Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Le Musée-institut de génocide des Arméniens condamne

19.03.2021


Le Musée-institut de génocide des Arméniens condamne fermement les tentatives du président azerbaïdjanais Ilham Aliev de dénaturer la propriété des monuments culturels arméniens.

La veille, Ilham Aliev, visitant les territoires occupés de la République d'Artsakh, y compris l'église arménienne Sourb Astvatsatsine du XIIe siècle dans le village de Tsakuri dans la région de la Hadrout, a fait la déclaration suivante : " C'est une église albanaise. Les Arméniens ont essayé d'arméniser cette église, ils ont laissé des inscriptions en arménien ici, mais ils n'ont pas réussi. C'est notre ancien temple, le temple de nos frères oudi, eux aussi, ils viendront ici. Tout comme nos mosquées ont été profanées, les anciens temples albanais ont été profanés par les Arméniens. Mais nous allons restaurer, tous ces inscriptions sont fausses…. "

Il convient de noter que l'église Sourb Astvatsatsine du XIIe siècle dans le village de Tsakuri est la seule église qui subsiste dans l'ancien complexe monastique de Tsaghkavank.

La déclaration d'Aliev s'inscrit dans la continuité de la politique étatique de plusieurs décennies en Azerbaïdjan, qui vise à assimiler les anciennes valeurs culturelles médiévales arméniennes en dénaturant ou en altérant l'histoire.

Au milieu des années 1960 et au début des années 1970, l'Académie des sciences de l'Azerbaïdjan soviétique a établi une approche anti-scientifique, selon laquelle les monuments chrétiens de la région du Haut-Karabakh ne sont pas des valeurs matérielles des Arméniens mais des Azerbaïdjanais, dont les ancêtres étaient les anciens habitants chrétiens d'Albanie (Aghvank) du Caucase déjà disparue au 9e siècle. La pierre angulaire de cette théorie a été posée par le célèbre falsificateur Zia Bouniatov dans son étude « L'Azerbaïdjan aux VIIe-IXe siècles », dont le titre témoigne déjà de l'approche anti-scientifique de ce dernier. La « théorie afghane » s'est ensuite répandue parmi les savants azéris, dont beaucoup se sont souvent empêtrés dans leurs propres falsifications. De cette manière, environ 200 monuments du territoire de l'Artsakh ont été déclarés afghano-azerbaïdjanais, y compris Khatravank, Dadivank, Gandzasar, etc., qui ont été inclus dans les listes officielles de monuments approuvées par le gouvernement soviétique de l'Azerbaïdjan.

Parallèlement à la politique d'appropriation, le gouvernement azerbaïdjanais continue de mener une politique de destruction des valeurs culturelles arméniennes. Récemment, la destruction de l'église Sourb Hovhannès Mekertitch de Chouchi (mieux connue sous le nom populaire de « Kanatch jam ») a été confirmée. De plus, l'église n'a pas été détruite pendant la guerre, mais après sa fin.

Cette pratique est une manifestation claire du génocide culturel qui, selon le fondateur de la théorie du génocide, l'avocat Rafael Lemkin, est extrêmement destructrice et révèle souvent l'intention de la destruction physique du groupe. Lemkin était convaincu que la composante culturelle du génocide avait le potentiel de l'empêcher. D’après un délégué vénézuélien participant aux discussions de la Convention pour prévenir et punir le crime de génocide " Des livres qui brûlent et des corps qui brûlent ne sont pas la même chose, mais quand quelqu'un intervient dans la destruction immédiate des églises et des livres au bon moment, cela peut empêcher de brûler les corps. "

Étant donné ce qui est mentionné dessus, nous attirons l'attention de la communauté internationale et des autorités compétentes sur le fait qu'en dépit de la destruction de masse des valeurs culturelles, il n'existe toujours aucun instrument ou document juridique international qui rende le « génocide culturel » un acte punissable. L'impunité actuelle suggère malheureusement que l'adoption d'une nouvelle convention internationale, qui criminalisera également la destruction délibérée et conséquente des valeurs culturelles, est plus qu'urgente. En même temps, cette politique de l'Azerbaïdjan contient une destruction physique intentionnelle des Arméniens, ce qui rend très nécessaire la protection des Arméniens d'Artsakh et la reconnaissance urgente de l'indépendance de la République d'Artsakh.





Séda Parsamian
Chef du département de l’organisation des expositions muséales


Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am