Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Les mémoires de Serpouhi Hovaghian, qui a miraculeusement survécu au génocide des Arméniens, ont été publiés en France




En avril de l’année en cours, la Bibliothèque nationale de France a publié en anglais et français le journal-mémoire de Serpouhi Hovaghian, rescapée au génocide des Arméniens, "La Terre seule peut nous aider" (en anglais : "The Earth Alone Can Help Us"), édité par Raymond Guévorkian et Maximilian Girard. La présentation du livre a eu lieu le 11 mai à la Bibliothèque nationale de France, au cours de laquelle Raymond Guévorkian, Maximilian Girard et Annie Roman et la petite-fille de Serbouhi, ont prononcé des discours d'introduction.

Les mémoires de Serpouhi Hovaghian sont uniques en ce qu'elles ont été écrites à l'époque du génocide perpétré par l'Empire ottoman contre les Arméniens. Les témoignages oculaires décrivent les événements des années 1915-1918. Elle est l'une des rares Arméniennes à avoir réussi à s'échapper en assistant à l'un des épisodes les plus horribles du génocide des Arméniens, le massacre des gorges de Kemakh. Le journal commence en arménien, continue en français. Il y a aussi des extraits en grec. Le livre contient des photocopies du journal et des documents et photos de la famille.

L'auteur, Serpouhi, est née en 1893 à Trabzon. Son père, Hakob, a travaillé dans une entreprise de construction de chemins de fer qui a bâti un chemin de fer de Constantinople à Bagdad et à la Palestine. C'est pourquoi la famille Hovakian a principalement vécu en Palestine et à Bagdad jusqu'en 1906, date de la mort de Hakob Hovakian. C'est au cours de ces années que Serbouhi a appris un français brillant. Après la mort de son père, Serbouhi est retournée à Trabzon avec sa mère, Ani Khatchatourian, son frère, Gourguèn, et ses deux sœurs, Vaskanouche et Vardanouche.

En 1909 Serpouhi a épousé Garnik Kapamadjian, un vendeur de tabac de Trabzon. Il était souvent en Europe pour le travail. Serbouhi est restée avec sa famille à Trabzon jusqu'au néfaste 1915.

En juin 1915, lorsque la déportation des Arméniens de Trabzon a commencé, Serbouhi et sa famille ont émigré à Erznka. Le mari de Serpouhi est rapidement revenu d'Europe à Trabzon, mais a été arrêté et tué quelques jours plus tard.

Surmontant de nombreuses difficultés, Serpouhi âgée de 22 ans s'est enfuie de la garde accompagnant les déportés, qui avaient déjà atteint les rives de la mer Noire, Kirason. Avant cela, elle a dû se séparer de son fils de quatre ans, Jiraïr. Sur le chemin de l'exil, elle a perdu sa fille, Aïda, qu'elle n'a jamais pu retrouver. Puis, changeant constamment d'établissements, elle a mené une vie clandestine à Trabzon, Kirason, tenant toujours un journal dans lequel elle a noté son expérience et ses témoignages.

Voici ce que Serpouhi a écrit sur le chemin d’Erznka. "Nous marchions 6 heures par jour, affamés, sans but. Parcourez un chemin et marchez jusqu'à la fin de votre vie, un tourment indescriptible…. L'Euphrate coulait toujours à travers nos vallées, et nous attendions chaque seconde qu'on nous y jette. Deux chars de petits garçons étaient jetés dans la rivière. Oh, comme cette scène était horrible, j'ai toujours cette scène devant mes yeux, et je l’aurai toute ma vie. Quand j'ai vu les corps de ces garçons dans l'eau et que les membres bougeaient toujours, j'ai été encore plus ému quand j'ai vu les monstres regarder avec un ricanement. Oh, mon Dieu, je te supplie de te venger de ces pauvres. "

Après le cessez-le-feu de Moudros, Serpouhi a commencé à chercher activement son fils. Son oncle vivant en Russie l’a aidée. Il a été informé que le Comité américain de secours pour le Proche-Orient avait recruté de nombreux orphelins arméniens et grecs de Trabzon, qui avaient atteint la Géorgie avec les troupes russes. Tenant dans sa main la photo de mariage de Serpouhi envoyée par elle-même, il visitait les orphelinats, essayant de trouver son cousin. En voyant la photo, le petit Jiraïr a reconnu ses parents à l'orphelinat de Batoumi. Des années plus tard, une mère et son fils qui ont miraculeusement survécu se sont rencontrés.

En 1921, à Constantinople, le Haut-Commissariat français a délivré à Serpouhi un passeport pour s'installer en France avec son fils, où elle a continué sa vie.

En 2018 le Centre National des Mémoires Arméniens à Lyon, en France, a organisé une exposition intitulée "L’odyssée de Serpouhi Hovaghian".

En 2019 les mémoires de Serpouhi Hovaghian intitulés "Ma grand-mère d’Arménie" préparés pour la publication par sa petite-fille Annie Roman ont vu le jour à Erevan.

Le Musée-Institut de génocide des Arméniens tient à remercier la Bibliothèque Nationale de France pour cette publication inestimable, soulignant le rôle des mémoires dans l'étude et la diffusion du génocide des Arméniens. Rappelons que le MIGA a initié la création d'une série de mémoires inédits de survivants du génocide des Arméniens conservés dans ses archives, dans le cadre de laquelle les quatre premières livraisons ont été publiées l'année dernière. On envisage de publier plusieurs mémoires cette année.








La famille Hovaghian ; Ani et Hakob Hovaghian assis au centre, leur fille cadette Vardanouche assise au milieu, leurs autres enfants Vaskanouche, Gourguèn et Serpouhi debout à gauche





Serpouhi Hovaghian avec son fils Jiraïr





Passeport délivré à Serpouhi Hovaghian par le Haut-Commissariat de France à Constantinople, 28 janvier 1921.










Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am