Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Le génocide et sa prévention à l'ère numérique ; Les défis du 21ème siècle
Les chercheurs du MIGA ont participé à la XVe conférence de l'Association internationale des chercheurs sur le génocide




Le sommet ordinaire de l'Association internationale des chercheurs du génocide a eu lieu du 19 au 23 juillet. Il se tient tous les deux ans, permettant à des centaines de scientifiques de rejoindre l'organisation pour présenter leurs recherches et leurs réalisations scientifiques. De telles conférences offrent également l'occasion de comprendre les principales tendances dans le développement des études sur le génocide. En 2015 la XIIe Conférence de l'Association internationale des chercheurs du génocide a été organisée par le Musée-Institut de génocide des Arméniens.

Cette année, elle devait se tenir dans la ville espagnole de Barcelone, mais en raison de l'épidémie, elle a été déplacée vers une plate-forme en ligne, qui contenait un conseil spécial, car la conférence avait pour titre "Le génocide et sa prévention à l'ère numérique. Les défis du 21ème siècle"

Cette année, deux chercheurs du Musée-Institut de génocide des Arméniens ont participé à la conférence, présentant l’Arménie.

Le chercheur du département Vahagn Daderian des études comparatives du génocide du MIGA, Ph.D. Narek Poghossian a fait un rapport sur "Le développement de l'intelligence artificielle, les risques de génocide et de massacres de masse". Selon Poghossian, le développement rapide des technologies, en particulier l'utilisation de l'intelligence artificielle, a suscité de vives inquiétudes parmi les experts ces dernières années. La capacité des machines à penser et à prendre des décisions par elles-mêmes, avec ses côtés positifs, présente de nombreux dangers pour l'humanité. Le développement de l'intelligence artificielle et les armes autonomes peuvent être utilisées pour cibler certains groupes nationaux, religieux, raciaux, ce qui augmente le risque de génocide ou de massacres de masse.

Le chef du département des études comparatives de génocides du MIGA, Ph.D. Sourèn Manoukian a participé aux travaux du lambris "Le génocide des Arméniens et au-delà" et a présenté le rapport "L’étude du génocide des Arméniens à l'ère numérique".

Les sources du génocide des Arméniens ont longtemps été très problématiques pour de nombreux chercheurs. Pendant les années de guerre, il y avait une censure militaire dans l'Empire ottoman et toute information sur les massacres d'Arméniens était interdite. Les ordres et les décisions du gouvernement Jeune-Turc n'étaient pas documentés, et même s'ils étaient écrits, ils ont été détruits. Afin d'assurer le caractère secret du crime, l'entrée des étrangers dans le pays a été limitée. Cependant, quelques preuves ont été conservées dans les archives de divers pays : Turquie, Allemagne, Russie, Grande-Bretagne et France. Un certain nombre de documents ont été recueillis dans le cadre du procès des Jeunes Turcs à Constantinople. Il existe de nombreux mémoires des survivants du génocide des Arméniens, les documents conservés dans la presse arménienne de cette époque, qui, cependant, ont été ignorés par les chercheurs pendant de nombreuses années.

Même les sources fragmentaires conservées sont dispersées dans les pays différents, et pour les étudier il a fallu faire le tour du monde sans garantie qu'elles seraient à la disposition du chercheur.

L'ère numérique a radicalement changé la situation. Différentes communautés, archives, individus à travers le monde ont commencé à numériser leur contenu - lettres, mémoires, photos - quelques interviews vidéo avec des survivants. Le réseau de archives numériques sur Internet permet aux scientifiques d'accéder à des matériaux et des documents rares et uniques. Manoukian a présenté quelques-unes des nombreuses bases de données disponibles dans différentes parties du monde et qui attendent leur chercheur.

En général, le thème du génocide des Arméniens était beaucoup présenté lors de la conférence.

Une discussion intéressante a eu lieu lors du lambris "Engagements transmédias dans le génocide des Arméniens et son héritage" (Transmedia Engagements with the Armenian Genocide and its Legacies), au cours duquel ont intervenu le conférencier de l'Université Colgate Peter Balakian avec son discours intitulé "L'effacement de l'histoire : génocide culturel, témoignage numérique et droit international : le cimetière arménien de Djoulfa, Nakhitchevan" (Erasing History: Cultural Genocide, Digital Witnessing, and International Law: The Armenian Cemetery in Djulfa, Nakhichevan), Armen Marsoubian avec un rapport intitulé : "La force des archives personnelles dans le témoignage, l'enseignement et la narration visuelle ; un projet de mémoire arménienne" (The Power of Personal Archives in Witnessing, Teaching, and Visual Storytelling: The Armenian Memory Project) et le professeur de l’Université de Manitoba, Adam Muller "Restauration les Khatchkars de Djoulfa : le défi de la négation du génocide en Azerbaïdjan" (Recovering the Khachkars of Djulfa: Challenging Genocide Denial in Azerbaijan).

Au cours de cette séance, divers aspects de la transmission, de la transformation et de la restauration de la mémoire et de l'essence du génocide des Arméniens ont été abordés par divers médias, notamment la présentation à travers de lieux de mémoire, des applications virtuelles de monuments, des photos et des podcasts. Adam Muller, par exemple, a évoqué la nécessité d'une restauration numérique en 3D des khatchkars de Djoulfa, ce qui contribuera à préserver la mémoire et à lutter contre le génocide culturel perpétré par l'Azerbaïdjan et le déni.

Dans le cadre de la conférence, le député du parlement turc Karo Païlan a prononcé un discours spécial, qui a principalement porté sur la restauration de la justice historique liée à la réalité du génocide des Arméniens et aux questions de démocratisation de la Turquie.

Le lambris "Cacher les informations sur le génocide et les atrocités" était assez intéressant, au cours duquel les représentants de DataPoint Armenia, Manana Hakobian, Talin Mardirossian, Sofi Sargsian et Armèn Hovhannissian, ont suggéré d'utiliser les réalisations de la banque de données pour analyser et prévenir les génocides. Ils ont présenté la rhétorique génocidaire de l'Azerbaïdjan lors de la dernière guerre en Artsakh, et ont ajouté qu'en utilisant les outils analytiques numériques, il est possible d'identifier le discours de haine diffusé sur les réseaux sociaux, de comprendre les intentions destructrices et comment utiliser ce modèle pour la prévention.

La prochaine conférence de l'Association internationale des chercheurs des études de génocide of est prévue pour 2023.

Les sujets du génocide des Arméniens et de l'Artsakh ont été abordés dans les rapports suivants de la conférence :

Deborah Meyersen, maître de conférences à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud, Australie, « La résistance des Arméniens aux massacres hamidiés » (Armenian Resistance to the Hamidian Massacres),
Israel Charney, fondateur-président de l'Institut de l'Holocauste de Jérusalem, « Dire la vérité sur la façon dont Israël se rapporte aux génocides des autres peuples », (Telling the Truth about how Israel Relates to the Genocides of other Peoples),
Conférencier à l'Université de Melbourne, Themistocles Criticacos, « Mémoire, traumatisme et coopération : une analyse des efforts de reconnaissance du génocide parmi les Arméniens, les Grecs et les Assyriens en Australie » (Memory, Trauma and Cooperation: An analysis of genocide recognition efforts among Armenians, Greeks and Assyrians in Australia),
Imge Oranli, conférencier de l’Université d’État d’Arizona « Régime d'injustice épistémologique : les trois piliers du déni du génocide en Turquie » (A Regime of Epistemic Injustice: Turkey’s Three Pillars of Genocide Denialism),
Melanie Altanian, maître de conférences du collège universitaire de Dublin, « Négation du génocide, fausse mémoire collective, pression herméneutique » (Genocide Denialism, Collective Misremembrance and Hermeneutical Oppression),
Armèn Marsoubian, professeur à l'Université du sud du Connecticut, « Le déni du génocide et ses conséquences pour les victimes et les criminels (Genocide Denial and Its Consequences for Victims and Perpetrators),
Sarah Afaf Samuel de l'Université Carlton, Canada, « Falsification des faits. L'exemple de FactCheckArmenia.com " ( Faking facts : example of FactCheckArmenia.com),
Asya Darbinian de l'Université Clark, « Les enfants peuvent-ils parler ? Nouveaux points de vue sur la déportation forcée et la survie pendant le génocide des Arméniens » (Can Children Speak? New Perspectives on Forced Displacement and Survival during the Armenian Genocide),
Lori Pirindjian de l'Université de Californie, Los Angeles, « Compensation de la décolonisation. Affaire du génocide des Arméniens » (Decolonial Reparations: A Case for the Armenian Genocide),
Sehnaz Gouvèn de l’organisation Genocide Watch, « La guerre à l'ère numérique. Le langage des médias sociaux peut-il proliférer et abriter une intention génocidaire ? Une étude de cas sur l’invasion du Haut-Karabakh / Artsakh 2020 Étude de cas sur l'invasion » (War in a Digital Age: Can Social Media Language Proliferate and Harbor Genocidal Intent? A Case Study of the Invasion of Nagorno Karabakh/Artsakh in 2020),
Roubina Piroumian, Université de Californie, Los Angeles, « Mémoires de survivants : une source polyvalente, un domaine de recherche moins utilisé dans les études de génocides » (Survivor Memoirs - A Multi-faceted Source, A Less-employed Field of Inquiry for Genocide Studies),
Sévané Gharibian, chercheuse aux universités de Genève et de Neuchâtel, « Droit à la vérité, vérité(s) à travers les droits ; Impunité pour les crimes de masse et justice transitionnel » (Right to Truth, Truth(s) through Rights: Mass Crimes Impunity and Transitional Justice).





































Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am