Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Mémoire et mouvements sociaux. Participation à une conférence internationale.




Sourèn Manoukian, chef du Département d'études comparatives sur les génocides au Musée-Institut de génocide des Arméniens, a participé à la conférence internationale “Memory Studies meets Social Movement Studies– how collective/collected memories have shaped social movements in past and present” (« Les études des mémoires croisent les études des mouvements sociaux – comment les mémoires collectives / collectées ont façonné les mouvements sociaux dans le passé et le présent » ) organisée par l'Institut des mouvements sociaux de l'Université de Ruhr de Bochum.

La conférence, qui devait avoir lieu à Bochum en juin 2020, a été reportée en raison de l'épidémie de Covid-19. Et cette année, compte tenu de la situation épidémique en Allemagne, il a été décidé de la maintenir en ligne les 18-19 juillet 2021. La conférence était une tentative pour discuter des possibilités de recherche interdisciplinaire dans ces deux domaines scientifiques, pour clarifier le lien entre la mémoire collective et les mouvements sociaux. Ces deux domaines de recherche commencent tout juste à explorer les interrelations possibles entre eux. De tels exemples sont le livre de Dennis Boss sur la mémoire de la Commune de Paris de 1871, celui de Donatella Porta et des co-auteurs sur la mémoire des mouvements et l'héritage, le livre de Stefan Berger et Sean Scalmer sur la mémoire et des mouvements sociaux, ainsi que le projet d’Anne Rigney sur les mémoires des mouvements sociaux. Ce sont des projets réussis qui soulignent le lien entre les deux domaines.

Les études sur la mémoire se sont jusqu'à présent concentrées en particulier sur la mémoire traumatique, qui est souvent incorporée dans les histoires et les mémoires nationales et concerne l’histoire de la mémoire des guerres et des génocides. Cependant, ces dernières années, il y a eu un changement dans l'étude de la mémoire des mouvements sociaux, et le but de cette conférence était de discuter de la façon dont les mouvements sociaux construisent et créent des mémoires de leurs propres activités, comment certaines images de la mémoire ont influencé les mouvements sociaux, et comment ces mouvements utilisent la mémoire en tant qu’une ressource culturelle pour promouvoir, par la suite, leurs propres objectifs et aspirations.

Les comptes rendus de la conférence ont été divisés en sessions suivantes : Mémoire des mouvements écologiques, Mémoire des mouvements urbains et ruraux, Mémoire des grèves et des révolutions, Mémoire des mouvements de femmes, Mémoire des mouvements de paix et Mémoire des mouvements nationaux. Dans la dernière section, Sourèn Manoukian a présenté un rapport sur « La mémoire du génocide des Arméniens dans le mouvement dissident de l'Arménie soviétique ». Il a analysé l'interdiction officielle de la mémoire du génocide des Arméniens pendant les années soviétiques et les discours des 24 avril de 1965 et 1966 contre cela, l'histoire de la décision de créer le Mémorial du génocide des Arméniens, le rôle du Mémorial du génocide des Arméniens pour le mouvement dissident soviétique arménien.

Ce n'est pas par hasard qu'en 1966 un groupe de patriotes libérés après leur arrestation pour leurs discours du 24 avril a initié la formation clandestine du Parti national uni. De plus, le thème du génocide des Arméniens était une partie constante des discussions, des publications (tracts, journaux autoédités) et des actions de ce parti et des organisations qui se sont émergées par la suite. C'est à Tsitsernakaberd que les organisations clandestines ont organisé des cérémonies d'assermentation des nouveaux membres, et le 24 avril les actions les plus scandaleuses et les plus marquantes ont été menées (émission de radio illégale à Tsitsernakaberd, distribution de tracts, distribution de messages à Erevan). Même après l’incarcération, la journée a conservé son rôle central pour les membres du mouvement dissident. Par exemple, les exilés arméniens entamaient une grève de la faim dans les camps chaque 24 avril.

Le sujet a suscité un grand intérêt. Il a été mentionné qu'il est complètement nouveau pour les cercles scientifiques européens inconnus, il a été suggéré de préparer un article basé sur le rapport, de le publier dans le prochain recueil.








Le premier tract intitulé "Paros" ("Phare"), distribué par le PNU (Parti national uni) à l'occasion du génocide des Arméniens le 24 avril 1967





Le journal "Paros " de 19 octobre 1967





Le livre de Dennis Bos sur la Mémoire de la commune de Paris de 1871





Le livre de Donatella Porta et des co-auteurs sur la mémoire des mouvements et l'héritage





Le livre de Stefan Berger et Sean Scalmer sur la mémoire et des mouvements sociaux







Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am