé de la famille.

Mettant en danger sa sécurité et celle de sa famille, Haroutioun a essayé par tous les moyens d'aider les Arméniens locaux. Il a ramené des enfants orphelins à la maison, s'en est occupé et leur a enseigné son métier. L'une de ces orphelines était l'amie d'enfance de Veronica, Siranouche, dont les parents et tous les proches avaient été tués. Siranouche avait vécu dans un environnement des Turcs pendant plusieurs années, oubliant sa langue maternelle et sa religion. Les Berberian travaillent dur pour rendre à Siranouche l'identité arménienne, puis la marient à Khacher Berberian. Siranouche et Khacher Berberian ont déménagé à Beyrouth dans les années 1920 pour commencer une vie sécurisée, ayant deux filles et un fils.

Le 5 février 1919, les rescapés du génocide des Arméniens de Boghazlian ont formé l'Union nationale arménienne, à laquelle Haroutioun et Khacher Berberyan étaient adhérés. L’Union était principalement engagé dans la récupération d'orphelins et de femmes arméniens, leur prise en charge et leur abri. Dès sa création, les membres de l'Union nationale arménienne de Boghazlian ont été persécutés et soumis à de nouvelles violences. En 1925 les Berberian se sont installés à Constantinople, puis à Batoumi, au Nakhitchevan, où ils ont trouvé Gaspar. Mais le regroupement familial a été de courte durée. Gaspar est mort un an et demi plus tard, vers 1929. Les Berberian s'installent finalement à Erevan. Veronica Berberian est décédée en 1999 à l’âge de 94 ans à Erevan, les dernières notes de ses mémoires datent de 1992.








Prêtre Hakob ; victime du génocide des Arméniens
Musée-Institut de génocide des Arméniens





Extrait des mémoires de Veronica Berberian
Musée-Institut de génocide des Arméniens







Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am