Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

ARAM MANOUKIAN 140

Cette année marque le 140ème anniversaire d'Aram Manoukian et le 100ème anniversaire de sa mort. Du matériel, des publications, des articles sur sa vie et ses activités seront régulièrement publiés sur le site du Musée-institut de Génocide des Arméniens.


140 ans avant, le 19 mars 1879 est né (à Zeïva, aujourd’hui le village David Beck ou bien Chouchi d’Artsakh d’après les donnés de l’historien Armèn Asserian) Aram Manoukian, figure nationale et d’État, le fondateur de la Première république d’Arménie.

L’activité d'Aram Manoukian pendant les années du génocide arménien est inestimable, notamment dans l'organisation de l'autodéfense de Van ; au printemps de 1915, les partis politiques arméniens locaux, à la tête d’Aram Manoukian, tenant compte de la situation périlleuse, ont convoqué une réunion et ont décidé de passer à l’autodéfense sauvant leurs compatriotes de l’extermination inévitable. Les membres du corps d'autodéfense de Van étaient Aram Manoukian, Arménak Ekaryan, Gabriel Semirdjian, Kaïtsak Arakel, Bulgaratsi Krikor (Kiozian), Hrant Galikian et Panos Terlémézian.

L'autodéfense de Van a été couronnée de victoire, les Turcs se sont enfuis, Van a été libéré, Aram Manoukian a été nommé gouverneur de Van. Plus tard, après la chute de Van, Aram Manoukian a organisé la migration de milliers d'Arméniens locaux en Arménie orientale.

Depuis son départ forcé de Van, Aram Manoukian, s’est établi à Tiflis jusqu’en décembre 1917 et a activement participé à la vie nationale et politique dans le Caucase. Les frontières géographiques de son activité étaient larges: Tiflis, Bakou, Erevan, Petrograd. Après 1915, l'activité d'Aram Manoukian était principalement liée au destin des Arméniens occidentaux.

Garantir l'existence de centaines de milliers de réfugiés arméniens occidentaux en Arménie orientale et dans d'autres régions de la Russie était un problème urgent : abri, nourriture, soins médicaux, vêtements et autres problèmes urgents vitaux.

L'appel d'Aram Manoukian au peuple arménien :

«Chaque jour, des dizaines d’appels sont lancés aux quatre coins de notre pays pour sauver des milliers d’orphelins vagabondant sur les routes, sous les murs et dans les rues du danger imminent.

Leurs squelettes épuisées et faibles errent sur les trottoirs d'Erevan, dans les plaines d'Etchmiadzine, dans les villages de Gleghboulagh, de Nor Baïazet et de Dilijan.

Privés de parents et de voisins compatissants, ces victimes innocentes de notre réalité saignante, affamées pendant des jours, épuisées, expirent et trouvent dans les bras de la mort le réconfort qu’elles imploraient auprès les plus rassasiés et les plus chanceux, en tendant leurs mains pâles.

Le nombre de ces personnes défavorisées s’élève à dizaines de milliers, qui sont orphelins, nus, errants, et la sollicitude et l’attention envers eux devrait être le plus important problème épineux dans nos affaires publiques. Jusqu'à présent, 4 000 orphelins sont accueillis dans des orphelinats à Erevan, Etchmiadzine, Achtarak, Daratchitchak, Nor Bayazet et Dilijan. Le gouvernement a décidé de porter ce nombre à 10 000, avec un budget annuel de 23 000 000 de roubles requis pour leur protection. Et c'est à peu près 1/5 du besoin réel. Bien entendu, seulement avec les sources étatiques et dans les conditions actuelles limitées économiquement et financièrement du pays, nous ne pouvons pas exiger davantage auprès de notre jeune gouvernement qui est confronté à de nombreux problèmes et besoins en plus du problème de la migration, à moins que la société ne sorte du rôle cruel du spectateur indifférent.

Le bonheur des gens est conditionné par l’instinct de l’aide à soi-même et l’aptitude au travail créatif. Ces propriétés davantage doivent être révélées par notre peuple, qui sous les coups féroces du destin, isolés de tout le monde, est livré aujourd’hui à sa fortune, à sa volonté et à ses forces. Soigner et éduquer une génération entière de 50 000 orphelins aujourd’hui est l’un des meilleurs actes d’autosuffisance pour nous, ce que nous devons faire en mobilisant nos forces entières et en mettant en vie toute la vigueur de nos âmes.

La grande partie de notre jeune génération se flétrit, l'avenir de notre patrie meurt, pour laquelle les meilleurs membres de la tribu ont lutté, ont souffert et sont morts.

La pauvreté est grande, les ressources sont insuffisantes, le temps est court. J'appelle tous ceux sous la gorge desquels n’est pas encore mort l’humanisme, qui n'ont pas perdu l'instinct de la tribu et qui réalisent les propres intérêts de leurs enfants.

Aidez votre gouvernement, sauvez l'espoir de notre patrie de l'effondrement de demain, tendez vos mains et prenez soin des orphelins faibles qui se trouvent sur les trottoirs et sur les routes et dont les regards affamés implorent les miettes de vos tables.

Ne laissez pas, pour l’amour de vos enfants, que cette grande masse d’enfants sans secours soit pervertie devant vos yeux.

Adoptez-les.

Libérez-les de la poison des rues, et que chaque famille qui est plus riche et plus chanceuse considère son devoir sacré d'accueillir au moins un de ces pauvres orphelins chez soi, de donner du pain à côté de ses enfants, de lui donner un souffle.

Que le cœur froidi de notre société s’échauffe de nouveau, que la conscience de toute personne et le sentiment du devoir s’éveillent, et que nous sauvions le pauvre orphelin qui demande du pain, cherche une refuge et rêve notre caresse, en établissant des orphelinats par des efforts mutuels, en adoptant des orphelins, en leur donnant une literie, des vêtements et de la nourriture L’hiver approche avec une horreur pour les misérables.

Sauvez-les. "


ARAM MANOUKIAN:

1918, octobre 7, Erevan

Aram Manoukian a pris une part active aux développements politiques dans le Caucase de 1915 à 1917, méritant la confiance des autorités arméniennes orientales ainsi que le respect du peuple arménien. En 1917 comme représentant plénipotentiaire du Conseil national arménien il est arrivé à Erevan. Ayant pris connaissance sur place de la situation grave, il a pris des mesures nettes pour la stabiliser. Il a dirigé le comité spécial nouvellement créé, qui lui avait octroyé de larges pouvoirs, et en mars 1918 il a été élu dictateur à l'assemblée des représentants de différentes couches d’Erevan.

Aram Manoukian grâce au travail conséquent et sa dévotion a été en mesure de créer des organes de pouvoir, des troupes arméniennes régulières dans un court laps de temps, rétablir l'ordre dans le pays, réprimer les mouvements turco-tatars contre les Arméniens et atténuer la situation alimentaire grave. En 1918 la posture décisive d’Aram Manoukian est particulière dans les jours fatidiques et difficiles du mois de mai, lorsque les troupes turques ont menacé Saint-Etchmiadzine et Erevan, alors que le peuple arménien se trouvait dans une situation difficile. Il est resté têtu et pratique, capable de rassembler, unir autour de lui les autres figure dévouées et le peuple, de les enflammer avec la volonté de se battre.

Le 19 mai 1918, Aram Manoukian, dans sa conversation téléphonique avec le général Cilikian, il estimait inacceptable la nouvelle retraite et assurait que le général disposerait de tout le matériel nécessaire - force humaine, armes et munitions, l’encouragement de l’arrière-front - dans deux jours pour lancer une contre-offensive à l’ennemi dans la vallée de l'Ararat. Il était partout : sur les places, sur les marchés, dans les maisons, dans les églises et encourageait tout le monde. En résultat, le peuple arménien a eu des batailles héroïques de Sardarabad, Bach-Abaran et Gharakilissa, grâce auxquelles, le 28 mai 1918, la Première république d’Arménie a été créée.

Aram Manoukian, dans le gouvernement nouvellement créé de la première république arménienne, était chargé en même temps des ministères de l'intérieur, de l'éclairage, de la communication, de l'alimentation et des soins, ainsi que des problèmes de gouvernement local.

Aram Manoukian est mort le 29 janvier 1919, du typhus exanthématique, jouissant de l'amour et du respect du peuple arménien jusqu'à la fin de la vie.

Ses funérailles se sont transformées en deuil national. Le grand intellectuel Nicol Aghbalian a prononcé le discours suivant: "La nuit venue, entrez dans la pièce de votre âme et parlez à votre conscience et dites si vous avez travaillé pour le peuple arménien, comme Aram, si vous avez été désintéressé, comme Aram, si vous avez donné toute votre vie au peuple arménien comme Aram ... "



Arévik Avétissian
Chef du département des relations extérieures et des médias du MIGA








L'affiche du jubilé avec des portraits de l'histoire arménienne et des personnalités célèbres de l'Arménie, le général Tovmas Nazarbékian, Aram Manoukian et Movsès Cilikian.
Collection du musée FRA:




Aram Manoukian et ses amis idéologiques, Van, 1915


Aram Manoukian et ses amis idéologiques, Van, 1915


Aram Manoukian et ses compagnons d’armes, Van, 1915





Cortège du peuple, Erevan, 28 mai 1919


La maison d'Aram Manoukian où il a vécu en 1917-1919





Follow us



DONATE

DonateforAGMI
TO KEEP THE MEMORY OF THE ARMENIAN GENOCIDE ALIVE

Special Projects Implemented by the Armenian Genocide Museum-Institute Foundation

Bourse d’études Lemkin

Lemkin
Le MIGA annonce la bourse d’études Lemkin 2019

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2018 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am