Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

GRANDEUR EN SILENCE
Arménak Haïkazian ; Martyr du génocide des Arméniens




Il a agi sans bruit, a servi sa nation sans être loué.

Étudiant et collègue de Haïkazian



Le révérend théologien, pédagogue, scientifique, linguiste et musicien Arménak Haïkazian est né le 22 septembre 1870 à Hadjin. Il a fait ses études primaires dans sa ville natale ; en 1884 il a fait ses études au « Collège Kédronakan de Turquie » (Aïntap), puis au Séminaire théologique de Marache (1889-1892). En 1892 il part pour Tarson en tant qu'enseignant pour faire son service au collège « Saint Paul » fondé par le révérend Haroutioun S. Tchénanian (1858-1907). Il a poursuivi sa formation professionnelle à l'Université de Chicago, où il a maîtrisé la clé pour déchiffrer les manuscrits assyriens dans le cadre du cours d’« Archéologie ».

En 1892 Haïkazian a obtenu une bourse à l'Université Harvard, mais a été contraint de la refuser et est ensuite entré au Séminaire théologique de Hartford (Konektikoute) pour étudier les langues du Proche-Orient. En 1896 il est entré à l'Université de Yale où il a étudié la philosophie pendant deux ans, obtenant un doctorat en philosophie (il a été le premier Arménien à mériter cet honneur). En 1898 Haïkazian se rend au Canada pour étudier la musique à l'Université de Toronto pendant six mois.

Le 8 avril 1899, le Dr Arménak Haïkazian a accepté l'invitation de Tchénanian à assumer le poste d'inspecteur pédagogique de l'Institut apostolique d'Asie Mineure (Collège Tchénanian). La principale langue d'étude au Collège Tchénanian était l'anglais. Haïkazian, avec son caractère calme, son travail persistant et orienté vers un but précis, ainsi que son personnel de professeurs, élève le niveau d'éducation du Collège Tchénanian de Konya à un niveau enviable, à tel point que "des étudiants de toute la Turquie, même d'Égypte et de Bulgarie, affluent au collège pour étudier sous la direction du prof Haïkazian. Tchénanian [College] est si avancé que ses diplômés sont admis à l'Université Columbia à New York sans examen. "

L'une des initiatives considérables du professeur Haïkazian a été la création du mensuel « Iconion » du Collège Tchénanian. Sur la page éditoriale du premier numéro paru en janvier 1912, on lit : "Nous n'avons aucun espoir de publier un miracle littéraire avec la publication d'Iconion, et nous ne prétendons non plus à susciter les attentes du public avec de grandes promesses. Iconion tentera d'être le journal arménien d'un collège arménien, incarnant la vie et les vues morales, scientifiques et littéraires d'une institution arménienne. "

Pendant les années du génocide des Arméniens, la population arménienne de Konya a aussi été déportée. Avant l'arrivée au pouvoir des kémalistes, Haïkazian a déménagé sa famille d'abord à Constantinople, puis aux États-Unis, et il est resté à Konya. "… comment les nouveaux espoirs et les désirs germant de rétablissement pourraient-ils être affaiblis ? Comment pourrait-on penser à la paix et à la sécurité personnelles ? "

Heureusement, Haïkazian, fidèle à sa mission, rouvre les portes du Collège Tchénanian. Environ 300 étudiants poursuivent leurs études, mais les autorités kémalistes à leur tour déportent la population arménienne de Konya. À propos de l'emprisonnement d'Arménak Haïkazian dans les mémoires "Le massacre d’Adana et les mémoires de Konya " de Hambardzoum Achtchian, on lit : "… Le 22 mai 1921, la police et les espions ont également perquisitionné la maison de Dr Haïkazian et n'ont trouvé que quatre lettres. Lundi de 30 mai, une foule nombreuse s'est dirigée vers la gare. Les professeurs du Collège de Konya et de l'Orphelinat du Comité américain de secours étaient dans cette foule. Dr. Haïkazian, le pharmacien Kharalampos, un géomètre grec et un bandit turc, en tant que condamnés, enchaînés, étaient associés à cette foule..."

Arménak Haïkazian a été arrêté le 6 juin 1921. Achtchian écrit sur la route de déportation de Konya à Harpput : " … Dr. Haïkazian arrive à Harpout dans un état malade. Les médecins turcs créent un obstacle, disant qu'il n'est pas malade, qu'il n'a rien. Quelques jours plus tard, le 7 juillet, le Dr. Arménak Haïkazian y décède." Arménak Haïkazian, l'une des victimes du génocide des Arméniens, tout en assurant sa place unique dans l'histoire de la littérature arménienne, a dédié son nom à l'un des établissements d’enseignement les plus importants de la diaspora, l'Université Haïkazian de Beyrouth.



Tehminé Martoïan
Chercheuse principale de l'Organisation des expositions du musée




Bibliographie
1. Երուանդ Հ. Քասունի, «Փրոֆ. Արմենակ Յ. Հայկազեան (1870-1921թթ.)», Ջանասեր (Բեյրութ), մարտ, 2005:
2. Վեր. Համբարձում Յ. Աշճեան, Ատանայի եղեռնը եւ Գոնիայէ Յուշեր (պատմութեան համար), (Նիւ Եորք, Կոչնակ, 1950):







Arménak Haïkazian avec sa femme, Mathilde Karapétian






Collège Tchénanian





Certificat de docteur en philosophie










Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am