Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

The Guardian a publié l'histoire du survivant du Génocide arménien de 106 ans

25.01.2014


Photo: Marc Melki
"Dieu m’a laissé vivre si longtemps, pour que je pusse raconter cette histoire" Ovsanna Kaloustian

Le périodique célèbre The Guardian s’est référé à l'histoire d’une survivante du génocide arménien de 106 ans dans un projet spécial «Première Guerre mondiale: souvenirs des derniers survivants» avec quatre autres journaux européens.

La petite vieille femme ne sort plus dans les rues de Marseille. Elle marche avec une canne, mais elle ne manque pas de l’attention de ses petits-enfants qui l’ont beaucoup gâté. Quand on demande à elle de son enfance, elle devient alerte du premier coup. Ovsanna Kaloustian de 106 ans , et l'une des dernières survivantes du génocide arménien de 1915, qui porte en sois toute la mémoire de l’horreur. Elle est parfaitement consciente de l’importente mission qu’elle a un siècle plus tard . "Dieu m’a laissé vivre si longtemps, pour que je pusse raconter cette histoire" a dit elle.

Ovsanna a gardé toute une série d'images et de détails sur le génocide, le terreur et la déportation, auxquels a été condamné son peuple sous l'Empire ottoman . Elle est née en 1907 à Adabazar , une ville à environ 100 km à l'est de Constantinople (aujourd'hui Istanbul ) . Elle a grandi dans une belle maison de trois étages avec un jardin en face de l'église du quartier. La ville était un centre important de commerce et d’artisanat où la moitié de la population étaient les Arméniens. " Même les Grecs et les Turcs parlaient arménien" dit Ovsanna .

Elle n'avait que 8 ans quand le gouvernement des Junes-Turcs a ordonné la déportation des Arméniens. Son père possédait un café qui était aussi un salon de coiffure et un cabinet dentaire. Elle y est allée tous les matins avant l'école pour prendre du thé .

" C'était dimanche et la mère d’Ovsanna revenait de l'église. Le prêtre venait d'annoncer que toute la ville devait être vidée en trois jours », dit son petit-fils Frédéric , qui sait bien l'histoire familiale . ‘’Les gens groupés sont partis à pied vers le sud et l'est . Ovsanna et ses parents, son frère, ses oncles, tantes, cousins et cousines sont arrivés à Eskisehir , où ils ont été entassés dans un wagon pour les animaux, et c'est ainsi que des milliers d'Arméniens ont été envoyés dans les déserts de Syrie. Cependant , le train a été arrêté dans la province d'Afyonkarahisar, et on a ordonné aux Arméniens de construire des camps temporaires.

Deux ans plus tard, ils ont finalement réussi à s’enfuire, et se cacher dans la campagne . Ovsanna se souvient d’avoir été inquiétée pour les jeunes filles enlevées par les brigands servis en tant qu’auxiliaires dans l'armée ottomane . Après l'armistice de 1918, Ovsanna et sa famille sont retournées chez eux où ils ont découvert leur maison totalement détrouite, en plus les nouveaux occupants turcs de la ville n’ont pas laissé les Arméniens d’y rester et ils les ont chassé. D’abord ils ont déménagé à Constantinople, ensuite en 1924 ,les oncles, tantes , cousins et cousines de Ovsanna ont émigré aux États-Unis. Quatre ans plus tard, elle a émigré à Marseille par bateau. Aujourd'hui , 10 % de la population de Marseille sont les descendances des survivants du génocide arménien .

Ovsanna a gagné un peu d'argent en travaillant dans le textile. Elle a épousé le seul survivant d'une famille massacrée , Zaven Kaloustian . Ils ont ouvert une boutique orientale, ont acheté un terrain et se sont installés finalement à Marseille. " Nier le génocide est nier les paroles de ma grand-mère », dit Frédéric.

Guillaume Perrier «Le Monde»







Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am