Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Du lycée au révolutionnaire. Extraits de la vie de Baladjan, victime du génocide des Arméniens




Stépan Stépanian [1] (Baladjan) est presque inconnu d'un large éventail d'Arméniens. Son nom est mentionné dans certaines sources, mais très brièvement, alors que connaître son personnage plus en détail peut être intéressant.

Baladjan est né en 1872 à Erevan. Il a fréquenté le Séminaire théologique Guévorkian du Saint-Siège d'Etchmiadzine. C'était un homme politique, adhérent du parti Dachnak. Il a participé à l'expédition de Sargis Koukounyan, figure du mouvement de libération nationale arménien, puis a été exilé sur l'île de Sakhaline, d'où il s'évade au Japon, puis en Inde, en Egypte, à Batoumi, à Erevan, et enfin en Perse, où il a travaillé comme photographe. Il était le représentant de la Perse à la 4e Assemblée générale de l'ARF à Vienne [2].

Stépan Stépanyan, en tant que photographe, s'est rendu à Mossoul, Constantinople, Khlat, Van, a photographié les lieux qu'il a vus, s'installant à Erzurum, où en 1915 il a été pendu à l'âge de 43 ans, devenant une victime du génocide des Arméniens [3].

֍֍֍

Le séminariste Stépan Stépanian était connu sous le surnom de Tsérouni (vieil homme), dont les gens autour parlaient avec un éloge et un respect particuliers, ce qui a suscité un intérêt manifeste pour ce séminariste révolutionnaire. Selon Abraham Guioulkhandanian, personnalité publique et politique, historien, et son membre du parti, Mamikonian, médecin à l'hôpital des travailleurs du pétrole de Bakou, qui était médecin militaire dans la région de Kaghzvan pendant l'invasion de Sargis Koukounian, qui avait fourni un certain support aux prisonniers, y compris à Tsérouni, parlait de ce dernier, soulignant qu'il se comportait avec une dignité d'un révolutionnair

Un jour, en 1898-1899 le photographe Isahak Mélikian a informé Abraham Guioulkhandanian que Tsérouni, l’un des membres de S. Koukounian qui vivait à Bakou avec un faux passeport, s'était enfui de Sakhaline ; il faut l'aider à fuir en Perse, où il pourra vivre relativement en sécurité [4].

Guioulkhandanian se rendait compte qu'il ne pouvait résoudre ce problème que par des moyens privés. Il rencontre Tsérouni. Ce dernier avait acquis un appareil photographique pendant ce temps, et Guioulkhandanian lui a promis de trouver un emploi de photographe dans la classe ouvrière. Deux jours plus tard, ils se retrouvent. Guioulkhandanian se souvient qu'ils se sont rencontrés en tant que vieilles connaissances et proches, mais bientôt Tsérouni commence à montrer des signes d'anxiété. Il sortait dans la cour, regardait autour de lui, regardait les appartements voisins, posait diverses questions à Guioulkhandanian. Il demandait en particulier qui étaient les voisins, combien d'entrées avait la cour, qui parlait russe dans la cour, si le gardien de la cour était digne de confiance. Guioulkhandanian parvient à le calmer, tandis qu’il n’a pas pu le persuader de passer la nuit chez lui. Tsérouni n'a jamais passé toute la nuit au même endroit, surtout après l'incident où il a rencontré deux Turcs qui avaient fui les travaux forcés de la Sibérie, dont l'un s'est même approché de lui pour commencer un interrogatoire.

Il avait été condamné aux travaux forcés dans la lointaine Sakhaline, a rejoint l'expédition russe pour étudier Sakhaline en tant que photographe [5], et a eu deux évasions malheureuses de Sakhaline, au cours desquelles il a été si violemment battu par les gardes qu'il avait perdu l’ouïe d’une oreille. Ignorant tout cela, il avait tenté de s'échapper pour la troisième fois.

Préparant un radeau à partir de rondins coupés dans la forêt, lui et 9 amis "se jettent dans les vagues de la mer". La plupart de ses amis se noient en mer, et lui et deux amis, à moitié morts, rencontrent miraculeusement un navire japonais et s'échappent ainsi. Il atteignit ensuite l'Amérique via la Chine et l'Inde au moment de la guerre d'Espagne, et le bruit s’est répandu à San Francisco que les Espagnols étaient entrés dans la ville pour empoisonner 206 sources. Tsérouni allait obéir au jugement de Lynch en tant qu'Espagnol, mais a été libéré avec l'aide d'un Arménien de Kharberde.

En route de Constantinople, en tant que pèlerin de Jérusalem, il est emprisonné dans la prison de Trabzon, d'où, en tant que ressortissant de Perse, il est à peine libéré.

L'homme qui a passé des épreuves si cruelles s’est rendu finalement en Perse à l'aide de Guioulkhandanian, où ses amis le baptisent « Baladjan » parce qu'il aimait s’adresser aux gens en utilisant l’expression « bala djan » (mon cher petit). Au cours de la déportation à Erzurum, dont les détails n'ont pu être trouvés, Baladjan a été pendu [6].








Stépan Stépanian (Baladjan)





Comité central de Vrej (Tabriz) ; 1906 ; debout, de gauche : Tigran, Vahan Zakaryan, assis, de gauche : H. Ter Stépanian, Baladjan, Nikol Sargsian





Baladjan avec ses amis idéologiques, assis, de gauche à droite : Nejdeh, Eprem, Sébastatsi Mourad, Baladjan, Marzpet





Baladjan avec ses amis idéologiques, rangée du centre, premier à gauche, Baladjan

Elina Mirzoïan
Chercheuse au MIGA, Département de Mémoires, Presse et Etudes Documentaires


Notes

[1] Il convient de noter qu'il y a une confusion avec le vrai nom de Baladjan dans les sources (dans certains endroits Stépanian est mentionné, dans certains endroits Haroutiounian). Baladjan est mentionné dans les deux volumes Houshamadyan Album-Atlas de l'ARF sous le nom de Stépan Tséroun Haroutiounian (voir : Houshamadian de la Fédération révolutionnaire arménienne, Volume I – Lutte héroïque ; 1890-1914, publié par le Comité central de la FRA de l’Amérique de l’Ouest, Los Angeles, Californie, 1992 ; Lutte pour la survie (1914-1925), publié par le Comité central de la FRA de l'Amérique de l’Ouest, Los Angeles, Californie, 2001), en plus dans d'autres sources, voir Stépan Stépanian, y compris Baladjan, mais avec des notes biographiques clairement différentes voir :
https://hy.wikipedia.org/wiki/%D5%8D%D5%A1%D6%80%D5%A3%D5%AB%D5%BD_%D4%BF%D5%B8%D6%82%D5%AF%D5%B8%D6%82%D5%B6%D5%B5%D5%A1%D5%B6?fbclid=IwAR13EGFU_Oqm2HhxYP2kJQ_hpkxkpFzvsSEosd_I3iJWN_kpRVLfBPhTKSg, https://hy.wikipedia.org/wiki/%D5%8D%D5%BF%D5%A5%D6%83%D5%A1%D5%B6_%D5%8D%D5%BF%D5%A5%D6%83%D5%A1%D5%B6%D5%B5%D5%A1%D5%B6_(%D6%86%D5%AB%D5%A4%D5%A1%D5%B5%D5%AB:
Nous lisons un grand article dans le magazine "Hayrenik" de Boston, qui lui est dédié, où il est mentionné comme Stépan Stépanian, le même Baladjan, Tsérouni, dont les données biographiques sont les mêmes que la biographie de Baladjan mentionnée dans Houchamatian de la FRA, mais nous pensons qu'il est Stépan Stépanian, sur la base du matériel mentionné ci-dessus, car il a été écrit par l'un de ses amis proches et amis du parti mais nous n'excluons pas que dans la presse d'alors, il était d'usage dans certains cas de désigner une personne par des pseudonymes, des surnoms ou d'autres noms de famille en termes de protection, mais nous pensons que ce matériel abondant a été écrit à son sujet à une époque où il a déjà été tué, c'est-à-dire qu'il n'y avait pas de problème de peur ou de protection (magazine "Hayrenik", B. Année, n° 5, mars 1924, Boston, pp. 97-111).

[2] Houchamadian de la Fédération révolutionnaire arménienne, A. Volume - Bataille Héroïque 1890-1914, Maison d'édition du Comité central de la FRA de l’Ouest d’Amérique, Los Angeles, Californie, 1992, 261 pages, album-atlas Houchamadian de la Fédération révolutionnaire arménienne, B. volume - Survie (1914-1925), Comité central de la FRA de l’Ouest d’Amérique, Los Angeles, Californie, 2001, 235 pages, voir aussi le magazine "Hayrenik", b. Année, n° 5, mars 1924, Boston, pp. 97-111.

[3] Idem.

[4] Idem.

[5] Il existe une édition lourde et luxueuse intitulée "Sakhaline" en russe, dont toutes les photos sont l'œuvre de Tsérouni.

[6] Houchamadian de la Fédération révolutionnaire arménienne, A. Volume - Bataille Héroïque 1890-1914, Maison d'édition du Comité central de la FRA de l’Amérique de l’Ouest, Los Angeles, Californie, 1992, 261 pages, album-atlas de la Fédération révolutionnaire arménienne Houchamadian, b. volume - Survie (1914-1925), éd. Comité central de la FRA de l’Amérique de l’Ouest,Los Angeles, Californie, 2001, 235 pages, voir aussi la magazine "Hayrenik", B. Année 5, mars 1924, Boston.







Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am