Genocide Museum | The Armenian Genocide Museum-institute
Home Map E-mail
 
Eng |  Հայ |  Türk |  Рус |  Fr  

Accueil
Page principale
Notre mission
Le mot du directeur
Contacts
Arménie Pré-génocide
Histoire de l’Arménie
Photos Pré-génocide
Intellectuels
Génocide Arménien
Qu’est-ce que le génocide?
Génocide arménien
Chronologie
Photos du Génocide arménien
100 histoires de photo
Cartographie du génocide arménien
Génocide culturel
Mémoire
Documents
Américains
Britanniques
Allemands
Russes
Français
Autrichiens
Turcs

Recherche
Bibliographie
Histoires de rescapés
Témoignages oculaires
Média
Citations
Conférences
Reconnaissance
Etats
Organisations Internationales
Gouvernements de provinces
Pétitions publiques
Événements
Délégations
Journal éléctronique
Actualités
Conférences
Liens
   Musée
Informations sur le musée
Préparez votre visite
Exposition permanente
Exposition temporaire
Exposition en ligne  
Expositions ambulantes  
Cartes postales  
   Institut
Objectifs et projets
Publications
Journal  
Bibliothèque
Collection du MIGA
   Complexe de Tsitsernakaberd
Description et Histoire
Le parc commémoratif
Journée de commémoration
 

Armenian General Benevolent Union
All Armenian Fund
Armenian News Agency
armin
armin
armin
armin
armin




Actualités

Soghomon Tehlirian ; tuer Taleat

15.03.2021


« Soghomon Tehliryan lui-même n’est qu’un symbole, un atome,
où est concentrée la douleur de la race méprisée,
qui se venge par une autodéfense désespérée ».

Armin Théofil Wegner



Le 2 avril, 1896 dans la famille de Khatchatour et Hnazande Tehlirian est né Soghomon Tehliryan ; il était le plus jeune de quatre frères.

Après avoir étudié dans son pays natal, Soghomon est parti pour l’Europe pour poursuivre des études supérieures en Allemagne. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, Soghomon était en Serbie, où logeaient son père et son oncle, et bientôt, avec un groupe de jeunes Arméniens il est venu des Balkans à Tbilissi (début 1915) et a rejoint le 1er régiment de volontaires arméniens du général Andranik.

En juin 1915, Tehlirian est entré à Van avec des volontaires arméniens où il a été témoin de la déportation des Arméniens locaux. Il est arrivé à Igdir avec des milliers de réfugiés arméniens, et de là à Erevan.

En 1915 le massacre et la déportation de la population arménienne d’Erzenka ont commencé début juillet. Seul la fille du frère aîné de Misak, Armenouhi, a survécu de la famille de 85 membres de Tehlirian, qui a été retrouvée plus tard parmi les Kurdes (le père de Soghomon, Khatchatour qui était parti pour l’étranger pour travailler, les frères Misak, Sedrak et l'oncle Oskian ont été sauvés).

En 1916 Soghomon est venu à Erzenka, alors occupé par les troupes russes, avec la conviction qu'il retrouverait les membres perdus de sa famille. Il a du mal à trouver la maison de son père dans les ruines d'une ville autrefois peuplée d'arméniens. Dans la maison détruite et vide, Tehlirian a eu un profond choc mental et s’est évanoui. Ce cas était la deuxième manifestation d'épilepsie dont il fut diagnostiqué plus tard pendant le procès (il s'est évanoui pour la première fois en juillet 1915 à Erevan).

À Erzenka, il a accompli une mission importante pour trouver des enfants sans-abri et orphelins cachés dans des endroits inhabités, dans des grottes, des forêts, des maisons abandonnées et dans des orphelinats, et les remettre aux orphelinats.

Bientôt à Erzenka, Soghomon a rejoint le régiment de Mourad Sebastatsi et a pris part aux opérations militaires du front du Caucase. Le 6 avril 1918, près de Sarighamish, Tehliryan a été blessé d’une arme à feu et s’est déplacé à Tbilissi (Géorgie).

En décembre 1918, Soghomon Tehlirian est arrivé à Constantinople pour retrouver le traître Haroutioun Mkrtchian qui avait dressé la « liste noire » selon laquelle Taleat pacha a donné l’ordre d’exiler l’élite politique et culturelle arménienne de Constantinople le 24 avril 1915. En février 1919, à Constantinople, Tehlirian a trouvé et a exécuté le traître arménien.

Fin 1919, Tehlirian s'est rendu aux États-Unis, où il a rencontré le célèbre homme politique Armen Garo (Garegin Pastermadjian) et s’est engagé dans l'opération Nemesis. Lors de la 9e réunion de la FRA (Fédération révolutionnaire arménienne) qui s’est tenue en automne de 1919 à Erevan, il a été décidé d'exécuter les criminels Jeunes-Turcs, organisateurs de la déportation et du massacre d'Arméniens, qui s’étaient enfuis de la Turquie et avaient échappé au procès turc. 41 cibles ont été élues lors de la 9e réunion de la FRA. Taleat figurait le premier sur la liste. Ce dernier avait déjà été condamné à mort par contumace dans son pays d'origine. Le nom de la déesse grecque de la vengeance, Nemesis, a été choisi pour l'opération.

Le 15 mars 1921, Soghomon Tehlirian a exécuté l'ancien ministre turc de l'Intérieur Taleat à Berlin. Ce dernier, changeant d'apparence et de données personnelles, avait secrètement déménagé en Allemagne (Taleat vivait à Berlin sous le nom d'Ali Salih). Taleat n'a été enterré que le 5ème jour de sa mort, les nouvelles autorités turques lui interdisant d'être enterré dans son pays natal. Les anciens alliés, les Allemands, ont organisé les funérailles somptueuses de Taleat à Berlin. Il y avait beaucoup de couronnes, de Turcs de différents pays, de discours et appels anti-arméniens… En 1943 le corps de Taleat a été solennellement déplacé à Istanbul par Hitler.

Soghomon Tehlirian a écrit dans ses mémoires. « Je l'ai égalé sur le trottoir opposé, je suis allé assez vite avec des pas rapides. Je suis allé sur le même trottoir, où il allait. Nous nous rapprochions les uns des autres. Il marchait, balançant sa canne avec insouciance. A une courte distance à gauche, un calme étonnant s’est emparé de moi. Taleat m’a regardé brusquement alors qu'il se nivelait, la peur de la mort brillant dans ses yeux. Le dernier pas a été instable. Il s'est penché un peu pour éviter, mais j’ai tout de suite sorti mon arme et l’ai tiré à la tête. "

Le vengeur arménien a été arrêté par la police allemande. Au cours du procès (Berlin, 2/3 juin 1921), un officier allemand de haut rang, Liman von Sanders, une personnalité publique bien connue, pro-arménien Johannes Lepsius, et des survivants du génocide des Arméniens ont témoigné. Tehlirian a été défendu par des avocats renommés Adolf von Gordon, un conseiller juridique secret, Johannes Werthauer, un conseiller juridique, et Niemeyer, un professeur de droit à l'Université de Kiel. Ses avocats ont utilisé des télégrammes originaux, dans lesquels l'ancien ministre turc de l'Intérieur avait ordonné l'extermination et la déportation des Arméniens, pour argumenter le crime de Taleat. À la suite des faits et des témoignages, Soghomon Tehlirian a été acquitté par un tribunal allemand à Berlin le 3 juin 1921.

Dans l’affaire de Tehlirian, selon l'humaniste allemand A. Wegner, "ce n’était pas le tueur qui était coupable, mais la victime".

Le procès de Tehlirian a eu une réaction sociopolitique assez large. Il a été largement couvert dans la presse européenne, américaine et arménienne de l'époque, ainsi que par des journalistes germano-turcs.

Le procès a également été suivi par un jeune avocat juif, Rafael Lemkin, dans la vie duquel le procès de Tehlirian a été crucial. Des années plus tard, l’avocat expérimenté a inventé le terme « génocide » et, grâce à ses efforts directs, la nouvelle Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide en 1948.

Après le procès, Soghomon Tehlirian s'est installé à Belgrade (Serbie) sous le nom de Soghomon Mélikian.En 1950-1955 il a vécu à Casablanca (Maroc), en 1955-1957 il a déménagé à Paris, et de là en 1957 à San Francisco (USA), où il est mort en le 23 mai 1960. Son corps a été enterré à Fresno.



Gohar Khanoumian
Chef des archives du MIGA, chercheuse







Soghomon Tehlirian, june 1922
Photo de l’archive de familiale d’Ara Oskanian






Le procès de Soghomon Tehlirian, 1921
(Soghomon Tehlirian, Mémoires (terreur sur Taleat), écrit par Vahan Minakhorean, Caire, 1953)





Taleat pacha, ministre des Affaires intérieures de la Turquie
carte postale, collection du MIGA



Follow us



DONATE

DonateforAGMI
Pour garder la mémoire du génocide des Arméniens

Projets spéciaux mis en œuvre par la Fondation « Musée-institut du génocide des Arméniens »

TOUMANIAN 150

100photo

TRANSFÈRE TA MÉMOIRE

100photo
Partage l’histoire de ta famille,
transfère ta mémoire aux générations

À l’encontre du 24 avril, le Musée-Institut de Génocide des Arméniens a lancé l’initiative «Transfère ta mémoire».

“AGMI” foundation
8/8 Tsitsernakaberd highway
0028, Yerevan, RA
Tel.: +374 39 09 81
    2007-2020 © Le Musée-Institut du Génocide Arménien     E-mail: info@genocide-museum.am