Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Délégations
Plan du site
Remarques
Contacts
Liens
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Notre mission
Le mot du directeur
Articles de presse
Journal éléctronique
Interviews
Actualités
Conférences
L’année du livre  
Bourse d’études Lemkin  
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Photos du complexe
Journée de commémoration
Amis de la Fondation MIGA
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
National Academy of Sciences of Armenia
Public Radio of Armenia
Armenian News Agency
ARMEDIA  Information, Analytical Agency
Inhomage
armin
armin
armin
armin
armin
1000000lives




Actualités

UN DON EXCEPTIONNEL AU MIGA


18.10.2017


Ervand Kanimian, Arménien de l’Egypte, a remis le manteau de son père au MIGA. Son père, Eflaton Kanimian, porta ce manteau pendant l’exode, de Marach en Egypte. Eflaton Kanimian fut le septième fils de la grande famille de Hovhannès Kanimian et Mariam Tchaleyan. Il est né à Marach le 19 août 1900.

Au début 1920, quand les troupes françaises quittèrent Marach, Eflaton Kanimian leur rejoignit en secret et quitta la ville natale. Pour affronter le froid, la mère d’Eflaton lui a cousu un manteau des karpets (tapis) de leurs maisons. Après la retraites des troupes françaises, les kémalistes entrèrent Marache et commencèrent à massacrer les Arméniens. La population organisa des autodéfenses et résistèrent près de 20 jours. Le jeune Eflaton s’enfouit. Après arriver en Egypte, Eflaton Kanimian épousa Azniv Orjanian. Ils eurent cinq enfants. Eflaton Kanimian est mort 1985.

Marach (Germaniké) se trouve en Cilicie montagneuse, au nord, à 60 km d’Adana, sur les pentes du Taurus, sur la vallée orientale de la rivière Seyhan, actuellement en Turquie. Le nom Marach est connu depuis du Moyen Age. C’était une ville de Cilicie peuplée de beaucoup d’Arméniens. Lors de la croisade (du XI au XIII siècles) Les Arméniens étaient la majorité de la population à Marach et à l’alentour. Au XVI siècle, Marach rejoignit à l’Empire ottoman. Marach actuel fut fondé au XVII siècle. Avant le génocide, Marach avait 40 000 d’habitants arméniens qui étaient engagés en générale dans le commerce, l’artisanat, l’agriculture.

Les discriminations et les persécutions des Arméniens de l’Arménie occidentale et de Marach perpétrées par le gouvernement turc sont devenues plus intensives surtout depuis la seconde moitié du 19ème siècle. Le 5 novembre 1895 (17 selon le nouveau calendrier), les massacres organisés par le gouvernement turc, connu en tant que « Grands massacres » chez les Arméniens de Marach, tira la vie de près de 1000 personnes.

La déportation des Arméniens de Marach commença le 25 juillet 1915 (7 août) en générale vers la Syrie. Leur plupart est mort sur la route lors des massacres. Après l’armistice de Moudros de 1918, lorsque les Turcs sortirent de la Cilicie, près de 25 000 Arméniens de Marach, restés vivants miraculeusement, se rapatrièrent. En profitant des conflits entre les alliées, en Orient de l’Empire ottoman le mouvement kémaliste commença à persécuter les Arméniens en essayant de prévenir leur rapatriement.

Le 21 janvier 1920, les troupes kémalistes saisirent la garnison française dans la ville avec une attaque soudaine. En 1920, les kémalistes tombèrent d’accord avec les Français qui sortirent leurs troupes de la Cilicie. La position incertaine du commandement français obligea la population arménienne à se défendre dans des conditions très inégales. Les petites forces ne pouvaient plus résister aux Turcs et étaient obligé de capituler.

La résistance de 20 jours fut la preuve de la détermination du peuple arménien.

Les Arméniens sauvés de Marach trouvèrent asile en Syrie, au Liban, au Chypre, en Europe, au Palestine, en Egypte, en Amérique du sud, aux États-Unis.

En 1924, les Arméniens d’origine de Marach fondèrent l’Union compatriotique de Marach pour aider matériellement et moralement leurs compatriotes.

Le bourg à l’est d’Erevan peuplé d’Arméniens de Marach, reçut le nom Nor Marach à l’honneur de ville natale.








Ervand Kanimian offre le manteau de son père


Ervand Kanimian au musée du génocide des Arméniens


Le mariage d’Eflaton Kanimian et Azniv Orjanian en Egypte


Le collège de fille de Marach, les élèves et les professeurs, 1893


Les promus et les professeurs du séminaire théologique de Marach, 1914


Le panorama de Marach


Les troupes françaises quittent Marach





Follow us



Musée virtuel

Conférence Internationale

genocide
L'analyse comparative des génocides du 20ème siècle
Douzième conférence de l'Association
internationale des spécialistes du génocide
8-12 Juillet 2015, Erevan

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2018

PROJET SPÉCIAL

100photo
CENT HISTOIRES DE PHOTO SUR LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS


EXPOSITIONS TEMPORAIRES

brand book
Expositions temporaires dédiées au Génocide arménien

Au cours de toute l’année de 2015, dans le cadre des événements dédiés au 100ème anniversaire du Génocide arménien, le MIGA prévoit d'organiser simultanément dans différents pays près de vingt expositions variées et multilingues, d’une nouveauté scientifique, ainsi que avec les technologies et les designs modernes.

Mémoire

remember
Grigor Mjrguyan, figure politique, commerçant. Il est né en 1863. Les Turcs l’appelaient Yaver Effendi. Il fut le président de l’Union Générale arménienne de bienfaisance. Il fut tué en 1918. Il fut une victime du Génocide des Arméniens.

RA, Armenie Erevan 0028
Complexe Commemoratif de Tsitsernakaberd
Tel.: (374 10) 39 09 81
Fax: (374 10) 39 10 41
    2007-2016 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am