Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Intellectuels

SIAMANTO 140


06.12.2018


Atom Jartchanian, le même écrivain de renom Siamanto est né le 15 août 1878, dans la ville Aken de la province Kharberd (Arménie Occidentale, à présent Turquie Orientale, à l’heure actuelle le lieu est appelé Kémalié). Cette ville d’une population petite mais d’une culture riche, a donné beaucoup de gens notables: Nahapet Koutchak, A. Arpiarian, G. Zohrap, M. Métzarentz, A. Tchopanian et d’autres. «Une arménienne d’Aken a mis au monde un écrivain»,-est attesté dans la littérature sur Aken et par les gens d’Aken. Le terrain rocheux et vide se trouvant au bord de la rivière Euphrate était devenu un paradis grâce à l’homme et à force de sa persévérance, et dans ce lieu pittoresque avait grandi le futur écrivain. «Sur les nombreux tapis de notre maison d’Aken»,-avait écrit Zapel, la sœur de l’écrivain, dans ses mémoires.

La famille était nombreuse. Les trois frères Jartchanian ont vécu ensemble, une famille traditionniste de 16 membres. Le père de l’écrivain, Hovhannès était vendeur de pierres précieuses, la mère, Nazénie chantait très bien des chansons folkloriques et des antounis (chansons de nostalgie pour la patrie). Sa grand-mère, Héghinée était narratrice. Atom avait un frère et trois sœurs.

Il a fait ses études primaires au College Nersissian d’Aken, où son professeur, célèbre écrivain en prose et vulgariste Garéguine Servandzetiantz a baptisé le jeune Atom du pseudonyme Siamanto. En 1891 le futur poète s'installe avec son père à Constantinople; ses "jours de crépuscule et d'espoir" sont finis. S'éloignant de sa ville natale, il est resté sous son influence magique jusqu'à la fin de sa vie. La poésie du poète fait toujours référence à Aken: "Soir des jours anciens enterré dans les tristesses. Je me souviens de toi aujourd'hui avec ma malheureuse nostalgie." Plus tard, lors des massacres hamidiens (1894-1896), subissant de nombreuses pertes humaines et matérielles, les autres membres de la famille aussi se sont installés à Constantinople.

La mentalité du poète Siamanto, son apparence nationale, se sont formées dans son Aken natal. De sa mère, de sa grand-mère et de sa femme, le poète a entendu des chansons folkloriques, desantounis, des contes de fées, des récits et des légendes. Zabel Hambardzoumian, la soeur de sa fille, témoigne du fait que sa mère a bercé le bébé Atom en chantant des antounis: "Ma mère avait une très belle voix et chantait des chansons pour son fils, le premier-né parmi les enfants."

À Constantinople Siamanto a fait ses études à l’école locale Miritchanian, puis au collège réputé Réthéos Berberian. Le jeune homme qui a fait ses premiers pas littéraires lors des massacres hamidiens était forcé de partir à l'étranger sous la suggestion de R. Berberian : pour la Grèce, l'Égypte, la Suisse, la France et l'Autriche. Siamanto a assisté comme auditeur libre à des conférences à la Faculté de philologie de l'Université Sorbonne à Paris. Il a étudié les sciences sociales, la philosophie, la littérature occidentale et mondiale, les nouveaux mouvements littéraires, il a fait également la connaissance des intellectuels arméniens et de personnalités nationales en Europe, s’est rapproché avec les membres de l'Union des étudiants arméniens de l'Europe.

La vie du jeune écrivain était extrêmement difficile à l’étranger ; manque de la patrie et de la famille, état social lourd et angoisse pour son peuple. En même temps, les années passées en Europe sont devenues les meilleures années de la maturation intellectuelle, de la vision du monde et de l'expérience littéraire de Siamanto. Prenant connaissance de l’Europe progressiste et de la littérature européenne, se trouvant sous l’influence cruciforme de nouveaux mouvements littéraires, Siamanto n’a pas perdu l’image de l’Arménien, au contraire, le national en lui s’est renforcé. Ces années ont également tracé le chemin littéraire et créatif d’Atom Jartchanian. Siamanto a progressivement établi des liens avec les milieux littéraires de la diaspora, travaillant pour des périodiques et des journaux arméniens publiés dans de différents pays, tels que "Tomorrow's Voice", "New Life", "Anahit", "Shirak Banber", "Flagship", etc.

Les contacts étroits avec les jeunes étudiants arméniens actifs en Europe et les rassemblements littéraires ont touché l'esprit sensuel de Siamanto, incitant la détermination et la volonté de revenir dans sa patrie. "Épuisé, affligé spirituellement et physiquement, pauvre mais avec une volonté ferme, avec un peu de fierté et presque orgueilleux, tenant la tête haut, nous nous sommes tournés avec zèle vers le but, qui était encore incertain, mais nous en croyions fermement l’existence",- avec ses paroles décrivait Zapel Yésaïan la jeunesse arménienne de l’Europe.

En 1904 Siamanto était contraint de quitter Paris pour la Suisse pour cause de santé. Il souffrait de la pneumonie depuis son enfance. En dépit de toutes les mauvaises prédictions, le poète a surmonté la maladie grave grâce à sa volonté de fer, et, notamment à l’aide de ses amis. Minas Cheraz a écrit dans sa lettre à Siamanto que « le grand poète ne doit pas mourir tôt », et Satenik, l'amour du grand poète, l'a inondé de lettres pleines de soin.

En 1908, après la révolution des Jeunes Turcs, Siamanto est retourné à Constantinople, comme l’ont fait beaucoup de gens parmi ses amis. "Il est venu nous retrouver tous, et ma mère accueillait les proches d’Atom ... Varoujan, Minassian, Zardarian et tout le monde. Atom était heureux avec ses proches et ses amis", écrivait Zapel, sa sœur, plusieurs années plus tard.

L’enthousiasme du poète concernant les grands espoirs inspirés par le nouveau gouvernement qui avait répandu les slogans de la démocratie n’a pas duré longtemps. En 1909 des massacres des Arméniens ont été perpétrés à Adana. Par le biais d'une série de poèmes "Nouvelles rouges de mon proche", Siamanto a ouvertement dénoncé et condamné le crime qui n’a pas eu son précédent. "Justice humaine, laisse-moi cracher sur ton front", écrit le poète dans le vers "Danse" du recueil de poèmes.

Encore une fois loin de sa patrie, cette fois, Siamanto s’est rendu à Boston, aux États-Unis et a travaillé pour le journal ‘’Patrie’’, a fait publier de nouvelles œuvres, a pris connaissance des problèmes des Arméno-Américains, de leur nostalgie, des rêves éclatants de consolidation et de revivification de son peuple.

En été 1911, il est revenu à Constantinople, en 1912 dans le journal ‘’Azatamart’’, il correspondait à l'article "Opinions libres", un écrivain-citoyen, vivant avec de larges intérêts publics. Il est devenu évident, à travers ses articles, qu’il aborde de nombreux problèmes liés à l’organisation de la vie nationale. Les deux géants de l’époque, Daniel Varoujan et Siamanto étaient devenus les idoles des Arméniens de Constantinople.

En 1913 les jubilés de l'alphabet et de l’imprimerie arméniens, vieux de 1500 ans et de 400 ans respectivement, devaient être célébrés à Constantinople; les travaux de leur organisation ont été transformés en un mouvement national. Siamanto n'est pas en reste dans ces ouvrages, ainsi que dans la propagande de l'alphabet arménien.

En automne de la même année, le poète s’est rendu à Tbilissi, puis à Etchmiadzine où il a été cordialement accueilli par ses amis écrivains et il a fait la connaissance des Arméniens de l’Est et a établi des liens étroits avec Hovhannès Toumanian. "Si j'avais l'occasion, je serais heureux de rester ici", a écrit Siamanto. Le poète était également à Bakou et, peu de temps après, il est rentré à Genève pour se faire soigner. En 1914 il est revenu à Constantinople et s’est entièrement adonné à la littérature. Siamanto était déjà un poète national, et l’intérêt pour sa personnalité et sa créativité était au-delà des frontières nationales. Ses ouvrages étaient recherchés dans les colonies arméniennes, et on lisait Siamanto en Europe.

Cependant, la Première Guerre mondiale (1914-1918) a interrompu le cours normal de l'activité intellectuelle de l'Arménie occidentale. À la suite de l'ordre du gouvernement turc de désarmer et de tuer des Arméniens lors de la première phase d'actes de génocide délibérés et planifiés, les autorités turques ont franchi l'étape suivante de la politique génocidaire: l'arrestation et le massacre de l'élite nationale arménienne.

Le 5 septembre 1914 en réponse à la lettre de son ami Dr Bazarjian, Siamanto a écrit: "Dans votre désespoir, votre chagrin, votre esclavage inexplicable, votre résignation honteuse et dans les jours absurdes dignes des jurons qui sont hors de mon et de votre vocabulaire, votre petite lettre provenant d’un grand cœur m’a fait penser qu’il y a encore des gens et des amis. Mais avant ma douleur, je parle de la douleur de ma nation et de ta nation. La jeunesse arménienne, les soldats ont été ravagés par les hyènes. Terrible horreur! Il n'y a personne dans les provinces. Jusqu'à 45 ans ... jusqu'à la mort, jusqu'à la mort exacte. La mort, mais pas dans une guerre, mais dans un état de faim. Toute la Turquie est affamée. Il ne reste plus aucun marchand grec ou arménien. Le gouvernement a réuni tout le monde, pillé, volé et saisi. Partout le pillage, mais pas de farine ni de soie, mais ce qu'ils trouvent chez les marchands arméno-grecs. A Constantinople et partout est la même chose. " En ces temps troublés, le poète pouvait quitter Constantinople, pour se sauver des procès inévitables, mais avec d'autres célèbres intellectuels et écrivains, il est resté avec le peuple.

Le 24 avril 1915, Siamanto a été arrêté avec de nombreux autres intellectuels arméniens. Il a été persécuté pendant des mois à la prison d'Ayache et a été cruellement tué à Ankara le 24 août. Le poète avait 37 ans. De nombreux travaux et œuvres de Siamanto sont restés inachevés et la vie d'un intellectuel interrompue.

En prison, Siamanto a pu envoyer cinq lettres-cartes à sa famille, dont trois à ses frères et ses sœurs, deux à son frère cadet Vahan. Toute lettre qui sortait de la prison était strictement examinée par la censure pénitentiaire, voilà pourquoi Siamanto n’avait pas pu écrire grand-chose à ses proches. Avec ses lettres, il a tenté de réjouir sa famille, il s’intéressait à sa bien-aimée, Manik Perperian, dans l’espoir de la revoir bientôt. monde sait que je n'ai rien à voir avec la politique ni avec aucun autre crime ... " Le était être le plus grand poète arménien.

L’œuvre de Siamanto, avec des images tragiques, a également un contenu optimiste. Sa plume a été nourrie exclusivement de la réalité, réveillant les "survivants en sommeil", comme l'a mentionné Daniel Varoujan.

Siamanto a écrit des poèmes héroïques, a glorifié les héros de l’autodéfense, les défenseurs de la terre. Par exemple, dans le poème « Je veux mourir » Siamanto a évoqué l'idée que la chanson doit conduire les héros à la lutte juste. Les poèmes héroïques sont composés d’une partie de "Dioutsaznoren" et "La douleur et les chaînes de l'espoir". Siamanto a parlé du "rapatriement" dans "L'invitation de la patrie" pendant une période relativement paisible (1910), l'homme arménien doit retourner dans son pays et les Arméniens dispersés ne peuvent vivre que sur leur terre natale, avec le travail et leur esprit créatif. Le souffle héroïque de ses œuvres a également eu une influence considérable sur les orphelins arméniens. L’orphelinat suisse de Sivas (fondé en 1895 pour les orphelins après les massacres hamidiens, plus tard, après la Première Guerre mondiale, il s’est retrouvé sous les auspices du Comité américain de secours pour le Proche-Orient), les apprenties ont secrètement écrit les poèmes de Siamanto et des écrivains contemporains, ce qui n’était pas permis par la direction de l’orphelinat ; voilà pourquoi les enfants étaient souvent punis. Ces livrets imprimés sont stockés dans différentes archives et collections privées.

L’œuvre de Siamanto est un phénomène national, mais il a résumé le contenu universel, un immense effort de survie, un courage incroyable, un drame éternel de défaite et de victoire. Il a chanté "la trompette" avec la tragédie du peuple détruit, la haine de toutes les formes de violence. Pour exprimer sa colère infinie contre la violence, il a créé un nouveau mot, une nouvelle phrase, un nouveau mot poétique, résumant en lui la tempête débridé du temps.

Siamanto a donné un large éventail d'idéologies à la chanson des désastres nationaux, essayant de voir les carrefours de l'histoire de son peuple sous la lumière des idéaux universels.

Commençant son chemin littéraire par des œuvres telles que le recueil de vers ‘’Dioutsaznoren’’ ou le poème ‘’Houysi tchampan’’ ("Le chemin de l'espoir"), il est devenu "un chanteur de souffrance", prophétisant souvent la tragédie de son pays. Sa poésie était destinée à devenir un pionnier de la libération arménienne. La main du poète était très proche du pouls des gens où qu'ils soient."Il a chanté sa chanson et tous les Arméniens qui ont lu cette chanson ont senti l'âme du poète en eux. Ils ont senti qu'il était leur homme, leur beau-frère, leur affection’’, a écrit le contemporain de Siamanto, Garéguine Khazh, critique littéraire, son professeur, rédacteur en chef. Malheureusement, la poésie arménienne occidentale, qui avait connu une ascension sans précédent au début du XXe siècle, n’a eu qu’une vie de 12-13 ans. En 1915 le génocide arménien a fait taire la vie sociale et littéraire de Constantinople, le peuple a été décapité, à l'image du "soleil décapité".

Arévik Avétissian, collaboratrice du MIGA






Atom Jartchanian (1878-1915)


Panorama de la ville Aken


Panorama de la ville Aken


Les apprenties du collège Aken, 1889, Kharberd
Le 4e à droite du premier rang est Siamanto


Le collège Perperian où Siamanto a fait ses études


Réthéos Perpérian (1852-1907), fondateur du collège Perpérian


La famille de Siamanto, Constantinople, début des années 1900


Siamanto dans son bureau, 1910


Le stylo de Siamanto, exposé au musée de Littérature et d’Art


« Dioutsaznoren », 1902, Paris
Ce recueil de poèmes était un appel pour se libérer des anciennes mœurs puisés et pour s’armer, s’organiser politiquement


À la fête du « Grand jubilé national », club Aharonian du quartier Bechiktache de Constantinople, 1913


Dans le poème « Saint Mesrop » écrit en 1912 Siamanto rêvait avec optimisme à patrie libre


Siamanto avec ses amis, vers 1900


La mère et la sœur de Siamanto, Nazeni et Zapel Jartchanian


L’écharpe de la mère de Siamanto se trouve au musée de Littérature et d’Art


Exposition au musée de Génocide arménien, dédiée au intellectuels arméniens massacrés


Les trois cartes postales de Siamanto envoyées è sa sœur, de la prison d’Ayache


Les cartes postales de Siamanto envoyées à son frère de la prison d’Ayache


La lettre de Siamanto envoyée à son frère Vahan, de la prison d’Ayache, 14 juin, 1915


La dernière lettre de Siamanto adressée à sa mère lors de son exil, 27 juin, 1915


Médaille d’argent “Siamanto”
Collection de médailles “Intellectuels arméniens péris”, Banque centrale de RA, 2015




Sources: Hektor Rechtuni “Siamanto”
Imprimerie “Hayastan”, Erevan, 1970, Hrant Tamazian “Siamanto”, imprimerie “Nayiri”, Erevan,2003,
Archive de Siamanto du musée de Littérature et d’Art, zebsite “Houchamadian” website

Photos: collection du MIGA, PROJECT SAVE



© Musée –institut de Génocide arménien


Follow us



DONATE

DonateforAGMI
TO KEEP THE MEMORY OF THE ARMENIAN GENOCIDE ALIVE

Special Projects Implemented by the Armenian Genocide Museum-Institute Foundation

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2019

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2018 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am