Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

LES POGROMS DES ARMÉNIENS À BAKOU DE 13 À 19 JANVIER 1990; UN AUTRE ACTE GÉNOCIDAIRE




Plus de 200 000 des 1,7 million d'habitants de la capitale de l'Azerbaïdjan soviétique, Bakou, étaient des Arméniens. Il est typique que, dès les premiers jours du mouvement du Karabakh, la question de leur sécurité et de leur sort futur ait été liée à l'évolution de la question du Karabakh non seulement par les dirigeants azerbaïdjanais, mais même par les dirigeants soviétiques. Ainsi, quand le secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique Mikhail Gorbatchev a rencontré Zori Balaïan et Silva Kapoutikian en le 25 février 1988, il a mentionné dans une question: "Avez-vous pensé au sort de 207 000 Arméniens vivant à Bakou?"

Les pogroms des Arméniens de Bakou en février 1905 et en septembre 1918 ont été suivis des pogroms de novembre 1988 et de janvier 1990, par conséquent Bakou a été complètement vidé des Arméniens. Les massacres des Arméniens de Bakou ont été perpétrés en étroite coopération avec les autorités azerbaïdjanaises et le Front populaire. Les Arméniens ont été battus, pillés, violés, tués avec des fusils, des couteaux, des barres de métal, jetés par les fenêtres des bâtiments, brûlés vifs ou morts sur des bûchers. En un mot, des méthodes ont été utilisées qui étaient chose commune lors des massacres d'Abdulhamid, du génocide des Arméniens, ainsi que lors des violences qui ont eu lieu dans les années suivantes. Cette circonstance est également soulignée dans l'une des banderoles du 24 avril 1990 : " 24 avril, Sumgait, Bakou, c’ est la même écriture." Il est évident que dans la perception populaire, le nom de lieu "Bakou", semblable à " Sumgait ", a reçu le statut de synonyme de génocide. Comme dans le cas de Sumgait, ici, même selon des témoins azéris, " lorsque les massacres des Arméniens ont eu lieu, la police et les forces de l'ordre ne sont pas du tout intervenues ".

Les troupes soviétiques ne sont entrées dans la ville que lorsque l'existence du régime soviétique était menacée. Le nombre de victimes des massacres des Arméniens à Bakou dépasse 400, mais le cas des massacres de la population arménienne n'a pas fait l'objet d'une enquête. Les massacres des Arméniens, perçus sans équivoque par le peuple comme " un autre genocide ", n'ont pas été condamnés une fois de plus.

La non-reconnaissance officielle du génocide contre les Arméniens par un certain nombre de sujets importants de la communauté mondiale, la politique de déni actif des autorités turques, qui se poursuit depuis des décennies, contribuent à la poursuite des actes génocidaires, dont nous avons été témoins en septembre-novembre 2021 aussi.





Haroutioun Maroutian
Directeur du Musée-institut de genocide des Arméniens, Docteur en sciences historiques





Un épisode de la marche de deuil, 24 avril 1990







Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am